Archive for octobre 2008

La marche de Radetzky.

octobre 31, 2008

ARTE – 20h40 (1/2) et 22h35 (2/2) – dimanche 2/11

Avec Max von Sydow, Elena Sofia Ricci, Claude Rich,  Julia Stemberger.

En 1859, l’empire austro-hongrois est l’une des grandes puissances européennes.

Jeune lieutenant d’infanterie, Carl-Joseph von Trotta voit la chance lui sourire lors de la bataille de Solférino.

Publicités

La mort du président.

octobre 31, 2008

ARTE – 22h45 – samedi 1/11

Sorti en salle sous le titre de « D.O.A.P. Death of a President », ce prix de la RTBF et de BE TV au Festival de Bruxelles est une docu-fiction imaginant l’assassinat de G.W. Bush par un sniper, et ses conséquences (un durcissement répressif).

Ce mélange explosif d’archives savamment détournées, d’interviews bidon et d’enquête-fiction sur les dérives d’une Amérique aux abois, n’a bien sûr pas été très prisé aux USA.

Frida.

octobre 31, 2008

La Deux – 22h45 – samedi 1/11

Drame de J. Taymor avec Salma Hayek, Alfred Molina, Geoffrau Rush.

http://www.youtube.com/watch?v=nE-UjfdIGEY

Mexico 1922, Frida est une jeune étudiante en philosophie très attirée par la peinture. Un terrible accident la laisse alitée de longs mois durant, temps qu’elle met à profit pour peindre.

Une fois remise, elle montre ses toiles à Diego Rivera, le plus grand peintre du pays, séducteur notoire.

Cette biographie d’une grande intensité émotionnelle entremêle intimement les amours, les souffrances et les oeuvres de la peintre et activiste communiste mexicaine Frida Kahlo, décédée, à 47 ans, en 1954.

L’Abolition (1/2)

octobre 31, 2008

La Une – 20h50 – samedi 1/11

Avec : Charles Berling, Gérard Depardieu, Mathieu Simonet, Alain Fromager, Philippe Uchan.

C’est la postérité qui juge les politiques. Chirac ou Mitterand ont des milliers de choses à se reprocher mais, loin des bassesses de l’un et de l’autre qu’en retiendra l’histoire? Sans doute que le premier a reconnu la responsabilité de la France dans les actes de Vichy et que le deuxième aura été celui qui a condamné à mort la peine de mort au nom, dira-t-il du « souci de la civilisation ».

Un véritable acte de courage politique, que n’a pas eu Giscard, pourtant contre la peine capitale : celui d’aller à l’encontre de l’opinion et d’inscrire le point à son programme de président de 1981.

Mais l’homme qui a porté ce combat, c’est l’avocat Robert Badinter qui, devenu Garde des Sceaux de Mitterand, fera voter le 9 octobre 1981 la loi commençant par : « Article 1. La peine de mort est abolie ». L’aboutissement d’un long combat entamé dans les années 70 et que Jean-Daniel Verhaeghe, auteur de nombreux films de « patrimoine », retrace avec brio en deux épisodes.

Charles Berling, déjà épatant dans le rôle de Jean Moulin, est tout simplement époustouflant dans celui de cette autre grande figure de la France contemporaine qu’est Badinter. C’est notamment dans les scènes de prétoire, ces plaidoiries au cours desquelles Badinter faisait le procès de la peine de mort plutôt que celui de son client, que Berling impressionne par sa justesse.

Cette télésuite se découpe en deux volets, adaptés de deux livres distincts dans lesquels Badinter retrace ce combat, « L’Exécution » et « L’Abolition ».

Le premier retrace l’affaire qui a servi de déclic à Badinter. En 1972, il est amené à défendre Roger Bontemps. Avec Buffet, il a tenté de s’évader de la prison de Clairvaux. Lors de cette tentative d’évasion, un surveillant et une infirmière sont tués. Les arguments déployés par Badinter et Bontemps convainquent les Assises de Troyes que Buffet est bien le seul meurtrier . Bontemps est pourtant condamné à mort et exécuté. Badinter n’avait cessé de lui répéter : »On ne peut pas condamner à mort celui qui n’a pas donné la mort ».

Du traumatisme subi au matin de l’exécution de Bontemps dans la cour de la Santé, il dégage la force qui va désormais faire de lui le militant de l’abolition de la peine de mort.

Ce combat, c’est le deuxième épisode qui se conclut par le vote de la loi de 1981.

En 1976, Badinter défend Patrick Henry, l’auteur de l’enlèvement et de l’assassinat du petit Philippe Bertrand. Suite à une plaidoirie enflammée appelant à ne pas « couper en deux un homme vivant » Badinter obtient du jury qu’il condamne le meurtrier à la perpétuité et non à la mort. Lors du procès l’avocat lira une lettre de la mère de Christian Ranucci expliquant sa détresse à elle. Condamné à mort dans l’affaire « du pull-over rouge », Ranucci restera pour toujours le dernier condamné à mort guillotiné en France.

(Jean-François Lauwens – ZAP)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Badinter

Simplicité volontaire et décroissance.

octobre 31, 2008

http://www.youtube.com/watch?v=-USFlXhAwKc

Monsanto se croit au-dessus des lois.

octobre 31, 2008

La contamination génétique du maїs dans la province de Chihuahua au Mexique est une nouvelle gravissime et met une fois de plus en exergue les méthodes les plus basses auxquelles sont disposées Monsanto et les multinationales de la biotech pour s’emparer de l’agriculture, de l’alimentation et de la souveraineté du Mexique.

En Septembre déjà, la Sargapa, le ministère mexicain de l’Agriculture, avait reconnu l’existence d’une plantation illégale de 70 hectares de maїs transgénique à Chihuahua, tout en annonçant qu’elle prendrait des mesures pour sanctionner cet acte. Une mesure tardive et hypocrite puisque cela fait déjà plus d’un an que le Frente Democrático Campesino de Chihuahua (FDCCh) et El Barzón, avec l’appui de Greenpeace, avaient détecté et dénoncé les cultures illégales dans l’Etat du Chihuahua mais le gouvernement n’avait rien fait (voir cet article).

En fait, il a fait beaucoup. Les autorités du Sargapa ont initié une campagne interne en faveur des OGM afin d’obtenir des autorisations pour Monsanto et la mise en culture de son maїs transgénique, ce qui reviendrait à légaliser a posteriori la contamination. Greenpeace a même dénoncé le ministère de l’Agriculture pour avoir réalisé illégalement des essais d’OGM en plein champ, alors même que la loi Mexicaine l’interdit.

Cette fois la fraude est encore plus grave. Selon des témoignages de producteurs locaux recueillis par la FDCCH, les vendeurs de semences de la région auraient re-emballé plus de 3000 sacs de graines de maїs pour y mélanger illégalement des graines transgéniques. Les organisations de protection de l’environnement estiment que la contamination génétique pourrait toucher jusqu’à 25000 hectares de culture.

Il s’agit d’un véritable Tchernobyl génétique puisque le Mexique est le centre historique et originel du maїs, sa contamination pourrait avoir des effets potentiellement destructeurs non seulement pour le pays et sa biodiversité mais il s’agit aussi, comme le pointe Victor Quintana de la FDCCH, « d’un coup féroce contre l’agriculture paysanne et indigène ». Le maїs est cultivé par les populations mexicaines et indigènes depuis plus de 10 000 ans, il est le coeur de leur économie, de leur autonomie et de leur culture.

Mais quel est l’intérêt de mélanger des graines transgéniques avec les semences traditionnelles alors que les graines transgéniques sont plus chères ? Cette fraude serait vraiment le pire coup économique en terme de rentabilité. Malheureusement, le but de cette fraude n’est pas de s’enrichir dans l’immédiat, non, cette fois il s’agit de la volonté délibérée de provoquer une contamination généralisée des semences de maїs pour en forcer la légalisation de fait et ouvrir un nouveau marché pour les semences transgéniques, qui sera cette fois très lucratif pour Monsanto.

La contrebande et la contamination intentionnelle font parties du répertoire de Monsanto qui, non content de contrôler 87% du marché des semences transgéniques, cherche à s’imposer par tous les moyens dans les pays récalcitrant aux OGM. C’est ainsi que le soja transgénique a déjà été introduit illégalement au Paraguay et au Brésil, pour créer une situation de fait ne laissant plus aucun choix aux gouvernements sauf celui légaliser les cultures (voir cet article).

Une fois cette formalité entérinée, Monsanto se retourne alors contre l’Etat et les producteurs pour réclamer les royalties qui lui sont dues au nom des brevets qu’elle possède. Une situation qui ne manquera pas de se reproduire au Mexique.

Pour Monsanto, il est fondamental de contrôler le marché mexicain du maїs puisque il s’agit du quatrième producteur mondial. Bien que l’entreprise dispose aussi de semences non transgéniques, avec de meilleurs rendements d’ailleurs, elle veut vendre son maїs GM à tout prix car ses semences sont sous brevet ce qui justifie un prix plus élevé et permet d’empêcher la conservation des semences pour la saison suivante. Monsanto n’oubliera pas de vendre au passage quelques milliers de litre de Roundup aux agriculteurs mexicains.

L’assaut des entreprises de biotechnologie contre le marché des semences est un véritable acte de vandalisme. Alors qu’il y a moins de quarante ans, les semences circulaient librement et étaient encore dans les mains des paysans ou d’institutions publiques, aujourd’hui 82% du marché des semences commerciales est sous le régime de la propriété intellectuelle (Brevet ou Certificat d’Obtention Végétale). De ces 82%, Monsanto, Syngenta y DuPont contrôlent quasi la moitié (47%) du marché mondial.

La collaboration – par action ou inaction- dont font preuves les autorités mexicaines à l’égard de ces multinationales, pour les aider à mettre la main sur le maїs et la vie des habitants du pays, est un véritable crime historique. En un mandat, ce petit groupe de fonctionnaires se prétend en droit d’offrir à six entreprises multinationales non seulement l’héritage de 10 000 ans de culture et de traditions des peuples d’Amérique centrale mais aussi la souveraineté alimentaire du Mexique. Cependant la majorité du patrimoine des espèces de maїs (rouge, noir,…) reste dans les mains des peuples indigènes qui les ont créées. Comme l’ont déjà annoncé les organisations du Chihuahua et beaucoup d’autres « s’ils continuent de nous pousser à bout, il ne nous restera d’autre solution que de nous lancer à l’assaut des champs infestés par les transgéniques. »

Source : Journal La Jornada (Mexique), 11 octobre de 2008 par Silvia Ribeiro Grupo ETC

Grande exposition sur la guerre 14-18.

octobre 30, 2008

A ne pas manquer!!!

http://users.teledisnet.be/web/aco36373/page06.htm

Qu’y a-t-il à cacher ?

octobre 30, 2008

Les autorités israéliennes viennent de refuser à 120 universitaires, experts et professionnels de la santé (des USA, Pays-Bas, Italie, Angleterre et Canada), l’entrée à Gaza où ils devaient participer à une conférence internationale du programme de santé mentale communautaire de Gaza, à la demande de l’O.M.S.

Ci-dessous la prise de parole d’Alice Rothchild le 26 octobre, à Jérusalem, à l’occasion d’une conférence de presse.

« Je suis ici aujourd’hui en tant que médecin américain, écrivain et participante à la conférence de Gaza : « Siège et santé mentale ». Je m’élève contre la décision des autorités israéliennes d’empêcher 120 professionnels qui viennent du monde entier et qui ont effectué des recherches importantes, d’entrer à Gaza et d’échanger librement des idées sur les conséquences du traumatisme imposé aux hommes, femmes et enfants de Gaza, et sur leurs besoins ».

La Quatrième Convention de Genève reconnait le droit international aux personnels de santé de prodiguer des soins et d’exercer leur mission professionnelle sans restriction, en toutes circonstances. Israël se présente comme une démocratie où les libertés de presse et de recherche sont respectées. Mais actuellement tous ces principes sont violés de manière gravissime.

Je suis médecin en exercice à Boston et Professeur d’obstétrique et de gynécologie à l’Université de Harvard. Je suis par ailleurs l’auteur de « Broken Promises, Broken Dreams : Stories of Jewish and Palestinian Trauma and Resilience » (Promesses brisées, rêves brisés : histoires juives et palestiniennes de traumatisme et de résistance »), livre dans lequel j’explore les conséquences de l’occupation, en collaboration avec des cliniciens et des patients israéliens et palestiniens. Je suis allée au camp de réfugiés de Jabalya à Gaza ; j’ai interviewé des familles et des enfants souffrant de désordres traumatiques liés au stress.

Je demande aux autorités israéliennes qui ont refusé que nous pénétrions dans gaza, mes collègues et moi-même :

- Qu’avez-vous à cacher ?

- Qu’avez vous honte que nous puissions voir ?

- Qu’avez-vous peur que nous découvrions ?

Il n’y a plus de secrets ici.

Gaza est en pleine catastrophe économique, politique et humanitaire. Les infrastructures, l’économie, la santé, le système éducatif s’écroulent sous le poids du blocus et des incursions militaires répétées. Les familles se disloquent en raison des traumatismes liés aux agressions militaires israéliennes, aux bombes assourdissantes, aux démolitions de maisons, et à l’incapacité des parents de protéger leurs propres enfants. Les jeunes sont particulièrement vulnérables aux traumatismes provoqués par cette violence continue et par la perte de tout espoir.

Aux autorités israéliennes qui nous ont empêchés d’entrer à Gaza, je dis :

Vous ne pouvez pas cacher ceci. Le monde observe. Vous pouvez construire des murs, mais nous continuerons, nous la communauté internationale, à construire des ponts. Nous nous rendrons au point de passage d’erez pour manifester. Grâce à la visio conférence, nous entrerons en contact avec nos collègues de Gaza, à partir de Ramallah, nous prendrons connaissance de leurs recherches, et nous témoignerons de la souffrance de cette région. Nous resterons solidaires des habitants de Gaza qui luttent pour soigner ces blessures dévastatrices liées au siège et à l’occupation, aux démolitions et à l’emprisonnement de 1,5 million de personnes. Nous, la communauté internationale, ne resterons pas silencieux. »

http://www.brokenpromisesbrokendreams.com

http://www.ajp.org

* La conférence, qui devait avoir lieu les 27 et 28 Octobre dans la ville de Gaza a dû de se tenir à Ramallah, à l’aide de la vidéo-conférence avec les participants de la bande de Gaza.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

Les machines à votre accusées de voter républicain!

octobre 30, 2008

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/buzz_sur_le_web/20081029.OBS8344/les_machines_a_voter_accusees_de_voter_republicain.html

L’Actor’s Studio.

octobre 30, 2008

Magazinz présenté par James Lipton, invité Paul Newman.       ARTE – 22h45 – jeudi 30/10

En hommage à l’acteur décédé le 26 septembre dernier.

http://www.youtube.com/watch?v=GVVNnn2G2z0