Le Pantanal en danger.

L’équilibre écologique de la plus grande zone humide de la planète est menacé : 40 % du couvert forestier ont d’ores et déjà disparu. L’hebdomadaire Epoca revient sur une étude aux conclusions alarmantes.

Depuis quelques années, l’étendue des dégâts environnementaux dans la région du Pantanal, dans le sud-ouest du Brésil, suscite la controverse. Certains grands propriétaires terriens estiment que le problème est circonscrit aux régions proches des zones fortement peuplées. Les défenseurs de l’environnement claironnent les deux tiers de la région sont touchés. Une étude qui sera bientôt rendue publique révèle la dimension du problème : 40 % de la forêt de la région sont déjà perdus, un indicateur préoccupant.

Ce qui fait la beauté et la diversité biologique du Pantanal, c’est la succession des périodes d’inondation à celles de sécheresse. Ce cycle est menacé par l’expansion de l’élevage et par la production de charbon de bois pour l’industrie sidérurgique, dont le Brésil est le premier producteur mondial. Bien que la plaine soit assez bien préservée, avec 85 % de sa végétation encore intacte, 58 % des forêts de la région des hautes terres sont en danger. Car qui dit élevage dit pâturage, dont l’expansion est une des principales causes de la déforestation du Pantanal. Depuis 2003, on en compte 12 000 km2 de plus dans la région. Et le processus devrait s’accélérer. « Dans le seul Etat du Mato Grosso do Sul (qui recèle 25 % de la faune et de la flore du Pantanal) vivent 22 millions de têtes de bétail, qui constituent le socle de l’économie locale (l’Etat est le troisième producteur de viande du pays) », souligne Michael Becker, du WWF-Brésil. A mesure que son nombre augmente, le bétail s’étend vers des régions moins adaptées : de la plaine inondable du Pantanal, où se concentrent les prairies naturelles, les bêtes remontent vers les hautes terres où l’on détruit le couvert forestier pour faire place aux pâturages. Cette migration des troupeaux est rendue inévitable par la croissance de la culture de la canne à sucre dans les plaines en période de sécheresse.

Lire la suite : http://www.courrierinternational.com/article/2009/06/29/le-pantanal-en-danger

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :