Ce sont toujours les plus précaires qui payent la note.

par Juliette Rousseau

Le mouvement social qui agite le Brésil ne sort pas de nulle part : depuis deux ans, les mobilisations urbaines se succèdent contre les grands projets imposés d’en haut, sans aucune consultation publique. A Rio, des quartiers entiers sont « restructurés » au mépris du droit, et des milliers d’habitants de favelas sont expulsés pour cause de Mondial de foot et de Jeux Olympiques. Ce qui n’empêche pas de nombreux collectifs de résister et de construire des alternatives à cette gestion autoritaire de la ville.

La suite sur : http://www.bastamag.net/article3141.html

Dis François, tu comptes en parler pendant tes JMJ ?

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s