Pas au nom d’Allende, ni du socialisme

par Pablo Sepulveda Allende  

Comment qualifier Leopoldo Lopez de « prisonnier de conscience » quand, en plus des faits déjà évoqués, il a été l’un des acteurs les plus visibles et les plus violents de la répression du régime putschiste qui renversa pour 48 heures Hugo Chavez en 2002 ? Le dirigeant politique condamné, a lancé un appel ouvert et public, clairement destiné à l’insurrection, « au soulèvement », à « rester dans les rues jusqu’à obtenir la sortie du Gouvernement », « jusqu’à ce que nous arrivions à faire sortir ceux qui nous gouvernent » qui a conduit à des mois de violence politique pour obtenir le renversement d’un Gouvernement légitime et jouissant d’un large soutien des citoyens.

La suite sur : http://www.michelcollon.info/Pas-au-nom-d-Allende-ni-du.html?lang=fr

Étiquettes : , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :