Pour quelques milliards de plus

« Nous sommes l’une des seules banques en croissance et nous voulons maintenir une croissance saine. Il faut réparer le toit tant que le soleil brille. » Ce sont les mots de Rik Vandenberghe, CEO d’ING lundi pour justifier les 7000 suppressions d’emplois, dont pas moins de 3500 en Belgique.

Il est en effet, peu de dire que le géant bancaire hollandais se porte bien. ING Belgique a versé a lui seul 1,1 milliards de dividendes l’an dernier. En 2015, le groupe a dégagé un bénéfice net de 4,01 milliards. Un résultat plus que triplé par rapport à celui de 2014. Celui-ci s’annonce encore plus grand pour 2016, puisque sur le premier semestre, il s’élève à 2,552 milliards d’euros (+20%).

Le cynisme du CEO d’ING semble ne pas avoir de limites. Ce patron s’était en effet octroyé l’an dernier une augmentation de 30%. Son salaire atteignant désormais à 1,63 millions d’euros. Hors bonus et avantages il va de soi. Déception, cette hausse de salaire était en deçà des 50% espérés. Réaction du principal intéressé : « Je pense que c’est fait faire preuve de cran que d’avoir accepté une coupe de 20% »…

Enfin, vendredi dernier, peu avant de plonger 3500 familles belges dans l’incertitude, il envoyait un mail en interne à ses équipe pour leur préciser que « des choses excitantes sont en train de se passer, je pourrai vous en dire plus ce lundi. »

Le client, lui aussi victime

Au-delà du drame social, en supprimant 600 agences dans le pays, s’ajoute un vrai problème d’accessibilité pour les clients. Fin 2015, dans son rapport annuel de l’inclusion financière , Financité mettait en lumière l’érosion du nombre d’agences bancaires en Belgique. Entre 2008 et 2014, près de 1500 agences ont fermé leurs portes, soit une toutes les 36h.

De surcroît, de fortes disparités territoriales existent. En Flandres, on recense 35 agences pour 100km2 contre 9,8 en Wallonie. Nul doute que les mesures annoncées ce matin ne feront qu’aggraver ces phénomènes.

ING entend compenser ces fermetures par l’essor du e-banking. Il est nécessaire de rappeler que l’e-banking n’est pas adapté à de tout le monde. De nombreuses personnes ayant du mal à utiliser les nouvelles technologies ou rencontrant des problèmes de mobilité éprouvent de plus en plus de difficultés à accéder à leur argent, les personnes âgées notamment. La question se pose également pour les petits revenus, n’ayant pas accès, faute de moyens, à un ordinateur ou à Internet.

Les banques n’hésitent d’ailleurs pas à appliquer une politique tarifaire abusive pour les opérations basiques telles que des virements dès lors qu’ils ne sont pas effectués par Internet.

(Source FinanCite)

Et en plus, ils doivent la fermer : http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/ing-envoie-un-mail-menacant-a-son-personnel-57f5ddf3cd70e9985fea954c

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s