L’homme et ses oiseaux

Il était toujours assis devant sa porte quand je passais pour aller travailler et, pour être franc, il me mettait plutôt mal à l’aise. Tous les jours cet homme me saluait.

Et comme un rituel entre nous, qu’il fasse beau, qu’il pleuve ou qu’il vente, il faisait un commentaire sur le temps :

– Ah, aujourd’hui il va faire beau !
ou
– Il va encore pleuvoir !

Je l’oubliais vite, happé par le quotidien.

A vrai dire, si je m’arrêtais, j’avais peur qu’il me demande quelque chose. Mais un jour, alors que je m’attendais à un mot sur les flocons qui tardaient à venir, il m’a interpellé :

– Vous n’auriez pas un peu d’argent s’il vous plaît ?

C’est vrai qu’il avait l’air affamé.
Gêné, je lui ai glissé un billet sans écouter ses remerciements.

Je me suis senti dédouané pour quelques jours. Et puis je pourrais toujours changer d’itinéraire.

Mais je ne l’ai pas fait, et un matin il m’a interpellé à nouveau :

– Vous avez une minute pour entrer ?

J’ai hésité, étonné… oui, après tout, pourquoi pas ?

C’était la première fois qu’il me le proposait. Je suis entré et j’ai vu : la chaise cassée, la toile cirée pleine de trous.

Mais j’ai surtout entendu : juste au-dessus de l’évier, dans une cage, deux petits oiseaux chantaient. Il a du lire la surprise sur mon visage.

– Je voulais vous présenter mes oiseaux.
Grâce à vous, enfin, je me suis offert un peu de compagnie.

Ce que j’ai compris ce jour là m’a mis en route…

L’homme et ses oiseaux, une belle rencontre. Les premier pas d’un long chemin, racontés par Antoine, où, peu à peu, on apprend à se connaître, à partager, à se comprendre.

Alors les préjugés dont nous sommes tous pétris peuvent s’effacer et nous pouvons aller au-delà de nos peurs.

Nous pouvons voir l’homme qui nous interpelle – ou pas – notre égal, assoiffé de rencontres, de rêves et de beauté.

Le Mouvement ATD Quart Monde est un espace où se vivent de telles rencontres.
Elles sont précieuses pour tous et plus encore pour ceux qui vivent en permanence en butte au mépris et à la méfiance.
(Isabelle Pypaert Perrin – Déléguée générale)

La souffrance liée au regard de l’autre pèse finalement plus lourd que celle liée à la misère ou même à la douleur physique. Une telle souffrance ne peut être soulagée, elle ne peut que devenir l’enjeu d’un combat, l’enjeu d’une alliance. (Jean-Marie Petitclerc)

Lire aussi : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article33248

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s