L’important c’est l’oiseau

par Gérard Charollois

Lorsque surviennent des intempéries, les médias formatés décrivent complaisamment les inondations, les routes verglacées, les rues enneigées, le petit ou grand froid, les sécheresses persistantes, le vent dévastateur, sans jamais mentionner les effets de ces calamités sur la faune. Un lotissement immergé, des automobilistes en difficulté, des gamins jouant dans la neige, des viticulteurs sinistrés feront l’objet d’interminables reportages parfaitement interchangeables. Mais l’incidence du froid, de l’enneigement, du gel des plans d’eau sur l’avifaune n’atteint jamais l’esprit étriqué des informateurs radotant.

La suite sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article33423

Et aussi : http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150219_00604257

« Le ministre a donc demandé «que l’on prépare des mesures complémentaires afin de faciliter la régulation de ces espèces et qu’il y ait une simplification dans l’octroi des dérogations sollicitées.»

Et la régulation de toutes les saloperies que les humains font à la nature, c’est pour quand ?

Advertisements

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :