« Les dangereux activistes n’ont plus de tentes à donner ce soir. Mais ils ont fait le plein de colère. »

par Le Partageux

Partout, dans le discret ou le secret, des petites mains œuvrent pour un monde fraternel. Marie-Laure Malric rencontre des réfugiés de la jungle parisienne. Entre un appel pour trouver un logement et un autre pour financer nourriture et couvertures, elle raconte de temps à autre ses maraudes et les exactions de la police.

La suite sur : http://yetiblog.org/index.php?post/2177

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :