La finance de l’ombre plus puissante que jamais

Selon le Conseil de stabilité financière, censé mener les réformes suite à la crise de 2008, le shadow banking pèse l’extravagante somme de 92 000 milliards de dollars, soit 150 % du PIB mondial.
Le shadow banking (ou finance de l’ombre) regroupe tous les intermédiaires financiers se trouvant en dehors du système bancaire (des hedges funds jusqu’aux sociétés de crédit à la consommation, en passant par les fonds de pension).
Contrairement aux banques qui dépendent des dépôts de leurs clients, ces acteurs de la finance de l’ombre ne fonctionnent donc que sur les crédits. Ils ne sont donc pas soumis aux mêmes réglementations.
Si de nombreux économistes soulignent son utilité, il pourrait être vecteur de bulles et donc d’une nouvelle et massive crise financière à cause de sa démesure et de la faible réglementation qui lui est imposée.
Et parmi les différentes zones économiques, l’Europe en est la championne incontestable, avec à elle seule (hors Royaume-Uni), 30 000 milliards d’euros.

(source : Financité juin 2017)

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :