Faut-il en rire où en pleurer ?

Les marchands de vent.

par Jean-Claude Guillebaud

Les progrès de la sottise marchande sont décidément sans limites. Il y a peu, les médias nous ont appris que plusieurs sociétés de locations de vacances proposaient à leurs clients de s’assurer contre… le mauvais temps. Ce qui ressemble à une galéjade ne l’est pas. Moyennant une prime de plusieurs dizaines d’euros, il devient possible de se garantir contre des vacances gâchées par un ensoleillement insuffisant.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38842

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :