Pour les jeunes artistes, le règne de la galère

Par Diana De Crop et Roland Dewulf

Quand on aborde la question du Statut de l’artiste et, de manière plus générale, celle de la précarité dans le monde artistique, on ne met pas toujours le doigt sur la période charnière de l’entrée de carrière. En effet, les jeunes artistes, après leur sortie des Écoles d’art, se retrouvent sur un « marché » très concurrentiel, souvent sans avoir encore les réseaux de relation permettant de s’y faire une place. Pire : quand ils cherchent à obtenir des aides sociales, ils se trouvent face à une bureaucratie parfois obtus et qui ne connaît la spécificité et la volatilité d’un parcours artistique… Depuis 2015, l’asbl Les Amis d’ma mère les aide justement à se lancer, à répondre aux demandes de l’administration et à survire au milieu de la crise pandémique… Interview avec deux de ses fondateurs.

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/pour-les-jeunes-artistes-le-regne-de-la-galere/

Étiquettes : , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :