Archive for the ‘cinéma’ Category

Irène Papas, femme libre

septembre 16, 2022

Par Yannis Youlountas

Je n’ai pas connu personnellement cette figure du cinéma grec, mais aussi du théâtre et de la chanson. Je l’ai juste croisée une fois, près de Corinthe, au début des années 2000. Une rencontre par hasard. Des regards qui se sont croisés. Un sourire inoubliable et rien d’autre.

.

Mon souvenir d’Irène Papas se trouve surtout dans l’un des films qu’elle a sublimés : Zorba le Grec. Dans cette merveille de Nikos Kazantzakis adaptée par Michael Cacogiannis, elle incarne parfaitement la femme telle que je l’ai aperçue dans mon enfance en Grèce : une femme encore plus dominée qu’aujourd’hui sur la planète des hommes, notamment dans mon univers familial crétois.

La suite sur : http://blogyy.net/2022/09/16/irene-papas-femme-libre/

« Tori et Lokita »

septembre 7, 2022

Par Hubert Heyrendt

« Tori et Lokita »: les frères Dardenne sont de retour en grande forme avec un drame intense, prix spécial du 75e anniversaire du Festival de Cannes.
La suite sur : https://www.lalibre.be/culture/cinema/2022/09/07/tori-et-lokita-les-freres-dardenne-sont-de-retour-en-grande-forme-avec-un-drame-intense-prix-special-du-75e-anniversaire-du-festival-de-cannes-K2WSPPPY7RBYTJTBHNQBBDCM2Q/

Histoires d’eau

août 13, 2022

Water makes money : https://www.cinemutins.com/water-makes-money

Marcher sur l’eau : https://www.cinemutins.com/marcher-sur-l-eau

Mère d’eau – Marcia Theophilo – Des voix pour la Terre

Eau tu pensais dormir

dans le nid de la terre

mais il n’en fut pas ainsi.

Eté ardent tu es épais, solide, liquide, tu es vivant,

mais ne m’abandonne pas je ne sais vivre sans toi.

Les rêves vont à la dérive

sur une île de couleurs

en creusant l’âme

et en regardant la lune

amour qui fouille au fond

de la vallée gorgée d’eau.

La pluie a une saveur amère

galets feuilles nuages nuages charnus pluie,

pourquoi n’es-tu pas aussi douce qu’avant ?

Et l’âme de l’eau se fait vent

le vent ondule parmi les feuilles

éparses dans la forêt

le corps de mousse était le sien

lorsque l’eau et le vent se rejoignent

une fleur naît dans les entrailles de la terre

le vent murmure parmi les feuilles

les voix au loin évoquent

et épousent les couleurs de la nuit.

Feuilles qui se multiplient

je veux le vert généreux qui se renouvelle

tout ramène à l’essence primordiale

les feuilles poussent et tombent des arbres

en triangles et en carrés répandus sur le sol

eaux fraîches qui restaurent

enveloppées du parfum des fleurs

et des haies sauvages alors,

fleuve vaincu

je veux chanter ta douleur.

Il y a quelque chose comme une vague fumée

et des saveurs semblables

mais tu es encore vivant, utérus qui frémit

n’oublie pas ton passé

de fleuve débordant de poissons,

avec ta voix forte de cet azur-là,

raconte :

il y a des nuages en ce monde

qui en poisons se transforment

nuages noirs sur le monde

comme brasiers d’incendie et nuages de poussière.

« TopGun : Maverick » est un outil de propagande militaire, des documents officiels le prouvent

juillet 23, 2022

Par Alan Macleod

Dans des salles de cinéma aux États-Unis, des recruteurs de l’armée tiennent des stands pour cueillir des spectateurs à la sortie du film « Top Gun: Maverick ». Et pour cause, confronté à une pénurie de pilotes, le Pentagone espère susciter de nouvelles vocations avec cette superproduction hollywoodienne. Il a d’ailleurs activement participé à la réalisation du film qui poursuit plusieurs objectifs. Des documents révèlent les détails de ce partenariat et nous en apprennent un peu plus sur la manière dont l’impérialisme US utilise le cinéma comme outil de propagande. (IGA)

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/top-gun-maverick-est-un-outil-de-propagande-militaire-des-documents-officiels-le-prouvent/

« Il s’agit de réhabiliter l’image de l’armée à la suite de nombreuses guerres ratées. Le film permet également de mettre en avant des pilotes humains effectuant une véritable mission de combat, ce qui est très rare à l’heure des frappes aériennes à haute altitude et des guerres menées par des drones. Le film contribue à détourner l’attention de tous les pilotes de drones qui ont parlé de la misère et de l’horreur inhérentes à ce métier.«  (Tom Secker)

A la mémoire des victimes du massacre du 14 juillet 1953, deux initiatives auront lieu à Paris

juillet 4, 2022

Par Daniel Kupferstein

Le 10 juillet à 11H, au Cinéma Majestic Bastille, 2-4 Bd Richard-Lenoir Paris 11ème, dans le cadre « Un écran des droits », mon film « Les balles du 14 juillet 1953″ sera projeté suivi d’un débat avec les historiens Alain Ruscio et Gilles Manceron. 

Résumé du film

Le 14 juillet 1953, un drame terrible s’est déroulé en plein Paris. Au moment de la dislocation d’une manifestation en l’honneur de la Révolution Française, la police parisienne a chargé un cortège de manifestants algériens. Sept personnes (6 algériens et un français) ont été tuées et une centaine de manifestants ont été blessés dont plus de 40 par balles. Un vrai carnage.

Cette histoire est quasiment inconnue. Pratiquement personne n’est au courant de son existence. Comme si une page d’histoire avait été déchirée et mise à la poubelle. En France comme en Algérie.

Ce film, est l’histoire d’une longue enquête contre l’amnésie.Enquête au jour le jour, pour retrouver des témoins, pour faire parler les historiens, pour reprendre les informations dans les journaux de l’époque, dans les archives et autres centres de documentation afin de reconstituer au mieux le déroulement de ce drame mais aussi pour comprendre comment ce mensonge d’Etat a si bien fonctionné.

La suite sur : https://ujfp.org/a-la-memoire-des-victimes-du-massacre-du-14-juillet-1953-deux-initiatives-auront-lieu-a-paris/

A propos du film « Mizrahim », les oubliés de la Terre promise

juillet 1, 2022

L’UJFP avait été sollicitée pour participer au soutien du film « Mizrahim, les oubliés de la Terre promise »1 de la réalisatrice Michale Boganim. Celui-ci s’est révélé impossible par solidarité avec nos amis palestiniens et selon les règles de la campagne BDS : nous ne pouvons ignorer que ce film dispose du soutien du Fonds Rabinovitch pour le cinéma qui exige du réalisateur ou de la réalisatrice un engagement de fidélité à l’État d’Israël.

La suite sur : https://ujfp.org/a-propos-du-film-mizrahim-les-oublies-de-la-terre-promise/

Birds of América ou l’Amérique comme cimetière

juin 5, 2022

Par Rosa Llorens

Arrive dans quelques salles un film qui ne fait pas de propagande russophobe, ni LGBT ; malgré son titre joyeux, Birds of America, de Jacques Loeuille, n’est pas non plus un film à la gloire de l’Amérique : c’est même plutôt un Requiem pour une Amérique défunte.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/birds-of-america-ou-l-amerique-comme-cimetiere.html

Avec « Tori et Lokita », les frères Dardenne bouleversent à nouveau le festival de Cannes

mai 24, 2022

Par Hubert Heyrendt

Ce mardi après-midi marquait le retour en Compétition à Cannes, pour la neuvième fois, de Luc et Jean-Pierre Dardenne. Les cinéastes liégeois signent avec « Tori et Lokita », un drame d’une rare intensité et profondément humain sur la clandestinité en Belgique.

La suite sur : https://www.lalibre.be/culture/cinema/cannes/2022/05/24/avec-tori-et-lokita-les-freres-dardenne-bouleversent-a-nouveau-la-croisette-MW7BNBMBRVEMTBHI6KMBHDN5JE/

Projection-débat du film : »Not Just Your Picture »

mai 1, 2022

Projection du film « Not Just Your Picture » de Anne Paq et Dror Dayan (56)

« La vie de Ramsis et Layla Kilani, nés et élevés en Allemagne, a été bouleversée par la mort de leur père palestinien, Ibrahim, tué avec leurs cinq demi-frères et sœurs dans les bombardements israéliens à Gaza en 2014. Choqués par le silence de l’Allemagne alors même qu’Ibrahim et ses enfants en avaient la citoyenneté, Ramsis et Layla n’ont eu de cesse depuis de se rapprocher de leurs racines palestiniennes et de réclamer justice. https://notjustyourpicture.com

La suite sur : https://www.association-belgo-palestinienne.be/projection-debat-du-film-not-just-your-picture/

« Julian Assange fait l’objet d’une punition exemplaire depuis une décennie »

avril 24, 2022

Par Juan Pancorbo, Clara Lopez Rubio

  • « Dans une démocratie, la liberté d’informer est un minimum vital et ne peut être une option, quelles que soient nos opinions politiques ». Partant de ce constat, les Mutins de Pangée ont eu la brillante idée d’éditer un coffret sur l’affaire Assange. Il comprend un livre, recueil de 260 pages de textes et d’entretiens inédits en français, accompagné d’une chronologie aussi détaillée qu’utile. Un film, Hacking Justice, agrémente le tout. Nous vous proposons un entretien avec ses deux réalisateurs, Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo. Entre l’échappée d’Assange au sein de l’ambassade équatorienne en 2012 et son arrestation en vue d’une extradition vers les États-Unis, les réalisateurs ont côtoyé le fondateur de Wikileaks enfermé dans l’ambassade et ont suivi son avocat Baltasar Garzon aux quatre coins du monde. Avec des accents de thriller haletant, nous voyons la défense d’Assange s’ériger pour tenter de contrer l’une des plus grandes injustices de notre époque. Une histoire aux implications politiques profondes pour la liberté d’informer. Une histoire qui résonne particulièrement alors que la justice britannique vient d’autoriser formellement l’extradition d’Assange vers les États-Unis. (IGA)
  • La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/julian-assange-fait-lobjet-dune-punition-exemplaire-depuis-une-decennie/

Et aussi : https://www.legrandsoir.info/le-sort-de-julian-assange-est-entre-les-mains-du-gouvernement-britannique-pour-l-instant.html