Archive for the ‘cinéma’ Category

Bouli Lanners sacré meilleur acteur au festival du film de Cabourg

juin 16, 2019

Il a été récompensé pour son rôle de Mario Messina dans le film « C’est ça l’amour » de la réalisatrice française Claire Burger, qui a pour sa part reçu le prix de la meilleure réalisatrice.

La suite sur : https://www.lalibre.be/culture/cinema/bouli-lanners-sacre-meilleur-acteur-au-festival-du-film-de-cabourg-5d055ce87b50a62b5bf6faf4

Publicités

Alma

juin 4, 2019

Patrick Rouxel a signé un film exceptionnel. « Alma », le documentaire fait prendre conscience de la brutalité humaine à l’égard de la forêt et des animaux sauvages et domestiques. Un récit poétique avec des images à la limite du supportable et un objectif : celui de sensibiliser l’opinion sur les rapports de l’homme aux autres êtres vivants.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article41422

Cisjordanie à Cannes, la course d’obstacles d’un jeune cinéaste palestinien

juin 3, 2019

« Premier étudiant palestinien sélectionné par la Cinéfondation, pépinière de nouveaux talents du festival de Cannes, Wisam al-Jafari a appris à contourner les difficultés, à l’image des ses protagonistes dans « Ambience », film étonnamment joyeux tourné dans le camps de réfugiés où il habite », relate l’Agence France Presse (AFP).

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article264

Cinéma en smoking, cinéma en cagoule

mai 31, 2019

par Yannis Youlountas

Nous avons reçu un message de félicitations d’un notable du Festival de Cannes, suite à son échange avec des amis communs sur place, qui a tâté le terrain en s’adressant à Maud et Yannis. Voici un extrait de notre réponse collective.

La suite sur : http://blogyy.net/2019/05/31/cinema-en-smoking-cinema-en-cagoule/

Alice Guy, la première vraie cinéaste au monde

mai 28, 2019

par Bernard Gensane

C’est en voulant me documenter de nouveau sur Louis Le Prince, chimiste français émigré en Grande-Bretagne et auteur du premier film cinématographique que je suis tombé sur la Française Alice Guy, réalisatrice (pardon : réalisateure) du second film de fiction de l’histoire du cinéma.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/alice-guy-la-premiere-vraie-cineaste-au-monde.html

https://www.liberation.fr/debats/2019/06/05/la-pellicule-invisible-d-alice-guy_1731901

« Sorry We Missed you » : un Ken Loach désespéré met en scène l’ubérisation du travail

mai 17, 2019

par Fernand Denis

Comment a évolué le monde du travail durant les cinquante dernières années ? Facile, il suffit de regarder les films de Ken Loach.

Dans « Moi, Daniel Blake », sa Palme d’or, le cinéaste britannique abordait la fracture numérique qui excluait les plus âgés. Dans « Sorry We Missed You », ovationné à Cannes, il met en scène l’uberisation.

La suite sur : https://www.lalibre.be/culture/cinema/cannes/sorry-we-missed-you-un-ken-loach-desespere-met-en-scene-l-uberisation-du-travail-5cde86f8d8ad586467acae1e

Après « Merci Patron ! », François Ruffin revient avec un film très touchant sur les Gilets jaunes, « J’veux du soleil »

mai 15, 2019

par Hubert Heyrendt

Depuis le 17 novembre dernier, la France vit, tous les samedis au rythme des manifestations. La colère est partie de « La France d’en bas », « périphérique », incapable d’encaisser la hausse des taxes sur les carburants décidée par le gouvernement d’Edouard Philippe. « Rends l’ISF d’abord ! » « Destitution ! » « R.I.C. ! » « Macron démission ! » : les slogans ont rapidement fleuri autour des ronds-points de France.

La suite sur : https://www.lalibre.be/culture/cinema/apres-merci-patron-francois-ruffin-revient-avec-un-film-tres-touchant-sur-les-gilets-jaunes-j-veux-du-soleil-5cda94179978e2534732b025

J’veux du soleil ! : une heure quinze de fraternité

avril 4, 2019

par Le Partageux

Je viens enfin de voir J’veux du soleil !. Je sors tout juste de la projection…

Et ma première réflexion, c’est la même qu’après la lecture de Ce pays que tu ne connais pas. Je n’ai rien retrouvé dans les deux œuvres, rien de ce que m’en avaient raconté les je-sais-tout qui t’expliquent du haut de leur piédestal ce que nous, pauvres imbéciles, devrions en penser. Tu peux oublier à peu près tout ce que les bavards professionnels ont dit et écrit sur J’veux du soleil !.

Oublier les méchancetés, oublier le fiel, oublier les attaques viles et les coups bas. Oublier tout.

Tu ne verras pas la fameuse moto Harley-Davidson de Ruffin omniprésente dans une très longue critique : François conduit une bagnole ! Voiture dont je suis bien infoutu de te dire la marque. Le critique si bavard n’a tout simplement pas vu le film ! Et même pas vu la bande-annonce de deux minutes où l’on voit François Ruffin rassurer Gilles Perret au sujet des freins de la voiture refaits par Norauto la veille.

La suite sur : https://yetiblog.org/archives/15361

« Si les cons savaient voler il y en a beaucoup qui seraient chef d’escadrille  » https://yetiblog.org/archives/16491

Et lisez aussi le livre de François Ruffin : « Ce pays que tu ne connais pas » Ed. Les Arènes

Agnès Varda

mars 29, 2019

Agnès Varda : « On a besoin de ça les cinéastes ! » entretien en février 2018

https://www.lalibre.be/culture/cinema/la-cineaste-agnes-varda-est-decedee-a-l-age-de-90-ans-portrait-5c9df1e09978e26333226b52

J’veux du soleil

mars 27, 2019