Archive for the ‘histoire’ Category

Rwanda : Macron réécrit l’Histoire

juin 6, 2021

Arte et la fabrication de l’histoire de l’ex-Yougoslavie

juin 4, 2021

Par Alexis Troude, Patrick Barriot, Jacques Hogard

La chaîne de télévision Arte a diffusé le 4 mai 2021 un documentaire de Lucio Mollica intitulé « Ex-Yougoslavie – Les procès du Tribunal pénal international ». La première partie de ce documentaire est consacrée aux crimes, la deuxième aux sanctions. Il constitue une grossière falsification de l’histoire de l’ex-Yougoslavie dont la chaîne Arte est coutumière. Ce documentaire à charge veut démontrer que les musulmans bosniaques et albanais sont les seules victimes des guerres yougoslaves.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/arte-et-la-fabrication-de-lhistoire-de-lex-yougoslavie/

Gaston Da Costa : se défier des endormeurs

mars 23, 2021

par Tristan Bonnier

La Commune détient 74 otages. Elle propose au gouvernement de les lui restituer en échange du seul Auguste Blanqui, alors incarcéré. C’est que l’homme a déjà tout du « mythe » : trois décennies derrière les barreaux et une opposition inlassable aux pouvoirs en place. Adolphe Thiers refuse — libérer Blanqui, c’est risquer de décupler les forces de l’insurrection. Gaston Da Costa, 20 ans, compte parmi les disciples de ce stratège de l’avant-garde révolutionnaire. Condamné aux travaux forcés à perpétuité après l’écrasement de la Commune de Paris, Da Costa, substitut du procureur durant les événements, reviendra, 30 ans après, sur ces semaines de « drame » avec son livre La Commune vécue. Portrait de l’auteur et fresque d’un courant atypique du socialisme français, le blanquisme, désavoué, depuis, par la plupart des courants marxistes et libertaires.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/gaston-da-costa-se-defier-des-endormeurs/

La Commune

mars 18, 2021

La Commune, où « le règne de la justice » : https://www.revue-ballast.fr/la-commune-ou-le-regne-de-la-justice/

La commune de Paris au jour le jour : http://www.contretemps.eu/journal-commune-18-mars-1871/

La responsabilité de la presse dans la répression de la Commune de Paris : https://www.acrimed.org/La-responsabilite-de-la-presse-dans-la-repression

La Commune de Paris, vouée aux gémonies : http://www.archyves.net/html/Blog/?p=8244

Il y a 150 ans, Paris s’est éveillée : https://lecourrier.ch/dossier/il-y-a-150-ans-paris-sest-eveillee/

Un ancien néonazi à la tête d’une section de l’Institut de la Mémoire Nationale polonaise

mars 18, 2021

Ce pays membre de l’Union européenne depuis 2004 est en proie avec son histoire. Depuis plusieurs années, le parti conservateur catholique au pouvoir à Varsovie tente d’imposer un nouveau récit national. L’institut en charge de cette mission est devenu une véritable police politique usant de révisionnisme historique. Le mois dernier, il a été révélé que l’un de ses responsables locaux provient des rangs néonazis – RÉVISION DE L’HISTOIRE.

La suite sur : http://resistances-infos.blogspot.com/2021/03/un-ancien-neonazi-la-tete-dune-section.html

L’ultime retour des barbares

mars 17, 2021

par Fethi Gharbi

C’est la deuxième guerre du Golfe qui allait constituer le vrai champ d’expérimentation du chaos, une avant-première de la tragédie qui secoue aujourd’hui l’Afrique du nord et le Moyen Orient. Il ne s’agit plus de vaincre une armée ou de renverser un pouvoir ou même d’occuper un pays mais de détruire des états avec toutes leurs institutions et de diviser dans le sang des sociétés en dressant les groupes ethniques et confessionnels les uns contre les autres. Il faut toutefois préciser que cette gigantesque manœuvre de déstabilisation du monde arabe, cyniquement appelée « printemps arabe » s’inscrit dans une démarche dont les racines remontent bien loin dans le temps.

La suite sur : https://nawaat.org/2014/08/04/lultime-retour-des-barbares/

Napoléon et le rétablissement de l’esclavage : les euphémismes sidérants de Gabriel Attal

mars 16, 2021

par Pierre Tevanian

Le porte-parole du gouvernement parle d’un « choix qui apparaît contestable aujourd’hui », s’étonne le philosophe Pierre Tevanian. Comme si, à l’époque, l’esclavage n’avait pas été contesté, et même combattu, en premier lieu par ceux qui le subissaient : les esclaves.

La suite sur : https://www.nouvelobs.com/idees/20210315.OBS41425/napoleon-et-le-retablissement-de-l-esclavage-les-euphemismes-siderants-de-gabriel-attal.html

La Commune est-elle morte ?

mars 4, 2021

C’est en mars 1871 que pris naissance cet épisode que l’histoire retiendra sous le nom de: la Commune de Paris

La suite sur : http://lescenobitestranquilles.fr/2021/03/la-commune-est-elle-morte/

De la « tricoteuse » à la « pétroleuse » ou les figures répulsives de la « femme publique »

février 28, 2021

par Michèle Riot-Sarcey

L’image de la pétroleuse s’impose au lecteur : d’abord intéressé par l’histoire de la Commune, le regard du spectateur est aussitôt détourné du côté de l’excès par les caricatures qui immédiatement recouvrent l’événement. La représentation de la pétroleuse choque l’imagination et permet d’occulter, par substitution, les pratiques publiques de femmes, nombreuses, différemment engagées dans ce moment d’exceptionnelle agitation que fut la Commune de Paris.

La suite sur : https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/02/23/michele-riot-sarcey-de-la-tricoteuse-a-la-petroleuse-ou-les-figures-repulsives-de-la-femme-publique/

Les lacrymos, une arme de guerre civile

février 10, 2021

Comment les gaz devinrent le poison favori des suprémacistes blancs

Par Anna Feigenbaum

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Unai Aranceta, Ferdinand Cazalis et Elvina Le Poul
Texte original : « How Tear Gas Became the White Supremacist’s Favorite Poison », Mother Jones, 8 juin 2020.

Armes de « contrôle des foules » par excellence, les gaz lacrymogènes semblent être devenus l’un des outils privilégiés du maintien de l’ordre contemporain. Leur usage dans le cadre de manifestations publiques s’est systématisé ces dernières années, au point que l’image de rassemblements noyés sous les gaz semblent être devenue la norme. Aux États-Unis, la répression des mouvements Black Lives Matter a apporté une nouvelle illustration de l’usage disproportionné que la police fait de ses armes, en particulier lorsqu’il s’agit d’étouffer les revendications des groupes les plus discriminés. Mais alors que l’expérience des effets des gaz est de plus en plus partagée, leur histoire, qui plonge ses racines dans la Première Guerre mondiale puis dans la gestion coloniale, reste souvent méconnue.

La suite sur : https://www.jefklak.org/les-lacrymos-une-arme-de-guerre-civile/