Archive for the ‘livre’ Category

Couvrez ces plaies que je ne saurais voir…..

juillet 19, 2020

par Maxime Vivas

Le 24 janvier 2019, le professeur Laurent Thines, neurochirurgien au CHU de Besançon, après avoir constaté les dégâts occasionnés par les LBD, informe les pouvoirs publics et lance une pétition.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/couvrez-ces-plaies-que-je-ne-saurais-voir.html

https://www.legrandsoir.info/feu-poemes-jaunes.html

Je n’avale plus ça ! Comment résister au virus de l’agro-business

juillet 1, 2020

Le Covid-19 n’est pas une catastrophe naturelle, une fatalité sur la quelle l’homme n’aurait aucune prise. En realité, cela a été provoqué par un modéle bien précis : l’agro-business et sa production industrielle de la nourriture, qui met en danger l’ecosystème et affaiblit nos résistances face aux maladies et aux pandémies. Un livre qui sonne l’alerte mais aussi qui offre des conseils pratiques pour préserver son bien-être.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/je-navale-plus-ca-comment-resister-au-virus-de-lagro-business/

Bilan Covid-19 : 25.000 morts sur la conscience de l’État (plus les pétages de plomb de nos “amis”)

juin 17, 2020

par Pierrick Tillet

Il est temps de tirer le bilan final de cette épidémie de Covid-19, désormais terminée (les tordus, lâchez-nous svp avec le “rebond” d’une centaine de nouveaux cas en Chine !). Ce sera en tout cas la dernière intervention du yetiblog sur ce sujet.

Car le moins que l’on puisse dire est que ce bilan n’est guère brillant pour nous autres Français. Pour le professeur Christian Perronne, infectiologue, l’État français a juste 25.000 morts sur la conscience par :

La suite sur : https://yetiblog.org/archives/25597

Adolescents : quelques clés pour éviter l’addiction au smartphone

juin 14, 2020

Une opinion d’Elodie Gentina, associate professor, marketing, IÉSEG School of Management.

Sous forme de smartphones, d’ordinateurs ou de tablettes, les écrans sont désormais omniprésents dans le quotidien des adolescents. À partir de 10 ans, 35 % d’entre eux possèdent leur propre console de jeu, 28 % leur propre tablette, et 11 % leur propre téléviseur. Le smartphone arrive très vite aussi : 87 % des 10-15 ans déclarent posséder un smartphone, dont 65 % depuis l’entrée en classe de sixième, d’après la dernière étude Médiamétrie-OPEN.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/adolescents-quelques-cles-pour-eviter-l-addiction-au-smartphone-5ee239e19978e21bd06f58db

A lire : » La fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants. » – Michel Desmurget – Seuil

Les créateurs des réseaux « sociaux » jouent sur nos fragilités : restons prudents : https://www.lalibre.be/debats/opinions/reseaux-sociaux-prenez-garde-aux-pirates-de-l-attention-5ee63d457b50a66a596f522b

5G mon amour – Nicolas Bérard

juin 9, 2020

Depuis plus d’un an et particulièrement ces derniers mois, les sabotages d’antennes-relais se sont multipliées, en France (voir l’article du Parisien paru il y a quelques semaines) et en Europe. À Grenoble, où plusieurs antennes ont été incendiées en mai, le procureur Éric Vaillant privilégie la piste de « l’ultragauche anarcho-libertaire ». D’autres incriminent volontiers des « complotistes » pour qui la 5G serait responsable de la diffusion du dernier Coronavirus. Dans 5G mon amour, Nicolas Bérard apporte un autre éclairage à cette question : que l’on soit électrohypersensible, simplement muni d’un peu de bon sens ou que l’on tende l’oreille à des médecins et des scientifiques qui s’inquiètent depuis quelques années à ce sujet, il y a aurait des raisons parfaitement raisonnables modérées de refuser la 5G.

La suite sur : https://lundi.am/5G-mon-amour-Nicolas-Berard

30 ans après, (re)lire Backlash de Susan Faludi

juin 8, 2020

Par Rafaëlle Gandini Miletto

Au début des années 1990, l’universitaire étasunien Allan Bloom compare sa situation à celle des réfugiés du Cambodge : les explosions de bombes, ce sont cette fois les féministes qui auraient pris le contrôle du monde universitaire… À l’époque, les femmes occupent pourtant 10 % seulement des chaires du pays — et, dans la discipline de l’intéressé, la philosophie, ne sont à l’origine que de 2,5 % des publications. Comment comprendre pareille réaction ? C’est à cette tâche que s’attelle Susan Faludi dans son ouvrage phare Backlash, paru en 1991. Celui-ci décrit et analyse les mobilisations hostiles qui, aux États-Unis, ont alors suivi l’affirmation du mouvement féministe. Alors même que la situation du début des années 1990 reste profondément inégalitaire, l’émancipation des femmes qui se profile est en elle-même une possibilité insupportable pour les partisans de l’ordre social en place. S’ensuit une réaction violente : un « backlash ».

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/30-ans-apres-relire-backlash-de-susan-faludi/

L’ONG Sea Watch reprend ses opérations de sauvetage

juin 8, 2020

L’ONG allemande Sea Watch va reprendre ses opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée et a pour ce faire instauré des mesures de prévention du Covid-19 sur son bateau humanitaire, a-t-elle annoncé lundi.

La suite sur : https://www.lalibre.be/dernieres-depeches/belga/l-ong-sea-watch-reprend-ses-operations-de-sauvetage-5ede5d999978e21bd0579f7c

A lire d’urgence : Lesbos, la honte de l’Europe de Jean Ziegler.

« En mission pour l’ONU, Jean Ziegler s’est rendu en mai 2019 à Lesbos, cette île grecque qui abrite le plus grand des cinq « centres d’accueil » de réfugiées en mer Egée. Sous la haute autorité de l’Union européenne, plus de 18 000 personnes y sont entassées dans des conditions inhumaines, en violation des principes les plus élémentaires des droits de l’homme. Le droit d’asile y est nié par l’impossibilité même dans laquelle se trouvent la plupart des réfugiés de déposer leur demande; le droit à l’alimentation, quand la nourriture distribuée est notoirement avariée, le droit à la dignité, quand les rats colonisent les montagnes d’immondices qui entourent le camp officiel, quand les poux infestent les containers dans lesquelles les familles doivent s’entasser; les droits de l’enfant, quand la promiscuité livre les plus vulnérables aux violences sexuelle et les prive, bien sûr, de tout accès à l’éducation.
La honte de l’Europe.
Pour la plupart, ces réfugiés sont venus d’Irak, de Syrie, d’Afghanistan, d’Iran. Ils évoquent ici leur long calvaire : la torture, l’extorsion, le pillage, les passeurs infâmes, les naufrages, les familles décimées, les tentatives de refoulement de Frontex et des garde-côtes grecs et turcs.
Les responsables des camps disent leur point de vue, les militants des organisations humanitaires expliquent les obstacles qu’il leur faut lever au quotidien pour sauver des vies. Le dossier est accablant.
Jean Ziegler, s’indigne, alerte, exige.

https://www.lalibre.be/international/europe/l-europe-preoccupee-des-recits-de-torture-a-la-frontiere-croate-5ee37d927b50a66a595c3940

L’Union européenne « préoccupée », une fois de plus, mais quant à agir, alors là il n’y a plus personne. Union européenne de la HONTE.

Leur folie, nos vies

juin 5, 2020

Les masques manquants, les sacs poubelles remis aux soignants, les surblouses fabriquées à la maison, les premiers de corvée qui triment : tout cela, ils vont l’oublier. Alors que le système tient, il fonctionne, par la loi d’amnésie.

La suite sur : https://francoisruffin.fr/leur-folie-nos-vies-2/

https://francoisruffin.fr/leur-folie-nos-vies/

Rencontre avec Maboula Soumahoro : le racisme, un poids constant

juin 1, 2020

par Annabelle Georgen

Dans son essai autobiographique Le Triangle et l’Hexagone. Réflexions sur une identité noire, la chercheuse française Maboula Soumahoro, 44 ans, spécialiste de la diaspora africaine et maîtresse de conférences à l’Université de Tours, noue un dialogue entre ses travaux de recherche et son parcours de femme noire. Elle appelle à briser le tabou qui entoure la notion de race, condition indispensable selon elle pour mettre au jour le racisme enraciné dans la société française. Entretien.

La suite sur : https://www.axellemag.be/rencontre-maboula-soumahoro/

Valérie Rey-Robert : « Le problème, c’est la manière dont les hommes deviennent des hommes »

avril 25, 2020

Ainsi, le fémi­nisme serait à la mode, au point d’être deve­nu « cool » ? Ce serait là le signe, nous dit Valérie Rey-Robert, mili­tante et essayiste à qui l’on doit deux ouvrages parus aux édi­tions Libertalia, qu’il aurait per­du sa radi­ca­li­té. Et c’est pré­ci­sé­ment de radi­ca­li­té dont il est ques­tion dans sa der­nière publi­ca­tion, Le Sexisme, une affaire d’hommes, puisque Rey-Robert entend remon­ter à la source : com­ment se per­pé­tue cette « guerre » menée contre les femmes au nom d’un sys­tème idéo­lo­gique struc­tu­ré, arti­cu­lé, connu sous le nom de « patriar­cat » ? Tandis que le confi­ne­ment se double d’une aug­men­ta­tion des vio­lences domes­tiques, nous reve­nons avec elle sur la réflexion qu’elle porte, comme blo­gueuse ini­tia­le­ment, depuis près de 15 ans.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/valerie-rey-robert-le-probleme-cest-la-maniere-dont-les-hommes-deviennent-des-hommes/