Archive for the ‘luttes’ Category

Adieu à Dirk Van Duppen | Une vie entière d’engagement comme médecin du peuple

avril 1, 2020

Le docteur Dirk Van Duppen est décédé la nuit dernière. À l’époque où il était président de Médecine pour le Peuple, il s’est fait connaître avec son « modèle kiwi », qui permet de réduire le prix des médicaments. Un combat de longue haleine qu’il a récemment encore qualifié de « vital », en pleine crise du coronavirus.

La suite sur : https://www.ptb.be/adieu_dirk_van_duppen_une_vie_enti_re_d_engagement_comme_m_decin_du_peuple

Citoyennes, citoyens, on se barre

mars 19, 2020

Sur les réseaux sociaux, les combats des femmes passent au niveau supérieur

mars 6, 2020

Grâce aux hashtags les luttes féministes se font de plus en plus entendre.

Porte-voix des combats quotidiens, facilitateurs de relations et amplificateurs de doléances, les réseaux sociaux sont devenus un espace indispensable pour l’épanouissement des luttes sociales. Qu’on y parle politique, faits de société, orientation sexuelle, genre, droits populaires, critique des médias, liberté d’expression, chaque combat se munit désormais d’un hashtag comme étendard d’une cause précise sous lequel chacun pourra donner son avis. Il permet aux personnes intéressées de retrouver en un rien de temps tout ce qui s’est dit à ce sujet, les avis, les expertises, les photos, les vidéos et les commentaires de ceux qui prennent la discussion à cœur. Les réseaux sociaux permettent à une lutte de se propager à la vitesse de la lumière à travers le monde.

La suite sur : https://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/sur-les-reseaux-sociaux-les-combats-des-femmes-passent-au-niveau-superieur-5e623648f20d5a31a4285f69

Elle était une fois…. le 8 mars

mars 5, 2020

par Elise Voillot

Chaque 8 mars, c’est la même chose. Le temps d’une journée entre Noël et la fête des Mères, des entreprises, avides d’une énième stratégie juteuse, célèbrent la « fête de la femme ». Oyez, oyez, à coup de promotions sur les aspirateurs (« stéréotypes » vous dites ?), de cadeaux empoisonnés et d’engagement rose bonbon, entendez la bonne parole : le 8 mars, les femmes (et leurs portefeuilles) le valent bien. Derrière cette appropriation marketing douteuse se cache pourtant une date essentielle. La journée internationale des droits des femmes (ou JIDF pour les intimes) nous rappelle chaque année que la lutte pour une société plus égalitaire doit perdurer. Aujourd’hui, on vous raconte comment elle est née.

La suite sur : http://www.femmes-plurielles.be/elle-etait-une-fois-le-8-mars/

Non, le 8 mars n’est pas « la journée de la femme » : http://www.femmes-plurielles.be/non-le-8-mars-nest-pas-la-journee-de-la-femme/

Quelques dates de l’histoire politique des femmes en Belgique : http://www.femmes-plurielles.be/quelques-dates-de-lhistoire-politique-des-femmes-en-belgique/

Bread and roses

Debout les femmes

La grève comme outil d’émancipation des femmes

mars 5, 2020

Carte blanche proposée par la Centrale Générale FGTB

En 1966, la Belgique connut durant 12 semaines une grève inédite qui laissa une empreinte indélébile dans le champs économique et social belge : la grève des ouvrières de la Fabrique Nationale à Herstal.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/la-greve-comme-outil-d-emancipation-des-femmes/article-opinion-1259533.html

« Quand les grévistes voient l’ampleur des dons aux caisses de grève, ça leur donne confiance »

mars 3, 2020

par Rachel Knaebel

Elles sont l’un des symboles de la mobilisation contre la réforme des retraites : de multiples caisses de grèves ont collecté plusieurs millions d’euros pour aider les grévistes à tenir et, peut-être, à relancer le mouvement après le passage en force du gouvernement qui recourt à l’article 49.3. Gabriel Rosenman, ancien cheminot et militant Sud Rail, écrit aujourd’hui une thèse sur l’histoire des caisses de grève. Entretien.

La suite sur : https://www.bastamag.net/Retraites-49-3-caisses-de-greves-intersyndicale-cheminot-RATP-postiers

Nouvelle racaille ouvrière

mars 3, 2020

par Alimaj Tascam

Il est 5h, Belliard s’éveille. Au cours de la longue mobilisation des machinistes de la RATP, le dépôt de bus du 18ème arrondissement a reconduit quotidiennement ses piquets, foyers de lutte et de fête. Protagoniste de la grève, une nouvelle génération de travailleurs des quartiers, Blacks/Blancs/Beurs, est appelée à faire sentir sa présence dans l’avenir des luttes de classes en France.

La suite sur : https://www.revolutionpermanente.fr/Nouvelle-racaille-ouvriere

A l’assaut des murs

mars 3, 2020

par C. M.

Où que l’on aille en France, ou presque, on les croise désormais sur notre chemin : des collages visant à dénoncer, en lettres capitales, les féminicides, les agressions sexuelles et sexistes, la domination masculine au quotidien. Une manière, pour les activistes anonymes qui les réalisent, de marquer l’espace public et l’esprit des passants et des passantes — au risque, la nuit tombée, de croiser les forces de l’ordre. L’une d’entre elles, impliquée au sein d’un collectif, raconte ici son expérience des collages. Sans ambition de généraliser ni de parler pour autrui, précise-t-elle.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/assaut-murs/

« Tu veux dire qu’on a plus de chance de passer 24 heures au poste que le connard qui tape sa meuf ? »

Les traces inoubliables de la non-létalité

mars 2, 2020

par Alexis Munier-Pugin N.

Depuis décembre 2018, des Gilets Jaunes à aujourd’hui, les mouvements sociaux ont été sévèrement châtiés. La stratégie punitive du pouvoir prend appui sur l’utilisation d’armes dites non létales, qui sont conçues pour que la cible ne soit pas tuée ou peu blessée. Pourtant, la mort de Zineb Redouane et les 2 500 manifestants blessés prouvent le contraire1. D’un non létal l’autre, la mythologie d’une violence qui n’est en pas une continue sans complexes en France. Macron pose tout sourire avec le t-shirt « LBD 2020 » représentant la mascotte du Festival de BD d’Angoulême éborgnée. Il n’y a même plus besoin d’une satire du pouvoir, puisque le pouvoir écrit lui-même sa propre farce.

Quelques jours avant ce délire présidentiel, Castaner annonce le retrait progressif de la grenade GLI-F4. Et pour cause, en rupture de stock, son remplacement par la GM2L était déjà planifié. Elle contient un explosif nommé RDX mélangé avec de la cire. Il est plus puissant que la TNT contenue dans la GLI-F4. Le RDX est par exemple utilisé dans la conception des ogives du lance-roquettes RPG-7. La GM2L peut arracher une main et crever un œil. Comme la GLI-F4, elle blesse ou elle tue. N’y a t-il pas un paradoxe entre la qualité non létale des armes et leur capacité à tuer et à blesser, comme si les dommages sur les corps étaient réversibles ? Cette opposition entre non létalité et mort ne masque-t-elle pas une stratégie du pouvoir encore plus pernicieuse ?

La suite sur : https://acta.zone/les-traces-inoubliables-de-la-non-letalite/

[ZAP] LA FRANCE ENTIÈRE vs MACRON

mars 1, 2020