Archive for the ‘poésie’ Category

J’aurais du mal à tout quitter

janvier 26, 2023

2022 et un sourire cynique – Carole Radureau

janvier 4, 2023

On peut rire de tout

Non pas sourire

Quand s’envolent les conquêtes

Pour alourdir les dettes.

On peut rire de tout

Non pas sourire cyniquement

En gonflant la poitrine

Se riant de la misère.

La suite sur : http://caro-hobo.over-blog.com/2022/12/2022-et-un-sourire-cynique.html

Le pape est mort – Jacques Prévert

décembre 31, 2022

Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner.
Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?
Vous n’avez pas bien compris, je recommence.

Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner.
Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?
Vous n’avez pas bien compris, je recommence.

Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner.
Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?

Le déluge

septembre 14, 2022

Il pleuvait comme vache qui pisse

mais il n’y avait plus de vaches.

Il faisait un temps de chien, un temps de cochon

mais il n’y avait plus de chiens ni de cochons.

Il faisait un beau temps pour les grenouilles, les escargots, les limaces.

Mais il n’y avait plus ni grenouilles, ni escargots, ni limaces.

Il n’y avait plus non plus d’éléphants

ni d’girafes

plus de phoques

plus de pingouins

plus de chats

plus de poules

plus de lapins.

Il n’y avait plus rien.

Plus rien sur cette terre

à force de laisser faire

et de se taire.

Alors, Noé,

qui ne pouvait plus compter « un -deux »

en accouplant ses bêtes en marche

hurla « en avant marche,

après moi le déluge ! »

Et ce fut la fin du monde,

le grand grabuge.

(Jean L’Anselme – Des voix pour la Terre – Editions Bruno Doucey)

« Quand il est mort le poète ….

septembre 12, 2022

Par Marmar Kabir

Des milliers d’Iraniens ont assisté fin août 2022 aux obsèques à Téhéran puis à Racht du poète Sayeh. Cet auteur très connu avait une sensibilité de gauche, et a toujours été du côté du peuple, sous le régime du chah comme durant la République islamique, qui l’avait un temps jeté en prison. Sayeh incarnait une génération d’intellectuels aux voix libres et populaires.

La suite sur : https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/iran-la-mort-du-poete-sayeh-provoque-une-intense-ferveur-populaire,5842

Si c’était ton fils – Sergio Guttilla

septembre 3, 2022

Si c’était ton fils

Tu remplirais la mer de navires

Et de n’importe quel drapeau.

Tu voudrais que tous ensemble

A des millions

Ils fassent un pont pour le faire passer.

Attentionné,

Tu ne le laisserais jamais seul.

Tu ferais de l’ombre

Pour ne pas que brûlent ses yeux.

Le couvrir

Pour ne pas qu’il se mouille,

Des éclaboussures d’eau salée.

Si c’était ton fils,

Tu te jetterais à la mer,

Tu voudrais tuer le pêcheur

qui ne prête pas le bateau,

Crierais pour demander le l’aide,

Aux portes des gouvernements qui se ferment

Pour revendiquer la vie.

Si c’était ton fils

aujourd’hui, tu serais en deuil,

Tu détesterais le monde,

Tu détesterais les ports.

Pleins de ces vaisseaux immobiles.

Tu détesterais

ceux qui les gardent inaccessibles.

A cause de qui les cris

ont toujours le goût de l’eau de mer.

Si c’était ton fils,

tu les appellerais.
Lâches inhumains, parce qu’ils le sont.

Ils devraient t’arrêter, te garder, te bloquer,

Tu voudrais leur casser la gueule,

Car nous sommes tous dans la même mer.

Mais ne t’inquiète pas, dans ta maison tiède.
Ce n’est pas ton fils, ce n’est pas ton fils.

Tu peux dormir tranquille

Et surtout serein.

Ce n’est pas ton fils.

Ce n’est qu’un fils de l’humanité perdue,

De l’humanité sale, qui ne fait pas de bruit.

Ce n’est pas ton fils, ce n’est pas ton fils.

Dors bien, bien sûr.
Ce n’est pas le tien.

Histoires d’eau

août 13, 2022

Water makes money : https://www.cinemutins.com/water-makes-money

Marcher sur l’eau : https://www.cinemutins.com/marcher-sur-l-eau

Mère d’eau – Marcia Theophilo – Des voix pour la Terre

Eau tu pensais dormir

dans le nid de la terre

mais il n’en fut pas ainsi.

Eté ardent tu es épais, solide, liquide, tu es vivant,

mais ne m’abandonne pas je ne sais vivre sans toi.

Les rêves vont à la dérive

sur une île de couleurs

en creusant l’âme

et en regardant la lune

amour qui fouille au fond

de la vallée gorgée d’eau.

La pluie a une saveur amère

galets feuilles nuages nuages charnus pluie,

pourquoi n’es-tu pas aussi douce qu’avant ?

Et l’âme de l’eau se fait vent

le vent ondule parmi les feuilles

éparses dans la forêt

le corps de mousse était le sien

lorsque l’eau et le vent se rejoignent

une fleur naît dans les entrailles de la terre

le vent murmure parmi les feuilles

les voix au loin évoquent

et épousent les couleurs de la nuit.

Feuilles qui se multiplient

je veux le vert généreux qui se renouvelle

tout ramène à l’essence primordiale

les feuilles poussent et tombent des arbres

en triangles et en carrés répandus sur le sol

eaux fraîches qui restaurent

enveloppées du parfum des fleurs

et des haies sauvages alors,

fleuve vaincu

je veux chanter ta douleur.

Il y a quelque chose comme une vague fumée

et des saveurs semblables

mais tu es encore vivant, utérus qui frémit

n’oublie pas ton passé

de fleuve débordant de poissons,

avec ta voix forte de cet azur-là,

raconte :

il y a des nuages en ce monde

qui en poisons se transforment

nuages noirs sur le monde

comme brasiers d’incendie et nuages de poussière.

J’essaie de penser le monde

août 10, 2022

J’essaie de penser le monde

la douleur du monde

Je pense l’injustice profonde

inexorable

je revois les images de femmes aux membres secs

portant sur la terre de lourdes jarres ou de simples bidons

emplis d’eau

les portant sur des kilomètres

ici il me suffit de tourner le robinet et l’eau coule

et tout le reste

que tout le monde connaît

comme moi

par coeur

par coeur dévasté

les famines et la sécheresse qui gagne

tout le reste

montré

encore et encore

partout

et rien

comment font les oiseaux ?

j’envie leurs vols

(Jeanne Benameur- Des voix pour la Terre)

Les jours pourpres

juillet 27, 2022

Un jour nous irons marcher mes enfants

et moi

au fond d’une forêt ou le long d’une rivière

et nous tomberons

sur un de ces petits animaux orphelins

un écureuil, une loutre, un corbeau

un hérisson, une tortue, un renard

une musaraigne

il faudra alors que je prenne

le temps de leur expliquer

que nous pouvons tenter d’aider

mais que d’une manière générale

la vie se porte toujours mieux

loin de nous

oui ce jour viendra

où je devrais leur apprendre

que l’homme n’est pas un cadeau

pour le reste du monde

(Thomas Vineau – Des voix pour la Terre – Editions Bruno Doucey)

« La Résistance et ses poètes », un message intact

juillet 5, 2022

Par Geneviève Simon

Poète et résistant de la première heure, Pierre Seghers a laissé aux générations futures une œuvre phare. Portées par un récent renouveau et toujours marquées par l’engagement, les éditions Seghers le rééditent.

La suite sur : https://www.lalibre.be/culture/livres-bd/2022/07/05/la-resistance-et-ses-poetes-un-message-intact-R2AWY5FYINF6PMDWWBRG77MDOY/