Archive for the ‘police’ Category

Rappelle toi du couvre-feu….

octobre 17, 2020

par Erwandekeramoal

Amis de l’universalisme et du foie de veau aux cerises réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 17 octobre 2020, 26è jour de Vendémiaire dédié à l’aubergine. L’aubergine cela me fait toujours penser aux uniformes des contractuelles et les uniformes aux flics et les flics à Papon rafle-62et Papon aux pires saloperies qu’un représentant de l’État puisse commettre.

La suite sur : http://lescenobitestranquilles.fr/2020/10/rappelle-toi-du-couvre-feu/

Une commission d’enquête qui n’enquête pas : Ceux qui critiquent les pratiques policières blacklistés à l’Assemblée nationale

octobre 15, 2020

par Nathalie Gathié

Les familles Traoré, Bentounsi, Chouviat, le président de SOS Racisme, les avocats Alimi et Kempf… La commission d’enquête parlementaire sur la police refuse d’entendre (presque) toutes les voix discordantes.

La suite sur : https://www.streetpress.com/sujet/1602765598-ceux-critiquent-pratiques-policieres-blacklistes-assemblee-nationale

« Les amendes Corona sont le prototype de la justice de classe »

octobre 14, 2020

par Jeroen De Preter

Le nouveau ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), vient d’annoncer une application plus stricte des mesures de sécurité. Il n’est pas difficile d’imaginer qui va souffrir le plus de ce durcissement: les pauvres. Car 250 euros, ce n’est pas la même chose pour tout le monde.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/les-amendes-corona-sont-le-prototype-de-la-justice-de-classe/article-normal-1344975.html

Darmanin vu de l’Intérieur.

octobre 8, 2020

Il y en a eu des saloperies, des propos orduriers, des phrases calamiteuses du temps de Sarkozy et du temps de François Hollande. Mais avouons que depuis l’arrivée de Macron, nous sommes servis. De quoi avoir des nausées, hauts-le-cœur, vomissements quotidiennement.

La suite sur : http://www.pensezbibi.com/categories/pensees-politiques/darmanin-vu-de-linterieur-21629

Comment les mesures antiterroristes affectent de plus en plus nos libertés et droits fondamentaux.

octobre 7, 2020

Une opinion d’Eva Deront et d’Alice Sinon, respectivement auteure, membre et coordinatrice du Comité T – Comité de vigilance en matière de lutte contre le terrorisme.

Recours plus fréquent au droit administratif, participation de nouveaux acteurs ou glissement de la charge de la preuve : les mesures antiterroristes affectent de plus en plus nos libertés et droits fondamentaux.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/inflation-des-infractions-terroristes-degradation-des-droits-humains-5f7c99367b50a641f62cdc38

Quand la police muselle les soignant.es

octobre 1, 2020

par Camille Wernaers

« Si la police charge, il faut absolument que vous protégiez cette personne qui est en situation de handicap. »
Cette phrase qui fait froid dans le dos, une journaliste et une photographe d’Axelle l’ont entendue alors que des policier.ères bloquaient l’avancée de la manifestation pour la santé organisée par le collectif La santé en lutte, dimanche 13 septembre à Bruxelles.
Nous suivions une infirmière pour un article. Le personnel de santé, composé à 80 % de femmes selon les statistiques officielles, réclamait ce jour-là plus de budget, moins de marchandisation dans le secteur du soin ou encore plus d’effectifs pour nous soigner correctement. Des revendications qui ne sont pas nouvelles, mais que la crise sanitaire rend visibles. Notre témoin, qui a vécu de près la pandémie de Covid-19 et ses conséquences, attendait cette manifestation depuis des mois pour crier sa colère.

C’était sans compter sur la police anti-émeute et son autopompe dressée sur le chemin des 7 000 manifestant.es. D’un coup, nous n’avons plus entendu les slogans « Du fric pour l’hôpital public » et « Hôpital précaire, patient au cimetière ».
Derrière nous, une soignante répétait dans son mégaphone : « Laissez-nous passer ! »

Notre photographe a pu se faufiler près des policier-ères pour prendre quelques images. Elle raconte : « Ils m’ont demandé ce que je faisais là. J’ai dit que j’avais le droit de circuler. Un policier m’a rétorqué que je devais choisir mon camp et que j’aurais dû réfléchir avant de venir. je lui ai répondu qu’eux aussi devraient réfléchir et qu’il n’y a pas de camp. »

Plus tard, la police a chargé la fin du cortège. Des manifestant.es ont été poursuivi.es jusque dans la rue adjacente. Sur les réseaux sociaux, des infirmières témoignent anonymement : la police avait demandé à certaines d’entre elles de retirer leurs blouses de soignantes, probablement pour empêcher que des images d’arrestations du personnel soignant soient diffusées et fassent polémique. 35 personnes ont été arrêtées, non sans violences policières.

Le collectif Street-Medic – des secouristes qui opèrent dans les manifestations – a fait les comptes : une cinquantaine de personnes gazées par la police (la plupart du temps à des distances dangereuses pour les yeux, ce qui comporte un risque de brûlures chimiques); un violent coup de matraque porté à la tête d’un manifestant a entraîné une plaie ouverte importante; deux personnes ont eu chacune deux doigts brisés par des coups de matraques, d’autres ont reçu des coups de pied de la part de policier.ères et plussieurs côtes cassées ont été diagnostiquées.

A quoi servait ce coûteux dispositif policier ?

Après avoir félicité le personnel de santé pour son travail, est-ce que nos politiques préféreraient qu’il se taise ?

Des questions qui nous concernent toutes et tous.

(Edito – Axelles n°232 – Octobre 2020)

Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule…

septembre 30, 2020

 » cet empressement des policiers à placer en garde à vue un brave type d’origine algérienne qui s’était lancé à la poursuite du cinglé au hachoir devant Youssefles anciens locaux de Charlie. »

La suite sur : http://lescenobitestranquilles.fr/2020/09/quoi-ma-gueule-quest-ce-quelle-a-ma-gueule/

Quand les services de renseignement diabolisent une action de préservation de la forêt

septembre 25, 2020

par Benjamin Sourice

En Corrèze, une association a tenté d’acquérir tout à fait légalement un bout de forêt, pour en préserver l’écosystème et la protéger des coupes rases. Mais c’était sans compter sur les services des renseignements et la gendarmerie qui ont fait capoter le projet, en agitant l’opportune et fantasmatique figure du « zadiste anarchiste écologiste ». La forêt n’y a pas survécu.

La suite sur : https://www.bastamag.net/foret-coupe-rase-action-de-preservation-ecologie-services-de-renseignement-gendarmerie

Devant une telle imbécilité les bras m’en tombent ! Quant à « l’ancien élu » retourneur de veste …..

Pour ceux qui y croyaient, bienvenue dans le monde de demain.

Aussi : https://www.bastamag.net/cellule-de-renseignement-Demeter-lutte-agribashing-quand-la-gendarmerie-se-met-au-service-de-la-FNSEA

David Dufresne : « En critiquant la police, on s’en prend plein la gueule »

septembre 18, 2020

Passé de la presse rock au reportage pour la grande presse, dans les années 1990, David Dufresne s’est peu à peu éloigné du journalisme — un « journalisme de pesticides », dit-il, obnubilé par la nouveauté et la surface de l’information — pour travailler sur le long cours : une enquête consacrée au maintien de l’ordre, suivie d’une autre sur l’affaire Tarnac. Si la musique n’est jamais bien loin (un livre sur un club de rock, un autre sur Brel), c’est par son compte Twitter et son interpellation « Allô Place Beauveau », lancée en plein soulèvement des gilets jaunes, que Dufresne s’est imposé comme l’une des voix médiatiques critiques de la violence policière et étatique. En 2019, il racontait, sous les traits de son alter ego Étienne Dardel, cette mobilisation écrasée dans les pages du roman Dernière sommation ; il revient dessus, au cinéma cette fois, avec Un pays qui se tient sage. L’occasion de le retrouver, convivial, autour d’un café sous le soleil de plomb de la capitale.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/david-dufresne-en-critiquant-la-police-on-sen-prend-plein-la-gueule/

Etat, Nation, Police et Racisme : quelques propositions

septembre 13, 2020

par Ben Merieme Mohamed

Et si le racisme, latent ou déclaré, retenu ou passé à l’acte, présent à l’intérieur de la police, loin d’être accidentel, était plutôt le produit d’un excès niché au sein même de tout État? Telle est l’unique question à laquelle nos propositions s’attelleront à répondre.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/etat-nation-police-et-racisme-quelques-propositions/article-opinion-1331247.html

« Le nationalisme est une maladie infantile, c’est la rougeole de l’humanité. » (A. Einstein)