Archive for the ‘société’ Category

Et si on regardait, sans la juger, Laura habitante de la rue ?

juin 24, 2019

par Annick Hovine

Elle vous plante son regard déterminé dans les yeux. À 26 ans, Laura n’a ni revenus, ni carte d’identité, ni adresse.

Après un long parcours dans l’Aide à la jeunesse, la jeune femme, en rupture avec sa famille, s’est retrouvée à la rue. Un instantané pour résumer une vie. La campagne de sensibilisation lancée par l’Asbl Diogènes va bien au-delà de ce cliché.

La suite sur : https://www.lalibre.be/actu/belgique/et-si-on-regardait-sans-la-juger-laura-habitante-de-la-rue-5d10d7d27b50a62b5b3433ab

Publicités

N’en avez-vous pas marre ?

juin 24, 2019

par Gérard Charollois

Écarté le paravent des impostures, cette société cupide, grégaire et crédule révèle, avec sa perversité, l’issue fatale de son aventure. Les dirigeants, les médias, les « communicants » parlent d’écologie mais couvrent de cadeaux les chasseurs. Or, la chasse loisir, injure faite à la sensibilité, est la négation du rapport respectueux et bienveillant que l’humain doit instaurer avec le vivant. Sans son abolition, le verbiage sur l’écologie n’est qu’un écran de fumée.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article41598

Ecologie à la française : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article41603

« Coquelicot » et société civile : quel fond derrière la forme ?

juin 23, 2019

par Caroline VAN WYNSBERGHE

Le constat n’est pas récent, la démocratie représentative semble avoir atteint certaines limites. Des solutions créatives, voire disruptives, sont réclamées et parfois déjà mise en œuvre localement (voir mon article “Impasses de la démocratie bis” dans dans le dossier de POL105 sur la particratie en Belgique). Toute piste qui pourrait redonner des couleurs à la démocratie et redorer le blason de la politique semble souhaitable.

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/coquelicot-et-societe-civile/

Quelle tristesse la mort d’un kiosque …..

juin 23, 2019

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article41590

Discussions PS-PTB : Raoul Hedebouw répond à vos questions

juin 21, 2019

Bienvenue en Flandre…

juin 21, 2019

https://www.lalibre.be/actu/politique-belge/certains-pensent-qu-il-est-trop-dangereux-d-aller-en-flandre-5d0bc96c9978e277965adf42

Monsieur de l’hiver (Julos Beaucarne)

L’histoire se passe à Anvers, ville portuaire sur l’Escaut et le canal Albert, à 88 kilomètres de la mer.

Là habite un certain Monsieur de Winter ou Monsieur de l’Hiver qui veut renvoyer dans leurs pays tous les étrangers et toutes les étrangères en charter.
Pas op ! Langzaam rijden, Monsieur de l’Hiver (1)

Vous voulez vraiment renvoyer tous les gens de couleur
Vous voulez laver plus blanc mais ça va être ennuyeux
Mais ça va être ennuyant
Il ne restera à Anvers, à Antwerpen que des antwerpenois blancs ?
Monsieur de Winter, savez-vous que l’ennui naquit un jour de l’uniforme conformité ?
Ces gens si différents que vous voulez renvoyer, savez-vous qu’ils maintiennent, été comme hiver, l’été dans votre ville d’Anvers, dans votre ville d’Antwerpen ?

Vous voulez donc vraiment, Monsieur de l’ Hiver, mettre Anvers à l’envers
Vous voulez donc vraiment faire d’Anvers un enfer, Monsieur de Winter ?

Vous voulez vraiment que ce soit dans votre ville, été comme hiver, l’hiver ?
Est-ce bien cela que vous désirez ardemment, Monsieur de Winter, Monsieur de l’Hiver ? (2)

———————————-
(1) traduction : Attention, allez-y mollo
(2) Filip Dewinter : nationaliste flamand, homme politique belge, membre du Vlaams Belang, parti d’extrême droite

Un argent qui serait bien plus utile à une rénovation des logements sociaux en Belgique

juin 21, 2019

https://www.lalibre.be/actu/international/ce-que-les-belges-ont-verse-pour-notre-dame-de-paris-5d0bc44fd8ad580bf067f413

G7 Environnement : « On ne peut pas opposer l’urgence sociale et l’urgence écologique. »

juin 21, 2019

par Isabelle Pypaert-Perrin

Selon un rapport des Nations Unies, les eaux usées tuent plus que les guerres.
Plus encore qu’un expert, Monsieur Joseph est bien placé pour le savoir : depuis plus de 20 ans, il vit dans un quartier d’habitations informelles sujet aux inondations. Aujourd’hui celles-ci durent 6 mois par an. Comme les 12 000 personnes qui habitent cette zone dans le bas de la ville, il n’a d’autre choix que de vivre là. Les eaux croupies sont porteuses de maladies, elles sont un danger permanent, encore plus pour les enfants.

La suite sur : https://www.atd-quartmonde.org/g7-environnement-on-ne-peut-pas-opposer-lurgence-sociale-et-lurgence-ecologique/?pk_campaign=Newsletter-2019-06-20-fr

A quand la fin de la culture du viol ?

juin 19, 2019

par Camille Wernaes

Des chiffres récents ont montré que sur 100 dossiers de viols, seul un auteur purgera une peine. Si la seule répression ne suffit pas, ces chiffres ne sont pas étonnants, nous vivons dans une société qui banalise les violences sexuelles et culpabilise les victimes.

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/a-quand-la-fin-de-la-culture-du-viol/

Juste une femme

Douce maison

Vincent Jarousseau : « Les ouvriers ont été abandonnés »

juin 18, 2019

Pendant deux ans, il est allé à la rencontre des habitants de trois communes dirigées par l’ex Front national — en Lorraine, dans le Pas-de-Calais et le Gard. Un récit documentaire paru sous forme de roman-photo en 2017 : L’Illusion nationale. Puis Vincent Jarousseau s’est installé à Denain, dans le Nord : une ancienne ville sidérurgique. Les usines ont fermé ; le taux de pauvreté est aujourd’hui de 44 % et près de la moitié des Denaisiens n’est pas diplômée. Chômage et abstention massifs ; Marine Le Pen à plus de 57 % au second tour des présidentielles de 2017. Au quotidien, le photographe a suivi Loïc (en contrat d’insertion), Tanguy (livreur), Guillaume et Aline (chômeurs), Manu (au RSA), Fatma (en contrat Parcours emploi compétences) ou encore Michaël (routier). Des paroles invisibilisées, écrit l’auteur dans son second roman-photo, Les Racines de la colère, celle d’une France qui « a du mal à boucler ses fins de mois », endosse parfois un gilet jaune et subit sans cesse « la main invisible du marché ».

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/vincent-jarousseau-les-ouvriers-ont-ete-abandonnes/