Posts Tagged ‘agriculture intensive’

Écologie : les agriculteurs sont-ils vraiment mal-aimés ?

mars 5, 2020

par Le Partageux

À la suite de l’appel “Nous voulons des coquelicots” pour l’interdiction des pesticides, Daniel Cueff, maire de Langouët en Bretagne, a été le premier maire à prendre un arrêté de limitation de leur emploi autour des habitations. Il a été imité depuis par cent-vingt maires.

L’appel des Coquelicots rejoint par plus d’un million de personnes, les rassemblements mensuels partout en France, les articles un peu partout dans la presse, l’interpellation des politiciens par les organisations comme par des individus, cela fait beaucoup pour un vampire qui préfère l’ombre à la lumière.

L’UIPP (Union des industries pour la protection des plantes), le lobby des pesticides, en fait une mauvaise fièvre. Et, avec la complicité très active de la FNSEA, sort du chapeau un “agribashing” auquel nul n’avait songé.

Je ne résiste pas à te donner un large extrait du dénigrement commis par ce “citadin” qu’est le maire de Langouët (600 habitants et autant de vaches) dans un livre au titre épouvantable de haine : “Paysans, on vous aime”.

La suite sur : https://yetiblog.org/archives/22408

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour avoir moins de cours d’eau pollués, faites-en disparaître une partie

janvier 31, 2020

L’usage des pesticides augmente en France mais la réglementation protégeant les points d’eau s’affaiblit. En cause un arrêté ministériel flou, une définition des cours d’eau ambiguë et des pressions du lobby agricole. Des associations environnementales ont choisi le terrain juridique pour protéger les écosystèmes aquatiques.

La suite sur : https://reporterre.net/Le-gouvernement-laisse-les-cours-d-eau-a-la-merci-des-pesticides

Arnaque, crime et agriculture : comment la Politique agricole commune ruine l’environnement et les petits exploitants

novembre 20, 2019

Une opinion de Théophile Lienhardt, Antoine Arnould, Sarah Zamoum et Jules Routier, cofondateurs, âgés entre 25 et 28 ans, des jeunes Cinquantenaires », groupe de réflexion et de sensibilisation aux urgences environnementale et sociale.

La Politique agricole commune (Pac) de l’UE, à coups de subventions, a incité à la surproduction puis soutenu les grands propriétaires au détriment des petits agriculteurs. Résultat : un désastre écologique et social. Une réforme radicale est nécessaire.

Les dirigeants européens négocient actuellement une nouvelle Politique agricole commune (Pac). Que nous concoctent-ils ? Du bon sens ? Un minimum de sobriété et de souveraineté alimentaire ? Non, ça, c’est pour les formules. Dans les faits, pourquoi donc changer ? Continuons le business as usual et, au nom de la compétitivité, élargissons le gouffre environnemental et les distorsions sociales.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/arnaques-crimes-et-agriculture-comment-la-politique-agricole-commune-ruine-l-environnement-et-les-petits-exploitants-5dd438d49978e272f906d378

« Ici, vous construisez un futur désirable » : à la zad, le monde de demain nous appartient

octobre 30, 2019

par Nolwenn Weiler

Où en est la zad de Notre-Dame-des-Landes, deux ans après l’abandon du projet d’aéroport ? Si les barricades ont été démontées et que le bocage s’est assagi, ses habitants continuent sans relâche d’y construire une utopie très concrète tout en irriguant les résistances locales comme internationales. Non sans débats.

La suite sur : https://www.bastamag.net/zad-zadistes-notre-dame-des-landes-utopie-concrete-alternatives-100-noms-Ambazada

Partageons l’eau ! Les « bassines » ne profitent qu’à l’agriculture intensive

octobre 9, 2019

par des élus et militants écologistes

Alors que les sécheresses se multiplient, les auteurs de cette tribune plaident pour une « répartition équitable et solidaire » de l’eau. Ils s’élèvent contre les « bassines », gigantesques infrastructures qui placent un bien commun sous la coupe d’intérêts privés.

La suite sur : https://reporterre.net/Partageons-l-eau-Les-bassines-ne-profitent-qu-a-l-agriculture-intensive

Stop aux pesticides de synthèse à proximité des habitations et des écoles

septembre 28, 2019

Le nouveau rapport du GIEC sera hélas vite oublié

août 11, 2019

par Claude-Marie Vadrot

Contrôlé par les gouvernements, l’avertissement des scientifiques sur les dangers de l’agriculture intensive et de la consommation de pour les terres et le climat gêne les pouvoirs et le gouvernement français.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article41974

Ce sont nous, les consommateur(trice)s qui sommes les plus nombreux, à nous d’agir RADICALEMENT en refusant la CON-sommation, car on a toujours le choix.

« Cyril Dion avait accepté de mettre en œuvre le « Conseil environnemental citoyen » inventé par Emmanuel Macron. » = Foutaise, récupération et perte de temps.

STOP au massacre des corbeaux

mai 22, 2019

Un vrai massacre en pleine forêt, pourquoi ?

En fait, même dans la nature les animaux sont de trop, l’être humain prolifère et déséquilibre tout l’écosystème, notamment via une agriculture intensive (soutenue en FRANCE par nos impôts ) qui recours à des pesticides qui tuent insectes, tasse les terres et supprime donc une terre vivante avec ses vers. Les oiseaux se rabattent donc sur les semis des cultures puisque ils n’ont plus plus rien à manger.

On inverse les solutions à une telle situation dramatique, car au lieu de dénoncer et de revoir de telles pratiques agricoles, qui nuisent à la nature, à la santé et aux écosystèmes, on va jusqu’au bout de ce déclin et on détruit les oiseaux affamés.

La folie humaine en France contre la biodiversité est à son apogée et nos politiques sont complices de cette dérive avec des cultivateurs et chasseurs qui détruisent toutes les espèces en les classant honteusement comme nuisibles.

La suite sur : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-massacre-corbeaux/65652?source=message

Biodiversité en danger : le silence glaçant de l’Europe

avril 1, 2019

Une opinion d’Inès Trépant, politologue, auteure de « Biodiversité. Quand les politiques européennes menacent le Vivant », Ed. Yves Michel (2007).

Le respect de la loi sur les pesticides n’est absolument pas une priorité pour les instances européennes, encore moins leur suppression. Sommes-nous à ce point « dé-naturés » qu’il n’existe aucun sursaut politique pour s’en émouvoir ?

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/biodiversite-en-danger-le-silence-glacant-de-l-europe-5ca0d687d8ad58747745427f

Envoyé spécial : Glyphosate : comment s’en sortir ?

janvier 20, 2019