Posts Tagged ‘austérité’

Cadre naturel

juillet 17, 2017

par Panagiotis Grigoriou

Horizon et éloignement à perte de vue. Cadre dit naturel. Regard enfin dégagé, les îles bien connues des touristes, ou sinon, la montagne du pays dit “d’en haut”. Notre liberté en somme toute relative, se traduirait parfois par la capacité à prendre de la hauteur, en se délivrant, si ce n’est qu’exceptionnellement du “répétitisme” premier de la “gouvernance” actuelle.

La suite sur : http://www.greekcrisis.fr/2017/07/Fr0627.html

Mais pour Juncker, tout va bien : http://www.lalibre.be/economie/conjoncture/dette-juncker-rend-hommage-aux-grecs-pour-leur-enorme-effort-5967cd7acd70d65d24be2eca

Il est gonflé Juncker ! : «  »Oui, désormais le pays va bien, »

juillet 14, 2017

Alors que les Grecs sont en train de crever, http://www.lalibre.be/economie/conjoncture/dette-juncker-rend-hommage-aux-grecs-pour-leur-enorme-effort-5967cd7acd70d65d24be2eca

Lire : http://www.greekcrisis.fr/

Et : http://urgencesgrece.eu/fr/la-campagne

Aussi : https://www.legrandsoir.info/la-grece-est-devenue-une-colonie.html

S’enrichir sur le dos des pauvres

juillet 6, 2017

par Dirk De Block

Bruxelles-Capitale est la troisième région la plus riche d’Europe. Pourtant, le docteur Claire Geraets a vu la pauvreté augmenter au fil des années. Députée PTB au Parlement bruxellois depuis 2014, Claire Geraets vient d’interpeller des ministres bruxellois car il n’existe toujours pas de plan de lutte contre la pauvreté. Interview d’une femme en colère.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/s-enrichir-sur-le-dos-des-pauvres

Déficit, dette, emploi : trois échecs de la politique gouvernementale

juin 29, 2017

par Marco Van Hees

Le gouvernement fédéral a imposé des milliards de coupes sociales à la population depuis 2014. Au nom de l’équilibre budgétaire. Mais celui-ci est reporté d’année en année et on annonce encore 8 à 9 milliards d’efforts. Pendant ce temps, la pauvreté (surtout des femmes) explose, les emplois se précarisent et la répartition du revenu national entre travail et capital est toujours plus favorable à ce dernier.

La suite sur : http://ptb.be/articles/deficit-dette-emploi-trois-echecs-de-la-politique-gouvernementale

Bon à savoir : « la fraude fiscale équivaut annuellement à un montant compris entre 20 et 33 milliards d’euros en Belgique. »
Il fait quoi le gouvernement ?

Grèce : la violence imbécile des créanciers

juin 3, 2017

par Michel Husson

Le 18 mai 2017, le Parlement grec a voté à une courte majorité (les députés de Syriza et ANEL : soit 153 députés sur 300) un nouveau train de mesures d’austérité qui couvre la période 2018-2021. En réalité, il s’agit de la transposition d’un volumineux document de 941 pages préparé par les créanciers et de la mise en musique de « l’accord » conclu avec la Commission européenne le 2 mai. Le document préparatoire, le Draft Preliminary Agreement |1| (que le site Keep Talking Greece a fait fuiter) donne un aperçu de l’étendue des champs couverts. La Grèce n’est plus une démocratie : ce sont les créanciers qui rédigent les lois.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Grece-la-violence-imbecile-des

http://www.greekcrisis.fr/2017/06/Fr0620.html#deb

La « révolution passive » En Marche !

mai 11, 2017

Merci !

Vous avez sauvé et la République et les valeurs.
Vous avez sauvé et la Démocratie et les apparences.

Chère aimable clientèle, la bourse vous en saura, assurément, gré.

D’accord, on vous a un peu forcé la main, c’était un peu à l’insu de votre plein gré, mais sachez que c’était au nom du bien.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/la-revolution-passive-en-marche.html

Grèce : la poule aux œufs d’or de la BCE

avril 26, 2017

par Anouk Renaud

De l’art de se faire des bénéfices sur un pays en crise

En mai 2010, en plus du premier plan de « sauvetage » octroyé à la Grèce, la Banque centrale européenne (BCE) lance le programme SMP (Securities Markets Programme), qui consiste à racheter de la dette grecque sur le marché secondaire, c’est-à-dire le marché de seconde-main des dettes. Les banques centrales nationales lui emboîtent le pas avec le programme ANFA (Agreement on Net Financial Assets). Ces programmes sont alors présentés comme une main tendue vers la Grèce. Une « action charitable » pourtant très rentable… En effet, la BCE a racheté ces dettes à prix cassé (forcément, avec la crise grecque, plus grand monde n’en voulait) mais réclame à la Grèce le remboursement du montant initial. Elle réalise donc une plus-value entre le prix de rachat et le prix auquel lui rembourse la Grèce. La BCE a ainsi dépensé 40 milliards d’euros pour obtenir des titres grecs d’une valeur initiale de 55 milliards |1|.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Grece-la-poule-aux-oeufs-d-or-de

Le trou budgétaire ? Creusé pour augmenter les dividendes du Bel 20

avril 25, 2017

« Depuis 2014, le gouvernement Michel a imposé 10 milliards d’efforts budgétaires à la population. Le trou budgétaire est pourtant resté inchangé. Où est passé l’argent ? », a interrogé Marco Van Hees ce jeudi 20 avril à la Chambre suite à la décision du gouvernement de reporter l’équilibre budgétaire de 2018 à 2019.

La suite sur : http://ptb.be/articles/le-trou-budgetaire-creuse-pour-augmenter-les-dividendes-du-bel-20

Les 60 ans du Traité de Rome : ce que nous concocte l’establishment européen

mars 28, 2017

par Marc Botenga

À Rome, le champagne a coulé à flots ce 25 mars pour fêter l’anniversaire du Traité de Rome, signé voici exactement soixante ans et qui marquait le début de l’intégration européenne. Mais partout, la résistance contre ce qu’est réellement devenue l’Europe ne cesse de s’amplifier.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/les-60-ans-du-traite-de-rome-ce-que-nous-concocte-l-establishment-europeen

Le populisme, les traités et la démocratie

janvier 21, 2017

par Hughes Le Paige

« Le populisme n’est rien d’autre qu’une réponse confuse mais légitime au sentiment d’abandon des classes populaires des pays développés face à la mondialisation et la montée des inégalités. Il faut s’appuyer sur les éléments populistes les plus internationalistes –donc sur la gauche radicale incarnée ici et là par Podemos, Syriza, Sanders ou Mélenchon, quelles que soient leurs limites- pour construire des réponses précises à ces défis, faute de quoi le repli nationaliste et xénophobe finira par tout emporter ».

La suite sur : http://blogs.politique.eu.org/Le-populisme-les-traites-et-la