Posts Tagged ‘banque’

La bonne excuse de la confidentialité

mars 28, 2019

Les banques invoquent la confidentialité des données pour ne pas détailler leurs investissements. Pourtant, dans d’autres cas, elles ne semblent pas avoir de problèmes à les rendre publiques.

Le dernier rapport du Ran (Rainforest action network), Banking on climate change, est alarmant. Depuis les accords de Paris, une trentaine d’institutions financières ont investi plus de 1 900 milliards de dollars (soit 1 690 milliards d’euros) dans l’industrie fossile. Un montant qui continue à augmenter chaque année.

Inquiétant, surtout lorsque l’on sait que l’accord prévoit de limiter le réchauffement climatique, mais contient aussi un volet sur le désinvestissement des énergies fossiles. Mais ce qui peut gêner encore plus que de savoir combien les banques ont investi dans cette industrie, c’est de savoir à quel point ces informations ont été difficiles à récolter.

Le réseau BankTrack, un réseau qui traque les banques et les activités qu’elles financent en fait les frais régulièrement. Et quelques jours après avoir collaboré au rapport sur l’industrie fossile, BankTrack publie un document qui parle de son expérience à traiter avec les institutions financières. Un rapport intitulé « Nous ne sommes pas en mesure de faire des commentaires sur des clients spécifiques » (« We are unable to comment on specific customers », en anglais).

Car lorsqu’il s’agit de demander aux banques des données sur leurs investissements, c’est ce que beaucoup d’entre elles répondent. Les informations ne sont pas disponibles à qui le désire et la « confidentialité client » est de fait la bonne excuse pour répondre à toutes les questions des organisations non gouvernementales qui désireraient informer le public. Impossible alors pour ces dernières d’obtenir les informations nécessaires pour rédiger des rapports et mettre les banques devant leurs responsabilités.

Pourtant, « dans certains cas, elles n’ont aucun problème à divulguer des informations », avance le rapport de BankTrack. Et de fait, lorsque cela les arrange, les institutions financières ne semblent plus être préoccupées par la confidentialité des données. Pour afficher leur portefeuille d’investissements à « impact environnemental positif » par exemple. « Alors quand les banques disent qu’elles ne peuvent pas révéler certaines informations… des contre-exemples prouvent l’inverse », regrette BankTrack.

L’ampleur du problème

En réalité, toutes les banques n’ont pas la même approche. Sur les 150 lettres et emails étudiés dans l’analyse (répartis entre 31 institutions), 80 sont de réelles réponses. Elles infirment ou confirment donc l’implication de la banque dans le financement d’une entreprise déterminée. Pour les 70 autres courriers reçus, ils ne contenaient aucune information, invoquant principalement des raisons de confidentialité.

Techniquement, les banques invoquent le fait qu’il faut le consentement du client pour révéler les investissements réalisés. Mais même sous une juridiction identique, toutes les banques n’ont pas la même interprétation.

Et lorsqu’il s’agit d’avoir des détails sur les investissements dans Drummond en 2016, une société américaine active dans le secteur minier, la banque HSBC refuse de parler. La même année, elle n’a aucun mal à détailler le montant de ses investissements dans des sociétés éoliennes ou prônant la biodiversité à Mexico, nommant expressément le client dans les deux cas.

Pire encore, l’information est en réalité disponible pour ceux qui peuvent se la payer. Dans certains registres, payants, tout s’y trouve. Les banques ont de fait intérêt à y figurer pour y trouver des clients. Question confidentialité, il semblerait donc qu’il soit possible de transmettre l’information à certains, mais pas aux organisations qui souhaiteraient mettre en lumière des stratégies controversées.

Source : Financité

Publicités

Ethique en toc ?

mars 4, 2019

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40627

55 MILLIARDS VOLÉS PAR LA FINANCE : L’ÉTAT COMPLICE ?

janvier 27, 2019

Victoire BDS : la banque HSBC retire tous ses avoirs d’Elbit Systems

décembre 27, 2018

La grande banque britannique HSBC vient d’annoncer, après une longue campagne BDS au Royaume Uni, qu’elle retirait tous ses avoirs d’Elbit Systems, la plus grosse firme d’armements privée israélienne.

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article14966

Bon anniversaire la crise de 2008

septembre 24, 2018

France : Le CAC 38 en justice contre les emprunts toxiques

août 31, 2018

par Anouk Renaud et Marie-Claude Carrel

Rencontre avec Marie-Claude Carrel, militante du CADTM France et du CAC 38 (Collectif d’audit citoyen Isère). Avec ce collectif, Marie-Claude est engagée dans un recours judiciaire contre la Métropole de Grenoble concernant la sortie – très onéreuse – d’un emprunt toxique.

La suite sur : http://www.cadtm.org/France-Le-CAC-38-en-justice-contre-les-emprunts-toxiques

La crise grecque est-elle finie ?

août 21, 2018

http://www.cadtm.org/La-Grece-n-en-aura-jamais-fini

http://www.cadtm.org/Des-profits-sur-la-Grece

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38830

Les gangsters de la finance

février 7, 2018

En 2012, les autorités américaines accusent HSBC d’avoir  » facilité des opérations de financement des milieux terroristes, d’avoir blanchi des profits tirés du trafic de drogue et d’avoir contrevenu aux sanctions américaines contre l’Iran « .

La suite sur : http://ploutopia.over-blog.com/2018/02/les-gangsters-de-la-finance.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Nos politiciens, marionnettes consentantes aux mains de tous ces voyous.

Pétition | Petitie : Stoppons la privatisation de Belfius | Halt aan de privatisering van Belfius

janvier 16, 2018

Stoppons la privatisation de Belfius et ouvrons le débat sur l’avenir de la banque.

La suite sur : http://www.belfiusestanous.be/2017/10/12/petition-petitie/

Sauvetages bancaires en Belgique : perte nette de 9 milliards d’euros

décembre 24, 2017

par Jérémie Cravatte

En septembre dernier, L’Echo titrait « La facture provisoire du sauvetage des banques s’élève à un milliard d’euros » |1|, sur base de calculs d’Eric Dor |2|. Il est nécessaire de corriger cette annonce. On peut d’ailleurs s’attendre à ce que d’ici fin 2018, date anniversaire des dix ans de la crise provoquée par les banques, les déclarations minimisant les coûts pour la collectivité se multiplient.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Sauvetages-bancaires-en-Belgique