Posts Tagged ‘banques’

Joyeux jour du paiement numérique

juillet 13, 2022

Le premier juillet, les Belges ont pu fêter le Digital Payment Day. Vous l’avez raté ? Pas de soucis, on vous fait un résumé.

Le Digital Payment Day, c’est l’initiative de la Fédération du secteur financier (Febelfin) en partenariat avec Bancontact Payconiq, Mastercard, Visa et Worldline pour nous rappeler à quel point les paiements numériques sont merveilleux.

Cette année, ces partenaires qui, soyons honnêtes, n’ont aucun intérêt à ce que circule l’argent liquide, étaient particulièrement à la fête. Car le 1er juillet 2022, ces sociétés privées qui gagnent leur vie en gérant les paiements numériques fêtaient également l’entrée en vigueur de la loi qui généralise les paiements numériques dans tous les commerces et professions libérales.

Depuis le début du mois, ces derniers ont en effet l’obligation de proposer au moins une forme de paiement numérique. Voilà qui réjouit les sociétés qui facturent ces transactions ainsi que les banques qui cherchent à tout prix à réduire le coût de la gestion et de la manipulation du cash.
En plus, à en croire une étude menée par la Vrije Unviversiteit Brussel (pour le compte des partenaires qui profitent des paiements numériques), 84% des Belges préfèrent les paiements numériques. Mieux encore, selon la fédération du secteur financier, les paiements numériques « aident également les commerçants à éviter une pénurie de pièces de 5 et 10 cents. En effet, la guerre en Ukraine entraine une pénurie des matières premières, ce qui rend plus difficile l’émission de pièces. »

Peut-on refuser le cash ?

Vous êtes un commerce et vous souhaitez aider des sociétés privées à réaliser des profits sur les paiements numériques tout en permettant aux banques de réduire le coût de la gestion des pièces et billets ? Attention tout de même, si vous avez l’obligation de proposer une forme de paiement numérique (terminal, paiement sans contact par smartphone ou même virement), le SPF Economie rappelle que les espèces constituent encore un moyen de paiement ayant cours légal.

Un·e commerçant·e ne peut donc pas refuser une transaction en cash, à moins d’avoir une raison exceptionnelle comme un montant disproportionné ou des problèmes de sécurité. Si un commerce refuse un paiement en cash, le SPF Économie conseille de lui signifier « aimablement » cette obligation. S’il persiste, il est toujours possible de le signaler au Point de Contact du SPF Economie.
« Une inscription ou une pancarte indiquant que le commerçant refuse les paiements en espèces ou certaines coupures n’est pas suffisante. Le commerçant doit fournir une raison légitime à ce refus, comme la difficulté à conserver des réserves suffisantes en espèces pour rendre la monnaie, ou les risques concrets que la présence de grandes quantités d’espèces ferait peser sur la sécurité physique », précise d’ailleurs la Banque centrale européenne.

(Source : financité)

Ces spéculateurs sont des criminels

juin 21, 2022

Stop aux spéculateurs de la faim : alimentons les gens, pas les profits.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les fonds de placements, les banques et les traders sont en train de spéculer sur l’alimentation. Cela fait flamber les prix alimentaires et aggrave la faim, partout dans le monde. Tout cela pour qu’ils génèrent… toujours plus de profits.

La suite et pour agir : https://www.foodwatch.org/fr/sinformer/nos-campagnes/politique-et-lobbies/lobbies-et-multinationales/stop-aux-speculateurs-de-la-faim-alimentons-les-gens-pas-les-profits-speculation-alimentaire/?utm_source=newsletter-lancement-speculation-juin-22&utm_medium=email

Hold-up des banques sur le cash

février 17, 2022

Par Le Gang des vieux en Colère

Les Vieilles et les Vieux contre le tout-numérique

Sus au cash !L’argent numérique, c’est l’avenir ! L’argent liquide, c’est du passé ! Payez avec vos cartes, jetez vos porte-monnaie ! Du liquide, vous n’en aurez bientôt plus ! On va fermer les distributeurs de billets. Vous serez bien obligés de suivre !

Belgique : en 2013, 8770 distributeurs ; en 2020, 6900. En 2024 : 3800.

La raison : rationalisations !
C’est-à-dire économies, économies, économies !
Économies sur les locaux, économies sur le personnel, économies sur le fonctionnement.

Raison de la raison : dividendes, dividendes, DIVIDENDES !

La suite sur : https://gangdesvieuxencolere.be/2022/02/hold-up-sur-notre-cash-2/

Le cash, espèce en voie de disparition

février 11, 2022
L’émission #Investigation de mercredi soir a abordé un sujet qui nous concerne tou·te·s, celui du cash.

C’est un sujet dont nous vous avons parlé en long et en large durant toute l’année passée avec notre campagne Soyons cash. Vous savez donc sans doute qu’aujourd’hui, l’argent liquide se fait de plus en plus rare. Pour cause : les suppressions massives des agences et des distributeurs de billets et l’explosion des transactions électroniques.

Mais pourquoi les banques veulent-elles faire disparaitre le cash ? Anne Fily, chercheuse en inclusion financière chez Financité, est intervenue dans l’émission pour nous apporter son éclairage.

Au travers cette émission de 30 minutes, vous découvrirez également les témoignages de citoyen·ne·s, commerçant·e·s, bourgmestres, qui font de la résistance pour maintenir l’argent liquide.

Vous voulez voir ou revoir l’émission ? Vous pouvez la retrouver ICI à partir de 59’40 ».

Semaine d’action – Don’t Buy Occupation -A vos plumes

février 2, 2022

Les banques européennes et belges financent des entreprises qui contribuent aux violations des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés. C’est ce que montre une étude de Don’t buy into occupation réalisée l’année dernière.  Jusqu’à présent, les banques sont restées sourdes à notre plainte. Il est temps d’augmenter la pression par des actions.

La suite sur : https://www.association-belgo-palestinienne.be/semaine-daction-dont-buy-into-occupation-a-vos-plumes/

Multinationales : l’enquête choc sur leurs crimes impunis

janvier 30, 2022

Comment des entreprises et banques européennes participent à la destruction des forêts et savanes du Brésil

octobre 4, 2021

Par ENCO

L’Amazonie et la région du Cerrado font face à des destructions dévastatrices pour exporter de la viande et du soja à bas prix. Un rapport inédit pointe la responsabilité des entreprises européennes.

La dépendance du Brésil à l’égard de l’exportation de matières premières est la cause première du niveau sans précédent de déforestation et de surexploitation de la nature dans les deux écosystèmes les plus riches du Brésil : l’Amazonie et le Cerrado (région de savane). L’Amazonie est un écosystème clé pour la santé environnementale mondiale, puisque qu’elle influence le climat par son rôle de puits et de stockage du carbone. Le Cerrado est la savane la plus riche du monde. Et de grandes entreprises et établissements financiers européens y jouent un rôle important.

La suite sur : https://www.bastamag.net/Deforestation-Amazonie-Bresil-role-des-entreprises-Europe-banques-fonds-de-pensions-viande-soja-exportations

Colonisation israélienne : la BNP et la Banque Populaire impliquées

octobre 3, 2021

Un nouveau rapport  intitulé « Don’t Buy Into Occupation », indique que  la banque française BNP Paribas, la Deutsche Bank en Allemagne, et HSBC au Royaume-Uni font partie des 3 premières banques européennes impliquées dans le financement d’entreprises liées aux colonies israéliennes en Cisjordanie occupée.

La suite sur : https://europalestine.com/2021/10/02/colonisation-israelienne-la-bnp-et-la-banque-populaire-impliquees/

On se contente de peu

septembre 1, 2021
Au Roeulx, commune du Hainaut à 20 kilomètres de La Louvière, le bourgmestre est content. Un distributeur de billets Batopin va être installé sur la Grand-Place, juste à côté de la commune. Quelle chance.

On ne peut pas vraiment dire que Le Roeulx soit pauvre en service bancaire. Pour une ville de cette taille, disposer de trois agences bancaires dans la rue commerçante est déjà un exploit. Sauf que voilà, le distributeur d’ING a déjà disparu et celui de l’agence de BNP Paribas Fortis devrait suivre. C’est la conséquence du projet Batopin, qui vise à retirer les distributeurs de billets des quatre grandes banques du pays (ING, BNP Paribas Fortis, Belfius et KBC) pour les remplacer par 2.000 à 2.4000 distributeurs « neutres » distribués sur 650 à 750 sites. Qu’on se le dise, si ce projet promet de répartir les distributeurs selon un « maillage » idéal, cela implique une réduction drastique du nombre de machines. Actuellement, ces quatre banques détiennent 73 % des distributeurs de billets installés en Belgique. Avec le projet Batopin, entre 38 % et 44 % des distributeurs sont donc voués à disparaître.

Imaginez alors la distance à parcourir pour accéder à un distributeur du billet. Elle pourrait être rallongée jusqu’à 5 km pour 95 % de la population contre moins de 2 km actuellement pour 82% d’entre nous.

S’assurer de la présence d’un distributeur

Alors pour le bourgmestre Benoît Friart, s’assurer la présence d’un distributeur neutre dans sa commune ressemble à une petite victoire. « Ce sont les responsables de Batopin qui sont venus vers nous afin de voir si l’on pouvait leur proposer un local », précise le bourgmestre rapporté dans La Nouvelle Gazette de ce 1er septembre. Qu’à cela ne tienne, la ville leur mettra un local à disposition pour un loyer de 400 euros par mois, juste à côté de la commune. « Nous estimons que c’est important pour nos habitants de pouvoir aller chercher de l’argent dans un lieu central. Il s’agit d’un service qui doit être rendu car même si on le fait moins qu’avant, on utilise toujours de l’argent liquide. Les commerçants pourront aussi y déposer leur argent », ajoute Benoît Friart. Cerise sur le gâteau, il y a même du parking à disposition.

Récapitulons. On annonce donc la disparation de deux distributeurs dans une commune de 8.700 habitantes, ce qui était déjà peu, et on se réjouit de l’installation d’une machine. On trouve normal que ce soit à la commune de mettre à disposition un local pour que le réseau puisse y mettre un distributeur alors qu’il y avait déjà à quelques mètres de là 2 agences de banques participant à ce projet. On se réjouit que le Roeulx puisse s’assurer d’avoir un distributeur de cash sur son territoire alors qu’accéder facilement à son argent est un droit.


 
Dites non à la réduction drastique des distributeurs de billets en Belgique par Batopin Accéder facilement au cash, et donc à notre argent, est un droit.  Rien ne devrait être décidé en la matière sans consulter les citoyen·ne·s. Signez la pétition et, ensemble, empêchons Batopin de nous imposer une réduction du nombre de distributeurs de billets !

En savoir plus
Signez la pétition

Financité

Soyons cash

juin 18, 2021

C’est un fait, les paiements électroniques progressent. Mais nous n’avons par pour autant perdu tout intérêt pour les pièces et les billets !
Pourtant, les banques ont pour projet de diminuer le nombre de distributeurs en Belgique. Mobilisons-nous et, ensemble, arrêtons-les !

La suite sur : https://www.financite.be/soyons-cash