Posts Tagged ‘Bruxelles’

Pour ses deux ans, la Sister’s House déménage, avec les femmes et leurs espoirs

novembre 29, 2020

par audrey Vanbrabant

La Sister’s House souffle sa deuxième bougie. Pour l’occasion, l’hébergement collectif déménage dans un endroit mieux adapté aux besoins des femmes migrantes. Depuis 2018, ce lieu en a accueilli près de 700. Le combat est encore long pour que la « Sister » ait le soutien qu’elle mérite, mais les femmes qui l’ont bâtie sont plus déterminées que jamais.

La suite sur : https://www.axellemag.be/deux-ans-sisters-house-demenage/

« La publicité est une entreprise de colonisation mentale »

novembre 18, 2020

La Région bruxelloise refuse de maintenir la pub pour Coca-Cola à la place De Brouckère.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/la-region-bruxelloise-refuse-de-maintenir-la-pub-pour-coca-cola-a-la-place-de-brouckere/article-news-1358869.html

La pub fait dé-penser. » (F. Vaillant)

Coca-Cola : comment le groupe paye les scientifiques pour maquiller la vérité

« Solidarité obligatoire »

octobre 23, 2020

Coup de gueule du CHU Saint Pierre sur le transfert des patients vers la Flandre.

La répartition des patients n’est pas réellement organisée entre Bruxelles et la Flandre, dénonce jeudi le directeur de l’hôpital Saint-Pierre Philippe Leroy sur le site du Soir. Il se demande où est la solidarité obligatoire entre les hôpitaux du pays.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/coup-de-gueule-du-chu-saint-pierre-sur-le-transfert-de-patients-vers-la-flandre/article-news-1348703.html

« C’est ultra communautaire comme sujet » Bien résumé.

Agir pour l’accessibilité

octobre 15, 2020

par Julien Marteleur

Le 16 septembre dernier, dans le cadre de la Semaine de la mobilité, le Collectif accessibilité Wallonie Bruxelles (CAWaB) a lancé la plateforme « Agir pour l’accessibilité ». L’outil veut offrir aux citoyens des pistes pour signaler des problèmes d’accessibilité dans les transports, les bâtiments ouverts au public ou encore les voiries et, surtout, les transmettre au bon destinataire.

La suite sur : https://enmarche.be/services/maladies-chroniques-et-handicap/agir-pour-l-accessibilite.htm

Un appel citoyen pour la sauvegarde des terres agricoles en Wallonie et à Bruxelles

octobre 11, 2020

La coopérative gembloutoise Terre-en-Vue, qui oeuvre pour faciliter l’accès aux terres pour les agriculteurs en Wallonie et à Bruxelles, a lancé ce dimanche matin un appel citoyen pour la sauvegarde des terres agricoles face à la spéculation foncière dont elles font l’objet.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/un-appel-citoyen-pour-la-sauvegarde-des-terres-agricoles-en-wallonie-et-a-bruxelles/article-news-1343337.html

https://www.terre-en-vue.be/?fbclid=IwAR2tCjRj4fziORb3HbH7ZzFtmhPmFp_QgHz3_G34W7GFOVqz1aZDEFAdzWA

Lettre ouverte à la gauche flamande : pour un espace culturel et intellectuel fédéral.

octobre 4, 2020

par Henri Goldman

Aux Flamands de gauche : vous disposez d’atouts pour construire un espace intellectuel et culturel de gauche en Belgique que la gauche francophone ne possède pas !

C’est triste à dire, mais il faut que vous le sachiez : pour beaucoup de francophones de gauche, vous n’existez tout simplement pas. Pour eux, la Flandre est profondément, définitivement, totalement de droite.

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/lettre-ouverte-a-la-gauche-flamande-pour-un-espace-culturel-et-intellectuel-federal/

Quand la police muselle les soignant.es

octobre 1, 2020

par Camille Wernaers

« Si la police charge, il faut absolument que vous protégiez cette personne qui est en situation de handicap. »
Cette phrase qui fait froid dans le dos, une journaliste et une photographe d’Axelle l’ont entendue alors que des policier.ères bloquaient l’avancée de la manifestation pour la santé organisée par le collectif La santé en lutte, dimanche 13 septembre à Bruxelles.
Nous suivions une infirmière pour un article. Le personnel de santé, composé à 80 % de femmes selon les statistiques officielles, réclamait ce jour-là plus de budget, moins de marchandisation dans le secteur du soin ou encore plus d’effectifs pour nous soigner correctement. Des revendications qui ne sont pas nouvelles, mais que la crise sanitaire rend visibles. Notre témoin, qui a vécu de près la pandémie de Covid-19 et ses conséquences, attendait cette manifestation depuis des mois pour crier sa colère.

C’était sans compter sur la police anti-émeute et son autopompe dressée sur le chemin des 7 000 manifestant.es. D’un coup, nous n’avons plus entendu les slogans « Du fric pour l’hôpital public » et « Hôpital précaire, patient au cimetière ».
Derrière nous, une soignante répétait dans son mégaphone : « Laissez-nous passer ! »

Notre photographe a pu se faufiler près des policier-ères pour prendre quelques images. Elle raconte : « Ils m’ont demandé ce que je faisais là. J’ai dit que j’avais le droit de circuler. Un policier m’a rétorqué que je devais choisir mon camp et que j’aurais dû réfléchir avant de venir. je lui ai répondu qu’eux aussi devraient réfléchir et qu’il n’y a pas de camp. »

Plus tard, la police a chargé la fin du cortège. Des manifestant.es ont été poursuivi.es jusque dans la rue adjacente. Sur les réseaux sociaux, des infirmières témoignent anonymement : la police avait demandé à certaines d’entre elles de retirer leurs blouses de soignantes, probablement pour empêcher que des images d’arrestations du personnel soignant soient diffusées et fassent polémique. 35 personnes ont été arrêtées, non sans violences policières.

Le collectif Street-Medic – des secouristes qui opèrent dans les manifestations – a fait les comptes : une cinquantaine de personnes gazées par la police (la plupart du temps à des distances dangereuses pour les yeux, ce qui comporte un risque de brûlures chimiques); un violent coup de matraque porté à la tête d’un manifestant a entraîné une plaie ouverte importante; deux personnes ont eu chacune deux doigts brisés par des coups de matraques, d’autres ont reçu des coups de pied de la part de policier.ères et plussieurs côtes cassées ont été diagnostiquées.

A quoi servait ce coûteux dispositif policier ?

Après avoir félicité le personnel de santé pour son travail, est-ce que nos politiques préféreraient qu’il se taise ?

Des questions qui nous concernent toutes et tous.

(Edito – Axelles n°232 – Octobre 2020)

Manifestation contre le déploiement de la 5G

septembre 19, 2020

Retrouvez le Collectif stop5G.be à Bruxelles pour manifester contre le déploiement de la 5G ! Vous y trouverez, entre autres, des stands d’information de membres du collectif.

Samedi 26 septembre 14:00-17:00 (dans 1 semaine)
Gare centrale, 3 Carrefour de l’Europe – 1000 Bruxelles

La suite : https://www.amisdelaterre.be/manifestation-contre-le-deploiement-de-la-5g

Agir : https://stop5g.be/fr/

S’informer : https://www.kairospresse.be/journal/special-5-5g/

Chers amis flamands, va-t-on se contenter de laisser pourrir la pomme de discorde?

septembre 12, 2020

Une opinion de Francis Delpérée, constitutionnaliste.

Chers amis, va-t-on se contenter d’acter ce désaccord entre Wallons et Flamands et ainsi laisser pourrir la pomme de discorde ? Un comportement plus adulte n’est-il pas envisageable de part et d’autre ?

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/chers-amis-flamands-va-t-on-se-contenter-de-laisser-pourrir-la-pomme-de-discorde-5f5b9a1d9978e2322fc806d9

Les compteurs intelligents vont-ils être déployés à Bruxelles ? Une étude a été réalisée à la demande de Brugel. Il s’avère que l’ étude semble non indépendante et ne répond pas aux exigences de l’ordonnance du 23 juillet 2018

juillet 6, 2020

Dans le cadre du déploiement des compteurs intelligents en Belgique, plusieurs voix se sont élevés pour s’y opposer en raison d’une série de craintes liées à l’atteinte à la vie privée, à la pollution environnementale et à l’augmentation sensible de la facture d’électricité.

La suite sur : https://www.actualitesdroitbelge.be/presse/les-compteurs-intelligents-vont-ils-etre-deployes-a-bruxelles—une-etude-a-ete-realisee-a-la-demande-de-brugel–il-s-avere-que-l–etude-semble-non-independante-et-ne-repond-pas-aux-exigences-de-l-ordonnance-du-23-juillet-2018