Posts Tagged ‘capitalisme.’

Au lieu de sauver le capitalisme, il est urgent d’inventer une autre économie

avril 5, 2020

par Benoît Borrits

Pour répondre à la vaste crise économique qui s’annonce suite à la pandémie, les gouvernements vont injecter de l’argent, beaucoup d’argent. Mais faut-il vraiment porter secours à l’économie capitaliste, interroge Benoît Borrits, animateur de l’association Autogestion. Non, répond-il, il faut une économie démocratique, où les travailleurs ont du pouvoir.

La suite sur : https://www.bastamag.net/crise-economique-capitalisme-chomage-PIB-Banques-centrales

Alerte enlèvement

avril 4, 2020

https://www.lesmutins.org/bruno-le-renouveau

Crise du coronavirus : ce système ne peut survivre, mais nous le pouvons

avril 3, 2020

par Rachida Aziz et Christophe Callewaert

Rachida Aziz, artiviste et fondatrice de Le Space à Bruxelles, laboratoire culturel autonome et décolonial récemment forcé à la fermeture, et Christophe Callewaert, journaliste à DeWereldMorgen, nous envoient depuis Bruxelles un texte d’opinion et d’analyse cinglant écrit une dizaine de jours seulement après l’annonce du confinement chez nos voisin·e·s belges. Il et elle proposent une grille de lecture de la crise du coronavirus sous l’angle de trois scénarios de traitement et sortie de crise passés. Il·elle nous invitent ainsi à penser et à contribuer à « l’émergence d’une doctrine du choc de gauche » parce qu’ « il n’y aura pas de retour à la normale, car c’est cette normalité qui était le problème » .

2008 – bail out the banks – renflouons les banques
2020 – bail out all the people – renflouons tout le monde

La suite sur : https://documentations.art/Crise-du-coronavirus-ce-systeme-ne-peut-survivre-mais-nous-le-pouvons

 » Il n’y aura pas de retour à la normale, car c’est cette normalité qui était le problème. »

Deux luttes qui ne marchent qu’ensemble

février 24, 2020

par Yannis Youlountas

Parmi les pièges qui nous sont tendus.

DEUX LUTTES QUI NE MARCHENT QU’ENSEMBLE

Nous ne parviendrons à l’émancipation sociale qu’en nous libérant des pièges du pouvoir. Le premier de ces pièges est celui qui cherche à diviser pour mieux régner. Un piège qui revient en force sitôt que nos voix s’élèvent contre les rapports de domination et d’exploitation et menacent l’ordre autoritaire et inégalitaire.

La suite sur : http://blogyy.net/2020/02/22/deux-luttes-qui-ne-marchent-quensemble/

L’holocauste écologique et sa finalité pour la bourgeoisie, expliqués par Monique Pinçon-Charlot

février 11, 2020

Philanthropie : Le capital se fout de la charité

janvier 24, 2020

Les incendies placent l’Australie devant ses responsabilités

janvier 17, 2020

Une opinion de Nicolas de Sadeleer, professeur à l’universiré Saint-Louis, chaire Jean Monnet, professeur invité à l’université de Melbourne.

Le cynisme des autorités fédérales face aux incendies qui ont dévasté le pays dénote une grande insouciance à l’égard du risque climatique. Mais leur responsabilité n’est pas la seule à être mise en cause. Celle de l’UE, partenaire commercial important, l’est aussi.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/les-incendies-placent-l-australie-devant-ses-responsabilites-5e20a1ddd8ad5830317dabea

Emir Kusturica : « Je passe pour un imbécile romantique parce que je rejette la guerre »

décembre 31, 2019

Devil in the Business Class

« La guerre fait partie intégrante d’un système de valeurs : de la guerre vers le capital jusqu’au profit, tout tourne dans les mêmes cercles. » Le célèbre cinéaste évoque son film « Underground » (Palme d’Or à Cannes en 1995) comme un extraordinaire révélateur du monde contemporain. Dans cet entretien, Emir Kusturica analyse ce que l’Occident, dans les coulisses et les médiamensonges, a fait de son pays, la Yougoslavie.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/emir-kusturica-je-passe-pour-un-imbecile-romantique-parce-que-je-rejette-la-guerre/

Femmes de ménage : « Le capitalisme fait des corps racisés des sources d’exploitation jusqu’à leur épuisement »

décembre 23, 2019

par Tiphaine Guéret

Ces dernières années, les grèves se sont succédé dans le secteur du nettoyage. Si les contrats précaires et les cadences infernales commencent à être médiatisés, pas un mot en revanche sur la santé des agent•es de nettoyage, menacée par l’usage répété de produits chimiques toxiques. Pour Françoise Vergès, auteure du livre Un féminisme décolonial, ce silence se comprend à la lumière de l’histoire de la profession, intimement liée au passé colonial de la France.

La suite sur : http://cqfd-journal.org/Femmes-de-menage-Le-capitalisme

Résistons au grand sourire autoritaire des marchandises, ne devenons pas des acheteurs somnambules

décembre 18, 2019