Posts Tagged ‘capitalisme.’

Chronique d’une catastrophe annoncée

juillet 16, 2018

par Patrick Mignard

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38493

Publicités

Les pistes explosives de Bercy pour réduire les aides sociales

juin 8, 2018

C’est le titre du Monde en date du 18 mai 2018. Au fait, pourquoi « explosives » ? Parce qu’en France, la part de pauvres qui vivent des seules prestations sociales ou presque s’élève à 12 millions de personnes. Un Français sur cinq (et demi) est pauvre. Mais les suivants ne sont pas riches pour autant. Avec Macron, l’homme de la Banque, tout le monde va y perdre sauf le premier cercle de l’oligarchie. C’est comme ça. Les banquiers, ça pompe la masse pour faire remonter l’argent vers l’élite. Le ruissellement va dans l’autre sens que celui de la gravité.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38124

Retraites à points : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38125

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38131

Le retour de la lutte des classes : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38121

En guerre – pour la préemption salariale !

juin 5, 2018

par Frédéric Lordon

On ne résiste à la puissance suffocante du film de Stéphane Brizé (En guerre) qu’à y discerner une place vide, la place du discours manquant. Il faut absolument y voir cet espace inoccupé, et la possibilité de le remplir, l’espace d’une réponse, c’est-à-dire d’un discours à déployer, opposable aux impossibilités montrées par le film, capable d’en faire sauter un mur, sinon c’est insupportable. C’est insupportable, car ce que montre le film, c’est la force d’un ordre institutionnel capable de se donner raison à lui-même, un ordre qui mure portes et fenêtres, qui bouche toutes les issues pour ne laisser subsister que sa vérité. Lorsque les économistes stipendiés, les experts de service, les éditorialistes débiles et les patrons odieux disent qu’« il n’y a pas d’alternative », c’est vrai. C’est vrai parce que les structures ont été aménagées pour que ce soit vrai. Lorsqu’ont été installés la déréglementation financière et le pouvoir actionnarial, le libre-échange commercial au mépris de toute norme sociale et environnementale, la libéralisation du régime des investissements directs, c’est-à-dire de la localisation des sites industriels (à laquelle on ajoutera celle des sièges sociaux), il est exact que tout est joué ou presque, et qu’en effet il n’y a plus d’alternative. En somme, la disparition des alternatives, ça s’organise.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38097

« Quand les riches volent les pauvres cela s’appelle du business; quand les pauvres luttent pour récupérer leurs biens cela s’appelle de la violence. »

Comité Adama : « On va se battre ensemble »

mai 23, 2018

Samedi 26 mai 2018 : la Marée populaire, aux quatre coins de la France. L’appel unitaire — signé par un grand nombre de partis, de mouvements, d’organisations, d’associations et de syndicats (du Parti communiste à la CNT en passant par le NPA, la France insoumise, la CGT, Alternative libertaire, ATTAC ou encore Act Up-Paris) — invite l’ensemble de la population à résister au « coup de force » antisocial du pouvoir en place. Le Comité Adama a fait savoir la semaine passée qu’il se joignait à la marche, au sein du cortège de tête, et qu’il conviait « tous les secteurs en lutte » à faire de même. « Pour nous, la « question sociale » comprend évidemment la gestion raciste de nos vies », précise-t-il. Adama Traoré a été tué par des gendarmes le 19 juillet 2016 : sa sœur, Assa Traoré, est devenue l’une des figures du combat contre les violences policières. Préférant parler d’« alliance » plutôt que de « convergence », elle multiplie les déplacements afin de manifester son soutien aux grévistes d’ONET, aux cheminots ou aux étudiants qui occupent les universités : « La France divise son peuple : une partie est oppressée, l’autre est soulagée. » Youcef Brakni, porte-parole du Comité, nous en dit plus sur l’ambition de cet appel.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/comite-adama-on-va-se-battre-ensemble/

Le Blitzkrieg de Macron

mai 17, 2018

par Caleb Irri

« On n’établit pas une dictature pour sauver la révolution, on fait une révolution pour établir une dictature ». Voilà une phrase qui devrait éclairer d’un jour nouveau la politique de « Blitzkrieg » mise en place par le gouvernement Macron. Car il faut être honnête, et regarder les choses en face : soit Macron ne comprend pas qu’il est en train de favoriser à la fois la convergence des luttes et la montée de la colère dans la population toute entière – et il faudrait le remercier pour ça car il accélère ainsi la prise de conscience de milliers de citoyens qui n’avaient pas encore compris qu’ils ne faisaient pas partie de l’ascension cordée -, soit Macron est un homme intelligent qui a bien compris que pour continuer à gouverner, les riches ne pourront pas faire l’économie d’une dictature fondée sur le contrôle total des masses. C’est pour eux le seul moyen de sauver le capitalisme (et leurs fesses avec) dans un monde qu’on ne sait plus comment diriger autrement tant les défis pour sauver notre planète sont incommensurables

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article37910

Alain Deneault: Capitalisme, environnement, crise, etc.

mai 13, 2018

https://gaetanpelletier.wordpress.com/2018/05/09/alain-deneault-capitalisme-environnement-crise-etc/

Il y a 100 ans… Le 10 mars 1906, La catastrophe de Courrières, un crime du capitalisme

mars 11, 2018

Le 10 mars 1906, une explosion de grisou dans une veine de la fosse n°3 de la Compagnie des mines de Courrières ravage des kilomètres de galeries où sont descendus 1425 ouvriers. Toutes les fosses communiquant entre elles, le nuage de gaz s’est répandu sur 110 km de galeries minières et l’incendie fait rage. Avec les effondrements, les pièces métalliques tordues, les opérations de sauvetage sont extrêmement difficiles. De plus, l’air est irrespirable et des sauveteurs sont victimes d’asphyxie. La foule accourt aux grilles des carreaux de fosses, des femmes forcent les cordons de la troupe pour s’approcher. Sur les carreaux de fosse, les corps des victimes s’entassent. Il y a 1099 morts.

La suite sur : https://journal.lutte-ouvriere.org/2006/03/08/ll-y-100-ans-le-10-mars-1906-la-catastrophe-de-courrieres-un-crime-du-capitalisme_12611.html

La liberté de la presse est la liberté que les capitalistes ont d’acheter des journaux et des journalistes dans l’intérêt de créer une opinion publique favorable à la bourgeoisie. Karl Marx

février 26, 2018

Privilèges, acquis sociaux ou caste parasite ?

février 18, 2018

par Patrick Mignard

Ça fait un moment que la calomnie traîne dans les allées du Pouvoir : il y aurait la France qui souffre et celle des privilégiés. Mais attention, dans l’idée des politiciens, les privilégiés ce ne sont pas eux, mais des salariés, des travailleurs qui bénéficient, généralement depuis la Libération de « statuts spéciaux », d’avantages qu’on leur a accordés, bref, d’acquis sociaux.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article22369

Éric Toussaint : « La dette, une arme de domination politique depuis deux siècles »

février 6, 2018

<strongpar Eric Toussaint , Cyprien Boganda , Lucie Fougeron

« La crise des dettes publiques du sud de l’Europe est due au laxisme des gouvernements grecs et espagnols » ; « Annuler les dettes est une vue de l’esprit »… Ces idées reçues envahissent le débat public depuis dix ans. Dans son dernier livre, Éric Toussaint, historien et fondateur du CADTM international (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes), s’attache à les déconstruire méthodiquement.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Eric-Toussaint-La-dette-une-arme