Posts Tagged ‘chimie’

Avant que tout ne meure

juin 14, 2018

par Vincent Remy

L’un se charge de tuer la vie végétale, l’autre la vie animale. Le premier, l’américain Monsanto, producteur de l’herbicide le plus utilisé au monde (le Roundup), vient d’être absorbé par le second, le géant allemand de la chimie, Bayer.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38181

Et dieu créa Syngenta

avril 29, 2017

La chronique de Gérard Manréson
docteur es cynisme à HECC, la Haute école du Café du commerce

Le 10e Forum pour le futur de l’agriculture, le FFA, était jouissif cette année. Cette rencontre annuelle de l’agro-industrie se déroulait le 28 mars dernier à Bruxelles. C’est notre Davos agricole. Et il a tenu ses promesses : il y avait Kofi, le sénile de l’ONU, le WWF, bien sûr, toujours prêts à nous cirer nos mocassins à glands, et même le Pape !
Oui, oui, le dernier Pape, François, le père de l’encyclique Laudato si’ qui critique le capitalisme et la course insensée au progrès et à la technologie. Il était venu dire tout le bien qu’il pensait de Syngenta, le géant suisse de la chimie et de l’agro-alimentaire, par ailleurs organisateur du FFA.

La suite sur : http://www.imagine-magazine.com/lire/spip.php?article2322

Dow Corning (Seneffe) : 14 millions de cadeau fiscal (condamné par l’Europe), 110 emplois menacés

juillet 2, 2016

par Marco Van Hees

Dow Chemical, géant américain de la chimie, a décidé de supprimer 2.500 emplois au sein des implantations du groupe dans le monde, dont 110 dans l’usine de Seneffe. Ce bain de sang social fait suite au rachat, par la multinationale, de la part que le groupe Corning disposait dans leur co-entreprise Dow Corning, spécialisé dans les silicones. Dans le cadre de cette opération, Dow Chemical a décidé d’augmenter une rentabilité qui n’était pourtant déjà pas maigre, puisque son bénéfice net mondial a atteint 7,3 milliards de dollars.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/dow-corning-seneffe-14-millions-de-cadeau-fiscal-condamne-par-l-europe-110-emplois-menaces

« À Bruxelles, la vie des personnes est moins prioritaire que la bonne santé de l’industrie chimique »

janvier 14, 2016

par Nolwenn Weiler  

L’Union européenne n’a toujours pas réglementé l’usage des perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques aux effets sanitaires colossaux utilisées dans de très nombreux produits de consommation courante. Malformations, cancers, obésité… Les perturbateurs endocriniens sont pourtant à la source de bien des maux. Ce retard, qui vient d’être condamné par la justice européenne, ne doit rien au hasard. Les industries de la chimie, des pesticides ou du plastique pratiquent un lobbying intensif, et entravent toute avancée sérieuse. La journaliste Stéphane Horel a décrypté dans un ouvrage intitulé Intoxication ce lobbying et ces objectifs. Entretien.

A lire sur : http://www.bastamag.net/A-Bruxelles-la-vie-des-personnes-est-moins-prioritaire-que-la-bonne-sante-de-l

 

Vivement critiqué, le groupe pharmaceutique Bayer propose de discuter avec les ONG

février 10, 2014

par Rachel Knaebel

Geste sincère ou pure stratégie ? Le nouveau directeur de communication du groupe allemand de chimie et de pharmaceutique Bayer vient d’inviter à discuter l’association qui dénonce depuis des décennies les dangers des activités de la firme.

A lire sur : http://www.bastamag.net/Au-bout-de-35-ans-Bayer-propose-a

janvier 29, 2014

On arrête les “gangsters”, on tire sur les auteurs de “hold-up”, on guillotine les assassins, on fusille les despotes – ou prétendus tels –, mais qui mettra en prison les empoisonneurs publics instillant chaque jour les produits que la chimie de synthèse livre à leurs profits et à leurs imprudences ? (Roger Heim en 1962 !)

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article11737

Comment vivre dans ce monde toxique.

juin 16, 2013

par Laurence Dardenne

Pour le Dr Chevallier, ce n’est pas la chimie en soi qui est en cause, mais la mauvaise évaluation de l’impact des polluants chimiques sur la santé. Son « Livre antitoxique » a pour but d’aider le lecteur dans sa démarche de protection pour pouvoir boire, manger, respirer même, sans peur.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/societe/planete/article/822516/comment-vivre-dans-ce-monde-aussi-toxique.html

Epandage aérien : Ces pesticides venus du ciel.

avril 25, 2013

par Nolwenn Weiller

Interdits depuis 2009, les épandages aériens de pesticides se poursuivent en France, grâce à des dérogations préfectorales. Les Antilles, l’Aquitaine et la Champagne sont les principales régions concernées. Défaut d’informations, risque de dispersion, contournement de la réglementation : plusieurs associations et élus montent au créneau. Un dossier révélateur de l’incapacité de la France à prendre le chemin de pratiques agricoles moins gourmandes en chimie. Explications.

La suite à lire sur : http://www.bastamag.net/article3054.html

La « nourriture » du futur que nous concocte l’industrie agroalimentaire.

juin 27, 2012

Par Ahnès Rousseaux  

Hamburgers in vitro, fromages de synthèse, glu de porc, vache ou poisson transgénique… Le tout agrémenté d’une bonne pincée de chimie. L’industrie agroalimentaire multiplie les expérimentations, et commence à inonder le marché de ces nouveaux produits, davantage fabriqués en usines ou en labos que dans les champs. Objectif : nourrir la planète au moindre coût. Sans trop s’attarder sur les conséquences sanitaires et écologiques. Et sans pitié pour les cobayes que nous sommes. Basta ! vous présente le menu agro-industriel de demain. Miam !

La suite à lire sur : http://www.bastamag.net/article2498.html

 

50 ans de PAC : Pirates du vivant aux commandes.

avril 21, 2012

On peut fêter ça, franchement on s’est bien éclaté. Quand on voit le chemin parcouru, on a raflé la mise. On a transformé des gens forts, libres et autonomes 

  • la capacité d’être maître de ses choix techniques, économiques, financiers,
  • la possibilité d’exercer cette capacité.
    L’autonomie repose sur le partenariat, c’est-à-dire la complémentarité entre les acteurs locaux.
    Il s’agit de valoriser les ressources humaines et techniques présentes localement.Un cadre politique qui permette l’autonomie

    Un système de primes qui garantisse le revenu des producteurs, l’évolution des structures agricoles, et oriente les systèmes de production vers l’agriculture paysanne.

    Une maîtrise des productions afin de garantir les prix agricoles, donc le revenu des paysans.

    L’autonomie économique : la capacité de dégager un revenu en maîtrisant les charges.

    L’autonomie de décision : la capacité de faire des choix afin de ne pas être dépendant d’un modèle technique, et de tout ce que cela entraine comme contraintes.

    Une démarche à entreprendre par le paysan

    L’autonomie technique : la capacitéde maîtriser sa dépendance vis-à-vis de l’amont et de l’aval des filières.

‘> en bons petits soldats. On a parlé de modernité, de compétitivité et de gagner, gagner et encore gagner … et ça a marché. Pour eux les emprunts, pour nous les gains. Les ventes de pesticides ont explosé. Pour vendre nos engrais, il fallait casser le cycle qui nourrit le sol. Et les ricains nous ont bien aidés avec leur soja. Sans protéagineux, c’était des ventes d’engrais à tous les coups. Nos techniques modernes les ont obligés à revenir vers nous pour le premier insecte venu ou pour la première fièvre.

Franchement l’éclate. Des prix garantis, on est passé à « on vous garantit des prix à la baisse », promis juré. On les a noyés sous la paperasse administrative pour deux fromages vendus à la ferme et quand ils s’en sont plaint, on en a profité pour casser les stocks régulateurs, les prix garantis, les quotas … ben oui, c’est lourd toute cette administration. Maintenant c’est l’offre et la demande qui dictent la loi. Bien joué, le marché n’a pas d’adresse.

Pas de rente aux rentiers sans concentration ! Alors on leur a dit : « concentration et spécialisation sont les seules voie de la survie ». C’était bien tapé, c’est justement avec ces deux-là qu’on compromet le plus sûrement leur survie.

Allez, fêtons ça vite avant que les citoyens se rendent compte que tout compte fait, on a vraiment besoin de tous ces paysans disparus !

C’est vrai que dernièrement on a le vent dans le dos, partout on achète les terres, par millier d’hectares à l’Est, par millions en Afrique et ici elle est tellement chère qu’il n’y a plus que nous pour pouvoir se la payer. Mais Attention, le vent pourrait bien tourner, alors… cul sec.

Je porte un toast à ces réformes, à la grande distribution, au soja, à l’OMC, …

Au fond, dans nos bureaux feutrés, face à nos écrans, nos dérégulations, on s’est bien marré…

http://www.50ansdepac.eu/

Mais il y a des résitants, encourageons-les : http://lesliberterres.com/Les_Liberterres/Les_Liberterres_-_Accueil.html