Posts Tagged ‘cinéaste’

Alice Guy, la première vraie cinéaste au monde

mai 28, 2019

par Bernard Gensane

C’est en voulant me documenter de nouveau sur Louis Le Prince, chimiste français émigré en Grande-Bretagne et auteur du premier film cinématographique que je suis tombé sur la Française Alice Guy, réalisatrice (pardon : réalisateure) du second film de fiction de l’histoire du cinéma.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/alice-guy-la-premiere-vraie-cineaste-au-monde.html

https://www.liberation.fr/debats/2019/06/05/la-pellicule-invisible-d-alice-guy_1731901

Publicités

Mai Masri : « Sans la caméra, les faits n’existent plus »

juillet 27, 2018

Nous retrouvons la cinéaste Mai Masri à Aubervilliers — née en Jordanie d’un père palestinien et d’une mère texane, élevée à Beyrouth, elle est, depuis le début des années 1980, l’auteure de onze films. La quatrième édition du festival Ciné-Palestine a récemment consacré une rétrospective à son œuvre documentaire et fictionnelle. Le cinéma, écrivit-elle un jour, « est devenu un moyen de recréer la Palestine et de donner un sens à nos vies déracinées1 ». C’est donc, à l’heure où Gaza n’en finit pas de compter ses morts, de neuvième art et de résistance à l’occupation dont nous parlons : un art visant à « prendre le contrôle de la narration » face aux récits en place ; un combat que les Palestiniennes investissent chaque jour un peu plus.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/mai-masri-sans-la-camera-les-faits-nexistent-plus/

Lanzmann le tricheur : « Shoah » et le mensonge par omission

juillet 16, 2018

par Cécile Winter

Le film « Shoah » de Claude Lanzmann, créateur du nom propre désignant communément depuis lors la mise à mort des juifs d’Europe, se voulait, se devait être recherche et témoignage de vérité. Savoir et voir, dit-il. C’est dans ces termes qu’on le célèbre aujourd’hui dans vos colonnes. Pourtant Lanzmann a délibérément tronqué et occulté la vérité.

La suite sur : http://ujfp.org/spip.php?article6512

Quelle « face hideuse de Ken Loach »? C’est un procès en sorcellerie!

avril 23, 2018

L’opinion d’un collectif d’intellectuels et d’artistes (1).

Une campagne plus en plus violente a été lancée contre le choix du cinéaste britannique Ken Loach comme docteur honoris causa de l’ULB. Ses promoteurs n’hésitent pas à parler de « l’ignominie » de l’université. Pendant ce temps, leurs vraies raisons restent cachées…

La suite sur : http://www.lalibre.be/debats/opinions/quelle-face-hideuse-de-ken-loach-c-est-un-proces-en-sorcellerie-opinion-5addbdcecd709bfa6b7767fa

Lettre ouverte des cinéastes et professionnel-le-s de l’audiovisuel au FIPA (Festival International des programmes audiovisuel) à propos du « Focus sur Israël »

janvier 24, 2018

Le FIPA (-Festival International des Programmes Audiovisuel) qui se tient à Biarritz du 23 au 28 janvier 2018, a choisi de faire un « Focus sur Israël ».
Des cinéastes internationaux, et des professionnel-e-s de l’audiovisuel, adressent cette lettre ouverte à la direction du Festival, pour protester contre le choix du FIPA de s’associer avec le gouvernement israélien, alors qu’il intensifie l’occupation, la colonisation et le nettoyage ethnique du peuple palestinien, tandis que le point de vue palestinien est totalement occulté.
Parmi les 100 premiers signataires : Ken Loach, Mike Leigh, Aki Kaurismaki, Rebecca O’Brien, Maï Masri, Elia Suleiman, Najwa Najjar, Avi Mograbi, Yousri Nasrallah, Anne-Marie Jacir, Michel Khleifi, Serge Lalou, Peter Kosminsky…

« Nous, cinéastes et professionnel-le-s de l’audiovisuel, souhaitons exprimer notre profonde préoccupation devant le fait que le festival FIPA, par son initiative « Focus sur Israël », choisisse de s’associer avec le gouvernement israélien et l’Ambassade d’Israël, alors que ce pays non seulement poursuit, mais intensifie l’occupation, la colonisation et le nettoyage ethnique du peuple palestinien. Ceci depuis maintenant de trop nombreuses années, alors que le point de vue palestinien est totalement occulté.

Nous nous interrogeons sur cette décision du FIPA de promouvoir l’Etat d’Israël, alors que l’on s’apprête à commémorer cette année les 70 ans de l’expulsion du peuple palestinien de ses terres.

Le « Focus sur Israël » au FIPA, qui choisit d’ignorer cette histoire, se déroule au moment même où Israël promulgue des lois racistes, accélère l’expulsion et la confiscation des terres des Palestiniens sous occupation et entrave la liberté de parole des citoyens arabes d’Israël.

Quel message signifie ce partenariat officiel avec Israël qui au mépris du droit international et contre la quasi-totalité des chancelleries -dont la France- veut l’annexion intégrale de Jérusalem pour en faire sa capitale ?
Quel message signifie ce partenariat officiel quand des dizaines d’enfants comme la jeune Ahed Al Tamimi sont incarcéré-e-s dans les prisons militaires et quand des centaines de Palestinien-ne-s sont emprisonnés sans jugements depuis des années pour certains ?

La décision du FIPA s’inscrit également dans la collaboration avec le gouvernement le plus raciste et le plus à l’extrême-droite de l’histoire d’Israël. Gouvernement qui considère la promotion de la créativité d’Israël à l’étranger comme un outil de propagande central de sa politique. Ou, pour le dire avec les mots du Directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères en charge de la promotion culturelle, Nissim Ben Chetrit, qui « utilise les productions culturelles israéliennes pour atteindre les objectifs politiques de l’État d’Israël. Ce même Nissim Ben Chetrit qui « considère la culture comme un outil de premier ordre pour la hasbara (propagande). En ce qui me concerne je ne fais aucune de différence entre la hasbara et la culture.”

Au regard de l’agressivité actuelle d’Israël dans ses attaques contre les civils palestiniens et leurs infrastructures, justifiées par ce même ministère des Affaires étrangères que vous avez choisi pour être le partenaire de votre festival, nous vous demandons, organisateurs du FIPA, de reconsidérer votre relation avec le gouvernement d’Israël, et de retirer votre partenariat avec le ministère israélien des Affaires étrangères et l’Ambassade d’Israël en France.

Choisir de faire un focus sur Israël en collaboration avec un tel gouvernement ne peut être considéré comme une position neutre. C’est un soutien, voire une complicité.

Si l’idée est de soutenir des réalisateurs israéliens ou de projeter des productions israéliennes, il y a d’autres façons de le faire que de traiter avec un Etat qui se place hors du droit et des conventions internationales.

Nous vous adressons cette demande par considération envers les cinéastes palestinien-ne-s qui ont perdu la vie ou des êtres chers dans les attaques militaires israéliennes.

Nous vous l’adressons en tenant compte des nombreux centres culturels, institutions artistiques et universités attaqués et détruits par les forces d’occupation israéliennes.
Nous vous l’adressons parce que nous sommes solidaires avec ceux qui sont assiégés, occupés, emprisonnés.

Nous espérons que nos collègues et amis du Festival FIPA se joindront à nous. »

LES 100 PREMIÈRES SIGNATURES : Cet appel est initié, mardi 23 janvier 2018, par 100 cinéastes et professionnel-le-s de l’audiovisuel, de plusieurs pays. Nous appelons à amplifier le mouvement et à signer sur http://unelettreouverte.wesign.it/fr, en précisant dans l’ordre : Nom, Prénom, Profession et Pays.

Thierry ABEL, Distributeur, Belgique, Maher ABI SAMRA, Réalisateur, Liban / France, Vahe ABRAHAMYAN, Chorographe – metteur en scène, France, Monia AKEL, Réalisatrice, Liban, Hala ALABDALLA, cinéaste, Syrie, Udi ALONI, Réalisateur, Israël / USA, Inès ANANE, comédienne, France, Raed ANDONI, Réalisateur, Palestine / France, Geoff ARBOURNE, Producteur, GB, Jean ASSELMEYER, cinéaste, France, Olivier AZAM, Réalisateur, France, Ariella AZOULAY, cinéaste, curatrice et enseignante, USA / Israël, Nidal BADARNEH, Acteur – Réalisateur, Palestine, Palmyre, A. BADINTER, Productrice, France, Salah BAKRI, Acteur, Palestine, Mohammed BAKRI, Acteur – Réalisateur, Palestine, Ziad BAKRI, Acteur, Palestine, Amic BEDEL, Réalisateur et dir. de la Photographie, France, Deborah BENARROSCH, programmatrice cinéma, Belgique, Mieke BERNING, Head of MA in Film, Pays-Bas, Nouma BORDJ, Photo, France / Allemagne, Mathieu BOYE, Art département cinéma, Haim BRESHEETH, Universitaire et réalisateur, GB, Frédéric CORVEZ, CEO URBAN GROUP, France, Steve COSSE, Réalisateur, France, Jean-Yves CROIZÉ, cinéaste, France, Chris DEN HOND, JRI, France, Cheikh DJEMAI, cinéaste, France / Algérie, Alexandra DOLS, cinéaste, France, Smadar DREYFUS, Artiste visuel / curatrice, GB, Emillie DUDOGNON, Productrice, France, Mahm El MAMOUNE, Journaliste TV, France, Pary, EL-QALQILI, Réalisateur, Allemagne, Dalila ENNADRE, cinéaste, France / Maroc, Maryse GARGOUR, Cinéaste, France, Véronique GELY, Maquilleuse, France, Khaled GHORBAL, Cinéaste, Tunisie, Arlette GIRARDOT, cinéaste, France, Anne GONAND VAUGEOIS, programmatrice cinéma, France, Annie GONZALES, Productrice cinéma, France, Joanna GRUDZINSKA, Réalisatrice, France, Samir H. ABDALLAH, cinéaste, France / Egypte, Leila HABCHI, Réalisatrice, France, Janine HALBERICH EUVRARD, Directrice de Festival des films, France, Dima HAMDAN Réalisatrice Palestine / Allemagne, Patrick HEPNER, Graphiste et artiste visuel, France, Avi HERSHKOVITZ, Réalisateur, Espagne / Israël, Michael HOARE, cinéaste, France, Geneviève HOUSSAY, programmatrice cinéma, France, Anne-Marie JACIR, cinéaste, Palestine, Nicole KAMATO, Producteur, Liban, Aki KAURISMAKI, Réalisateur, Finlande, Khemais KHAYATI, Journaliste et critique de cinéma, Tunisie, Yasmina KHERFI, Chef monteuse, France, Michel KHLEIFI, Réalisateur, Palestine /Belgique, Peter KOSMINSKY, Stonehenge films, GB, Serge LALOU, producteur, France, Hugue LE PAIGE, Journaliste / Réalisateur, Belgique, Delphine LECCAS, Directrice artistique, France, Mike LEIGH, Réalisateur, GB, Thierry LENOUVEL, producteur, France, Ken LOACH, Réalisateur, GB, Khéridine MABROUK, cinéaste, France / Algérie, Magali MAGNE, Réalisatrice, France, Ahmet MAHAMAT, Réalisateur, Tchad, Carol MANSOUR, cinéaste, Palestine, Sandrine MANSOUR, scénariste-historienne, France, Miriam MARGOLYES, Actrice, GB / Australie, Mai MASRI, cinéaste, Palestine, Audrey MAURION, Chef monteuse, France, Rakan MAYASI, Réalisateur, Liban, Elli MEDEIROS, Musicienne, France, Angela MELITOPULOS, artiste visuel – Réalisatrice, Allemagne, Pierre MENAHEM, producteur et distributeur, France, Avi MOGRABI, cinéaste, Israël, Ahmed NADJAR, JRI/Réalisateur, France, Najwa NAJJAR, Cinéaste, Palestine, Nadine NAOUS, cinéaste, Palestine / France, Yousri NASRALLAH, cinéaste, Egypte, Idit NATHAN, Artiste visuel / curatrice, GB, Rebecca O’BRIEN, Productrice, GB, May ODEH Productrice, Palestine, Valérie OSOUF, Réalisatrice, France, Anand PATWARDHAN, cinéaste, Inde, Boris PERRIN, producteur et éditeur de DVD, France, Valerie PICO, monteuse, France, Solange POULET, opératrice culturelle, France, Hortense QUITARD, Productrice exécutive, France, José REYNÈS, cinéaste, France, Patrizia ROLLETI, Régisseuse, France / Italie, Jean-Jacques RUE, Animateur cinéma, France, Abdelhadi SAÏD, Auteur, Maroc, Leïla SANSOUR, cinéaste, Palestine, Khaled SID MOHAND, Journaliste radio, France / Algérie, Fatima SISSANI, cinéaste, France, Eyal SIVAN, Cinéaste, Israël / France, Faraj SULEIMAN, musicien, Palestine, Elia SULEIMAN, Réalisateur, Palestine, Ula TABARI, cinéaste, Palestine, Moncef TALEB, ingénieur du son, Tunisie, Bissane TAY, Auteur, productrice, Liban, José VIEIRA, cinéaste, France / Portugal, Nicolas WADIMOFF, Producteur, Suisse, Mohanad YAQUBI, Réalisateur – Producteur, Palestine.
Signez sur : http://unelettreouverte.wesign.it/fr
https://www.facebook.com/Lettre-ouverte-au-FIPA-346245479188462

AGIR : http://unelettreouverte.wesign.it/fr

« Pour nous la culture est un outil de la hasbara (propagande) de premier plan, pour nous il n’y a pas de distinction entre hasbara et culture ». (Nissem Ben Sheetrit, ancien délégué général du ministère des affaires étrangères israélien – Haaretz – 21-09-2005)

« Un boycott légitime » : interview d’Eylan Sivan

décembre 20, 2016

Interview réalisée par Christophe Koessler, parue sur le site « Le Courrier » (Genève), le 16 décembre 2016.

Le boycott culturel et universitaire d’Israël suscite des controverses. Partisan de cette mesure, le cinéaste israélien Eyal Sivan s’explique dans un livre.

Si l’idée de refuser d’acheter les avocats ou les oranges venus d’Israël ou de ne plus investir dans ce pays, tant que l’occupation militaire et la colonisation de la Palestine perdureront, a fait son chemin, celle de boycotter les institutions culturelles et académiques israéliennes ne va pas de soi en Europe. La culture et la science sont souvent perçues comme des havres de neutralité, voire des ponts de dialogues, qu’il ne faudrait surtout pas affaiblir.

Le cinéaste israélien Eyal Sivan ne partage pas cet avis. Le documentariste qui vit entre Paris et Israël, mais enseigne aussi en Angleterre et aux Pays-Bas, vient de publier un ouvrage, Un boycott légitime, coécrit avec la productrice de films française Armelle Laborie, qui constitue un véritable manifeste en faveur d’un boycott culturel et universitaire de l’Etat d’Israël [1].

La suite sur : http://ujfp.org/spip.php?article5294

051

« Pour nous la culture est un outil de la hasbara (propagande) de premier plan, pour nous il n’y a pas de distinction entre hasbara et culture. » (Nissem Ben Sheetritt, ancien délégué général du ministère des affaires étrangères israélien en 2005 – Haaretz 21/09/2005)

René Vautier

janvier 5, 2015

http://www.europe1.fr/cinema/le-cineaste-francais-rene-vautier-est-mort-2334179

Et aussi : http://www.legrandsoir.info/rene-vautier-les-attardes-du-colonialisme-me-poursuivent-encore-de-leur-vindicte.html

Par lui-même

Afrique 50

Les salopards !

avril 1, 2013

Un fermier palestinien de 80 ans attaqué et blessé sur ses terres près de Tulkarem, et 7 enfants hospitalisés après que des colons eurent attaqué leurs bus scolaires près de Naplouse. Ne cherchez pas, vous ne verrez rien dans vos médias.

La suite à lire sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article8207

Pendant ce temps, en France, le Crif désinforme : http://www.europalestine.com/spip.php?article8201

Certains ne peuvent imaginer un cinéaste palestinien nominé pour les Oscars ?

février 21, 2013

par Alizée Golfier

L’ironie et l’engagement, deux marques de fabrique des films du réalisateur américain Michael Moore. Et de ses tweets. Surtout quand il s’agit d’aider un ami. Minuit, heure de Los Angeles (8 heures en France), le réalisateur américain publie un premier tweet en forme d’alerte info :

« Emad Burnat, réalisateur palestinien du film nominé aux Oscars “5 caméras brisées”, a été retenu cette nuit par les services de l’immigration à l’aéroport de Los Angeles alors qu’il venait d’atterrir pour participer à la cérémonie des Oscars. »

La suite à lire sur : http://www.rue89.com/2013/02/20/oscars-le-realisateur-palestinien-emad-burnat-arrete-laeroport-239824

Laïcité « Inch Allah ».

mars 11, 2012

Par Stéphanie Carion  

Elle n’a pas froid aux yeux ! Têtue et combative, Nadia El Fani ulcère les islamistes. Pourquoi ? Parce qu’elle a osé lever un tabou, celui de la religion. Ses cheveux teints en bleus, la réalisatrice franco-tunisienne provoque et milite à sa manière. Elle est la cible de violentes agressions depuis la diffusion de son court-métrage “Laïcité Inch’Allah !”.

La suite sur : http://www.lalibre.be/actu/international/article/725254/femme-d-exception-nadia-el-fani-ose-la-laicite.html