Posts Tagged ‘commission européenne’

Dans des documents internes, Monsanto fait elle-même le lien entre Roundup et cancer!

octobre 10, 2017

Dans des documents internes, l’entreprise Monsanto fait elle-même le lien entre son désherbant très populaire Roundup et le cancer, indiquent mardi le magazine Knack et le périodique néerlandais OneWorld, deux médias qui ont pu voir les documents du géant américain de la biotechnologie.

La suite sur : http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/dans-des-documents-internes-monsanto-fait-elle-meme-le-lien-entre-roundup-et-cancer-59dccd92cd70461d26889e3f

Et : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article35852

http://www.levif.be/actualite/international/le-powerpoint-que-monsanto-aurait-prefere-garder-secret/article-normal-736859.html

« En niant les risques tant qu’ils ne sont pas pleinement avérés on obtient ….les morts de l’amiante.
Penser aux conséquences à long terme de ses actions est une horreur pour les adeptes du marché, pour les politiques aussi, pas rentable, aléatoire, … cela reste néanmoins une exigence absolue. »

Mais bon, si vous choppez un cancer, vous faites des radios, des chimios …, votre famille achète un cercueil en chêne, …
C’est bien, vous relancez la croissance !

Publicités

Portugal : un redressement économique et social qui prend Bruxelles à contre-pied

septembre 12, 2017

par Pascal Hérard

Le Portugal n’a presque plus de déficit budgétaire, bénéficie d’une des meilleures croissances de la zone euro, a fait baisser son chômage et attire les investisseurs. Le petit miracle économique et social portugais s’est réalisé en moins de 2 ans avec une politique pourtant opposée aux demandes de la Commission européenne. Doit-on parler désormais du modèle portugais plutôt que du modèle allemand ou suédois ?

La suite sur : http://information.tv5monde.com/info/portugal-un-redressement-economique-et-social-qui-prend-bruxelles-contre-pied-190588

Perturbateurs Endocriniens: Demandez aux Eurodéputés de refuser une définition inefficace

août 9, 2017

https://www.change.org/p/les-eurod%C3%A9put%C3%A9s-fran%C3%A7ais-perturbateurs-endocriniens-demandez-aux-eurod%C3%A9put%C3%A9s-de-refuser-une-d%C3%A9finition-inefficace

Interdisez dès maintenant ce pesticide destructeur !

août 8, 2017

On fait face à l’arrivée d’un nouveau pesticide destructeur produit par Monsanto: le dicamba.

Le dicamba existe en fait depuis 50 ans. Toutefois, les agriculteurs et agricultrices l’utilisaient rarement en raison de sa toxicité. Monsanto a donc créé des cultures résistantes au dicamba et fait beaucoup de promotion auprès des agriculteurs et agricultrices. Les ventes du pesticide ont immédiatement monté en flèche.

Et maintenant, toutes les cultures qui ne proviennent par des laboratoires de Monsanto sont en train de mourir.

L’état de l’Arkansas vient tout juste d’interdire ce pesticide dans l’espoir de protéger ses agriculteurs et agricultrices des dégâts qu’il cause. En effet, une division du ministère de l’Agriculture a interdit l’utilisation et la vente de dicamba après que des milliers d’hectares de champs de soja aient subi les conséquences dévastatrices de la dispersion de l’herbicide dans les champs avoisinants.

Le dicamba est ainsi l’herbicide le plus toxique qu’on connaisse. Nous devons dès maintenant passer à l’action pour bloquer le dicamba en Europe, et ce, avant qu’il ne ravage nos cultures.

Même les experts sonnent l’alarme sur les effets dévastateurs du dicamba sur les cultures qui n’ont pas été génétiquement modifiées: «Je n’ai jamais rien vu de tel», s’est exclamé Larry Steckel de l’université du Tennessee. Il n’y a que Monsanto qui en tire des bénéfices: plus le dicamba est utilisé, plus nombreux seront les agriculteurs et agricultrices obligées d’acheter auprès de Monsanto des semences résistantes.

Depuis des années, les membres de SumOfUs sont au front et se battent à la fois contre le glyphosate de Monsanto et contre les néonicotinoïdes qui tuent les abeilles. Avec chaque coup, nous réduisons l’influence des géants de l’agrochimie. Assurons-nous de gagner également cette bataille contre le dicamba!

Dites à la Commission européenne d’imposer dès maintenant une interdiction d’urgence sur le dicamba.
Plus d’informations
Arkansas Farmers Contre Monsanto, BASF
Justice Pesticides. 14 juin 2017.
[en anglais] Damage From Wayward Weedkiller Keeps Growing
NPR. 6 juillet 2017.
OGM – États-Unis: le glyphosate obsolète? Le dicamba débarque
Inf’OGM. 22 novembre 2016.

Pour signer la pétition : https://actions.sumofus.org/a/interdisez-des-maintenant-ce-pesticide-destructeur/?akid=33334.8812595.PwaQZD&rd=1&source=fwd&t=2

Notre santé ? Il s’en tamponne le coquillard !

juin 14, 2017

« Nous devons renouveler le glyphosate puisqu’il n’y a aucune raison de remettre en question les évaluations basées sur des faits scientifiques », a indiqué mardi après-midi le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire Vytenis Andriukaitis devant les députés européens réunis à Strasbourg.

La suite sur : http://www.levif.be/actualite/international/il-n-y-a-aucune-raison-de-refuser-l-autorisation-du-glyphosate/article-normal-677141.html

NON AU GLYPHOSATE

juin 11, 2017

La Commission européenne est sur le point de proposer à nouveau l’autorisation du glyphosate, un produit chimique toxique destiné à être pulvérisé sur l’ensemble de nos champs et aliments. Depuis qu’un institut membre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé le glyphosate dans la catégorie des produits « probablement cancérigènes », Monsanto multiplie les attaques afin de décrédibiliser cette décision, allant jusqu’à financer ses propres études.

Or, l’information faisait la une du journal Le Monde jeudi dernier : un scientifique indépendant de renommée mondiale a analysé les données de ces « études » financées par l’industrie chimique et divulguées récemment.[1] Sa conclusion ? L’OMS a raison ! Plusieurs cas de tumeurs observés dans ces mêmes études auraient été ignorés par les autorités de réglementation européenne ! [2]

Il y a moins de quatre mois, nous lancions une Initiative citoyenne européenne (ICE) avec nos partenaires européens afin de combattre la pseudoscience, et de mettre fin aux accords passés en coulisses aux dépens de la santé des citoyens européens. [3] Si à travers cette Initiative nous parvenons à rassembler un million de signatures, alors la Commission européenne sera obligée de répondre à nos revendications ! À la date d’aujourd’hui, 941 000 citoyens ont apposé leur signature sur notre pétition. Il ne nous reste plus que trois semaines pour obtenir les 59 000 signatures manquantes !

Si nous ne parvenons pas à atteindre le million de signatures d’ici à la fin de ce mois, la Commission pourrait renouveler l’autorisation du glyphosate en toute impunité, sans même prendre en compte notre Initiative citoyenne européenne. C’est pourquoi chaque signature compte. Nous vous remercions de signer dès maintenant !
Oui, je signe l’ICE !

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a fermé les yeux sur les résultats d’une étude qui démontrait qu’un pesticide couramment employé avait provoqué des tumeurs sur des rongeurs… C’est ce qu’a révélé un scientifique indépendant, qui a passé en revue les données brutes d’études financées par l’industrie ! Cette découverte montre que l’Autorité européenne de sécurité des aliments suit aveuglément les preuves directement fournies par l’industrie des pesticides. Ensemble, nous pouvons arrêter le glyphosate. Rejoignez-nous !

https://act.wemove.eu/campaigns/ice-glyphosate-fr?utm_source=civimail-7332&utm_medium=email&utm_campaign=fr_201670609

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34848

Les Etats membres ont leur mot à dire sur le CETA et les traités du même type

juin 5, 2017

La Cour de Justice de l’UE a rendu ce mardi 16 un avis très attendu. Dans cet avis contraignant, elle confirme que le traité UE-Singapour, un traité de commerce et d’investissement de nouvelle génération du même type que le CETA et le TTIP, nécessite l’approbation des Etats membres et de leurs parlements pour entrer pleinement en vigueur. Ceux-ci doivent être consultés parce que ces traités intègrent des domaines qui ne relèvent pas des compétences exclusives de l’UE. En Belgique, les gouvernements et parlements régionaux ne pourront être ignorés. Et le gouvernement belge n’a plus de raison d’attendre avant d’honorer son engagement : vérifier la conformité du CETA avec le droit européen.

La suite sur :

Comment, au nom du climat, la France cherche à imposer ses intérêts et ses entreprises à l’Afrique

mai 31, 2017

par Olivier Petitjean

L’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, lancée lors de la COP21, devait être un projet exemplaire porté par les Africains pour les Africains, permettant d’assurer l’accès de tous à l’électricité sur le continent tout en préservant le climat. Mais la Commission européenne et la France cherchent aujourd’hui à s’approprier l’Initiative pour lui faire financer des projets énergétiques douteux, qui répondent davantage aux intérêts de leurs entreprises qu’aux besoins des populations. Responsables africains et société civile dénoncent un passage en force.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Comment-au-nom-du-climat-la-France

La Commission européenne relance la procédure pour autoriser le glyphosate

mai 19, 2017

Les commissaires européens ont donné leur accord pour «redémarrer les discussions avec les Etats membres sur un possible renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour 10 ans», a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’exécutif européen.

La suite sur : http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/05/18/la-commission-europeenne-relance-la-procedure-pour-autoriser-225175.html

L’homme est capable du meilleur comme du pire, mais c’est vraiment dans le pire qu’il est le meilleur. (Grégoire Lacroix)

Soupçons de conflits d’intérêts

Plusieurs des experts de l’agence travaillent ou ont travaillé comme consultants pour l’industrie chimique.

Pour éviter les situations de conflit d’intérêt et protéger la gouvernance de l’Agence de toute interférence politique ou de pressions de lobbys industriels, les décisions de l’Agence doivent être prises par une autorité neutre et indépendante, dotée des compétences nécessaires. Aussi seront-elles prises par le directeur exécutif de l’agence, théoriquement lui-même placé sous la tutelle d’une instance d’appel indépendante, chargée de contrôler la bonne application du règlement et des mesures d’exécution correspondantes adoptées par la Commission européenne. Le directeur exécutif est nommé par le conseil d’administration de l’agence, composé de représentants des États membres et de la Commission, qui doit, sous le contrôle de cette dernière, définir les priorités, fixer le budget et surveiller le fonctionnement de l’agence[réf. nécessaire].

En 2012, un audit européen de la cour des comptes européenne3 a cependant constaté un défaut de dispositif de prévention et/ou résolution des conflits d’intérêts au sein de l’Agence (ainsi que dans 3 autres agences européennes devant également « prendre des décisions importantes concernant la sécurité et la santé des consommateurs » (Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des médicaments (EMA)3). La cour reconnait certes les progrès faits, et que l’Agence a mis en place certaines procédures pour limiter le risque de conflits d’intérêts, mais avec des « lacunes importantes »4.

Une soixantaine d’associations de la société civile, parmi lesquelles Greenpeace, alertent le 6 mars 2017 l’agence sur les conflits d’intérêts touchant plusieurs de ses membres, au moment où l’agence doit rendre un rapport sur le glyphosate. Plusieurs des experts de l’agence travaillent ou ont travaillé comme consultants pour l’industrie chimique. « Pour les organisations signataires, les experts pointés sont donc, selon les propres critères de l’ECHA, en situation de conflits d’intérêts », mais selon l’agence, si les experts « offrent des services de consultance à l’industrie, [c’est] une pratique normale »5.
Méthodologie et études non publiées
L’Agence fonde ses expertises sur des études scientifiques comme sur des études financées et fournies par les industriels, et qui ne sont pas publiées. Pour Greenpeace, « il faut mettre fin à l’utilisation des études non-publiées qui viennent de l’industrie, afin que les décisions des agences européennes puissent être vérifiées indépendamment »5.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_europ%C3%A9enne_des_produits_chimiques

« L’indépendance » à la sauce commission européenne

La Commission européenne engage une procédure d’infraction contre l’Autriche pour des mesures anti-dumping social

mai 16, 2017

par Laurent Dauré

Dans un communiqué de presse daté du 27 avril, la Commission européenne a annoncé qu’elle engageait le même jour « une procédure d’infraction contre l’Autriche concernant l’application de la loi autrichienne visant à lutter contre le dumping social et salarial dans le secteur du transport routier ».

Vous avez bien lu, Vienne est poursuivi pour avoir mis en place des mesures protectrices, la Commission estimant que « cette pratique limite le marché intérieur de l’UE de manière disproportionnée ».

La suite sur : http://www.les-crises.fr/la-commission-europeenne-engage-une-procedure-dinfraction-contre-lautriche-pour-des-mesures-anti-dumping-social-par-laurent-daure/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29