Posts Tagged ‘conditions de travail’

Quel avenir pour les étudiants en soins infirmiers ?

octobre 21, 2019

Une opinion d’Inès Demaret, professeure de philosophie, de sociologie et d’éthique depuis plus de 20 ans dans des écoles d »infirmières, à la fois en haute école (Helha) et dans une école d’infirmières brevetées (IESCA) (1).

De plus en plus d’étudiants en soins infirmiers abandonnent leur formation en cours de route ou jettent l’éponge peu après avoir commencé leur carrière. Il est temps de leur apporter notre soutien.

Il y a à peine un mois, les délibérations de seconde session se sont achevées, et je ne peux aujourd’hui que m’arrêter un instant sur la situation des étudiants du secteur paramédical. Leurs aînés en juin avaient initié « les mardis des blouses blanches » pour demander une amélioration de leurs conditions de travail, mais qu’en est-il des futurs soignants ? Sont-ils aussi désenchantés que les professionnels de terrain ?

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/quel-avenir-pour-les-etudiants-en-soins-infirmiers-5dac8e909978e218e35d4134

Publicités

« Et encore je ne vais pas me plaindre »

septembre 26, 2019

par Pierre Coutil

La lettre de la directrice qui s’est suicidée sur son lieu de travail ce week-end à Pantin commence par « Aujourd’hui, samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée après seulement trois semaines de rentrée ». Plus loin, on lit « et encore je ne vais pas me plaindre » et son courrier se termine par le souhait que l’Institution ne salisse pas son nom.

La suite sur : https://seenthis.net/messages/803677

https://www.liberation.fr/france/2019/09/27/directrice-d-ecole-a-pantin-non-ce-n-etait-pas-une-personne-fragile-ce-n-est-pas-ca_1754004

« L’enfer », « nuit du fiasco », « surréaliste » : aux urgences de Lons-le-Saunier, le désespoir d’un interne épuisé

juin 4, 2019

par Sophie Martos

C’est le cri de colère et de souffrance d’un très jeune médecin des urgences du centre hospitalier de Lons-le-Saunier (Jura).

Depuis le 28 mai, le préfet réquisitionne des professionnels de santé pour garantir l’accès aux soins urgents dans cet hôpital. Dans un contexte de mouvement social, l’établissement fait face à une pénurie de personnel aux urgences en partie causée par des conditions de travail épuisantes. Selon « Médiapart », deux tiers des personnels paramédicaux sont en arrêt maladie ainsi qu’une majorité des quinze médecins titulaires.

La suite sur : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2019/06/03/lenfer-nuit-du-fiasco-surrealiste-aux-urgences-de-lons-le-saunier-le-desespoir-dun-interne-epuise_869522

Le capitalisme nuit gravement à la santé

Bosser tue (mais pas tout le monde)

février 11, 2019

Conférence de Marie Pezé – Souffrance au travail

Management et travail humain : l’équation impossible ?

J’ai mal à mon travail : une salariée en colère écrit aux dirigeants de la Macif

février 8, 2019

Elle est salariée du groupe Macif. Elle a découvert dans le Canard enchaîné du 23 janvier l’augmentation de 62,5 % que s’est octroyé son patron, Alain Montarant, pour un montant de 260 000 euros annuel. Au même moment, la direction du groupe négociait au plus bas l’évolution annuelle des salaires de ses employés.

La suite sur : https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/jai-mal-a-mon-travail-une-salariee-en-colere-ecrit-aux-dirigeants-de-la-macif-02083080

La Bourse ou la Poste ? Signez la pétition pour une poste publique au service des gens, pas du profit

novembre 17, 2018

Les postiers et postières sont fier.e.s de leur métier. Mais ils et elles sont aussi en colère. L’explosion de la charge de travail est difficile à supporter, alors que les salaires ne suivent pas. Pour le PTB, il faut sortir de la logique de profit imposée par la Bourse afin de retrouver une poste au service des gens et non du profit.

La suite sur : https://ptb.be/articles/la-bourse-ou-la-poste-signez-la-petition-pour-une-poste-publique-au-service-des-gens-pas-du

Cinq raisons pour lesquelles les postiers rejettent le plan de la direction

novembre 14, 2018

par Simon De Beer

Les propositions de la direction de bpost ont été discutées aujourd’hui dans les instances syndicales. « Nous avons reçu un avis négatif unanime », a résumé la CSC. De son côté, la CGSP estime les propositions « insuffisantes » et demande « la réunion du front commun dans les plus brefs délais ». Retour sur cinq des raisons pour lesquelles les postiers rejettent le plan de la direction.

La suite sur : https://ptb.be/articles/cinq-raisons-pour-lesquelles-les-postiers-rejettent-le-plan-de-la-direction

L’enfer des « Drive »

novembre 14, 2018

par Bernard Gensane

Ah, les “drive” (“drives”) ? Cette dénomination ne nous vient même pas des États-Unis ou du Royaume Uni. Ces modes d’achat ont vu le jour en France avant que Tesco et Walmart s’y mettent en 2014. Dans le mot “drive”, qui signifie “mener”, “conduire”, il y a de la détermination, du mouvement. Mais comme presque toujours lorsque la langue française emprunte inutilement un vocable à la langue du dollar, c’est pour cacher les turpitudes du monde réel.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article39576

Pensez-y à deux fois avant d’y faire appel !

Engager d’urgence pour que nos postiers respirent

novembre 7, 2018

par Simon De Beer

Les postiers n’en peuvent plus de la pression au travail, de devoir travailler toujours plus pour que les actionnaires touchent de gros dividendes. Ces derniers ont donc décidé d’arrêter le travail quelques jours. Quelles sont les raisons de leur colère et comment les aider à assumer un service essentiel au public ?

La suite sur : https://ptb.be/articles/engager-d-urgence-pour-que-nos-postiers-respirent

Le quotidien intenable des routiers, nouveaux forçats de l’industrie automobile européenne

octobre 9, 2018

par Leila Minano

Renault, Volkswagen, Jaguar, Fiat… Derrière les carrosseries rutilantes qui sortent des usines des géants européens de l’automobile, se cache une réalité moins reluisante : celle des conditions de travail des dizaines de milliers de chauffeurs-routiers qui livrent chaque jour les constructeurs. Les journalistes d’Investigate Europe ont enquêté, du Portugal à la Norvège, auprès d’une centaine de chauffeurs de quatorze nationalités différentes, d’élus européens, de syndicats, de constructeurs. Partout, le constat est accablant : l’exploitation des chauffeurs qui transportent les pièces ou les voitures des constructeurs montre l’un des pires visages de l’Union européenne.

La suite sur : https://www.bastamag.net/Le-quotidien-intenable-des-routiers-nouveaux-forcats-de-l-industrie-automobile