Posts Tagged ‘conflit d’intérêt’

STOP aux sponsors privés pour la présidence du Conseil de l’UE

mars 11, 2021

Après la Roumanie avec Coca-Cola en 2019, c’est au tour du Portugal de faire parrainer sa présidence par plusieurs entreprises de l’agro-alimentaire.
Ce risque de conflits d’intérêt est inacceptable. Exigez avec nous la fin de ces pratiques !

Pétition sur : https://www.foodwatch.org/fr/sinformer/nos-campagnes/politique-et-lobbies/lobbies-et-multinationales/petition-stop-aux-sponsors-prives-pour-la-presidence-du-conseil-de-lue/

D’un autre côté, ce n’est jamais qu’officialiser ce qui se passe dans les coulisses.

LES CONFLITS D’INTÉRÊT DU MINISTRE DUPOND-MORETTI

février 26, 2021

Covid-19 et querelle sur la méthode : interview du prof. Jean Roudier

avril 26, 2020

Une interview du professeur Jean Roudier, professeur de rhumatologie à la Faculté de Médecine de Marseille, par Laurent Mucchielli, à propos de la controverse sur le traitement du Covid-19 par le professeur Raoult.

Laurent Mucchielli – Bonjour Jean Roudier. En ces temps de peurs et de polémiques, les personnes sont facilement soupçonnées soit de parler à tort et à travers, soit d’avoir des intentions cachées. Pouvez-vous donc nous résumer rapidement votre parcours scientifique, et nous dire aussi d’emblée si vous avez des liens d’intérêts avec des institutions, avec des personnalités (comme le professeur Raoult) et/ou avec des laboratoires pharmaceutiques ?

La suite sur : https://yetiblog.org/archives/23969

Privatisation d’Aéroports de Paris : les réseaux Macron en plein conflits d’intérêts ?

novembre 3, 2019

par Olivier Petitjean

De la loi votée à l’Assemblée nationale privatisant Aéroports de Paris jusqu’aux acheteurs potentiels de l’entreprise publique, on retrouve les réseaux Macron à la manœuvre. Un forte interconnexion entre politique et intérêts privés qui pose question.

La suite sur : https://www.bastamag.net/ADP-privatisations-Engie-Francaise-des-jeux-conflit-d-interet-pantouflage-Macron-Roland-Lescure

Copains comme coquins ?

Maggie De Block: au service de l’industrie pharmaceutique et non du patient

novembre 2, 2017

Les mesures budgétaires 2018 dans le secteur des soins de santé viennent d’être annoncées. 187 millions seraient l’effort demandé au secteur pharmaceutique. Le patient devra débourser plus sur les médicaments s’il se voit prescrire par son médecin certains conditionnements et marques. Prenons à la loupe la politique des médicaments proposé par Madame De Block depuis 2015. Au lieu d’être étayée scientifiquement et accessible au patient, la politique des médicaments de Maggie De Block est surtout taillée à l’aune du profit de Big Pharma.

La suite sur : http://www.levif.be/actualite/sante/maggie-de-block-au-service-de-l-industrie-pharmaceutique-et-non-du-patient/article-opinion-748539.html

Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas

octobre 17, 2017

par Anne Sogno

Le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin « Le Roundup face à ses juges » diffusé ce soir 17 octobre sur Arte a été également projeté le 27 septembre au Parlement européen à l’initiative de Michèle Rivasi, député européenne Les Verts/ALE. Lors du débat qui a suivi la projection, l’avocat William Bourdon a annoncé qu’il portait en justice l’affaire du jeune Théo Grataloup, né il y a dix ans avec une malformation grave de l’œsophage et dont la mère, Sabine, témoigne dans le film. À l’heure où l’Union européenne doit décider de prolonger ou non l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate pour les années à venir, Michèle Rivasi tire la sonnette d’alarme.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article35916

Et : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article35917

La corruption en politique : et si c’était plus qu’une affaire de « pommes pourries » ?

juillet 19, 2017

par Damien Robert, Dirk De Block, Benjamin Pestieau

Il y a plus de six mois éclatait l’affaire Publifin. Puis Publilec et Brackegate en Flandre. Puis encore le Samusocial à Bruxelles. Le tout agrémenté des soubresauts du Kazakhgate. « Des brebis égarées », « des gens qui ont oublié leurs valeurs », « des personnalités corrompues », « des affaires différentes qui n’ont rien à voir entre elles », nous a-t-on juré, de M. Di Rupo à Mme Rutten en passant par MM. Chastel et De Wever. Vraiment ? La corruption est-elle une exception dans notre système ? Le conflit d’intérêt, un simple dérapage ? Ou s’agit-il d’une pratique généralisée qui permet au système de fonctionner ? Retour sur les affaires Publifin, Samusocial et autres Brackegate ou Kazakhgate.

La suite sur : http://ptb.be/articles/la-corruption-en-politique-et-si-c-etait-plus-qu-une-affaire-de-pommes-pourries

Cumuler sans entrave ?

juin 2, 2017

Après « l’affaire Bracke » concernant son cumul de mandats, après son interview d’hier à la RTBF qui constitue un déni flagrant de renouveau politique et un court-circuitage de la Chambre dans un dossier où il est personnellement concerné, voici un troisième grave dérapage : sa gestion illégale et incompétente de la Caisse de pension des députés.

La suite sur : http://ptb.be/articles/siegfried-bracke-est-il-encore-en-position-de-presider-la-chambre-des-representants?utm_source=ptb2017-06-02&utm_medium=email&utm_content=html&utm_campaign=portalnewsletter

La Commission européenne relance la procédure pour autoriser le glyphosate

mai 19, 2017

Les commissaires européens ont donné leur accord pour «redémarrer les discussions avec les Etats membres sur un possible renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour 10 ans», a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’exécutif européen.

La suite sur : http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/05/18/la-commission-europeenne-relance-la-procedure-pour-autoriser-225175.html

L’homme est capable du meilleur comme du pire, mais c’est vraiment dans le pire qu’il est le meilleur. (Grégoire Lacroix)

Soupçons de conflits d’intérêts

Plusieurs des experts de l’agence travaillent ou ont travaillé comme consultants pour l’industrie chimique.

Pour éviter les situations de conflit d’intérêt et protéger la gouvernance de l’Agence de toute interférence politique ou de pressions de lobbys industriels, les décisions de l’Agence doivent être prises par une autorité neutre et indépendante, dotée des compétences nécessaires. Aussi seront-elles prises par le directeur exécutif de l’agence, théoriquement lui-même placé sous la tutelle d’une instance d’appel indépendante, chargée de contrôler la bonne application du règlement et des mesures d’exécution correspondantes adoptées par la Commission européenne. Le directeur exécutif est nommé par le conseil d’administration de l’agence, composé de représentants des États membres et de la Commission, qui doit, sous le contrôle de cette dernière, définir les priorités, fixer le budget et surveiller le fonctionnement de l’agence[réf. nécessaire].

En 2012, un audit européen de la cour des comptes européenne3 a cependant constaté un défaut de dispositif de prévention et/ou résolution des conflits d’intérêts au sein de l’Agence (ainsi que dans 3 autres agences européennes devant également « prendre des décisions importantes concernant la sécurité et la santé des consommateurs » (Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des médicaments (EMA)3). La cour reconnait certes les progrès faits, et que l’Agence a mis en place certaines procédures pour limiter le risque de conflits d’intérêts, mais avec des « lacunes importantes »4.

Une soixantaine d’associations de la société civile, parmi lesquelles Greenpeace, alertent le 6 mars 2017 l’agence sur les conflits d’intérêts touchant plusieurs de ses membres, au moment où l’agence doit rendre un rapport sur le glyphosate. Plusieurs des experts de l’agence travaillent ou ont travaillé comme consultants pour l’industrie chimique. « Pour les organisations signataires, les experts pointés sont donc, selon les propres critères de l’ECHA, en situation de conflits d’intérêts », mais selon l’agence, si les experts « offrent des services de consultance à l’industrie, [c’est] une pratique normale »5.
Méthodologie et études non publiées
L’Agence fonde ses expertises sur des études scientifiques comme sur des études financées et fournies par les industriels, et qui ne sont pas publiées. Pour Greenpeace, « il faut mettre fin à l’utilisation des études non-publiées qui viennent de l’industrie, afin que les décisions des agences européennes puissent être vérifiées indépendamment »5.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_europ%C3%A9enne_des_produits_chimiques

« L’indépendance » à la sauce commission européenne

Les Médicamenteurs – Le lobby pharmaceutique décrypté

août 19, 2016