Posts Tagged ‘consommation’

Fast fashion – Les dessous de la mode à bas prix

mars 11, 2021

En quelques décennies, la « fast fashion », ou mode jetable, a révolutionné l’industrie textile à bas prix. Enquête sur l’impact social et le coût environnemental d’un secteur qui ne connaît pas la crise.

https://www.arte.tv/fr/videos/089135-000-A/fast-fashion-les-dessous-de-la-mode-a-bas-prix/

CON-SOMMATION

La grande malbouffe

février 10, 2021

Ce qu’on ne vous dit pas sur la crise économique qui vient

décembre 30, 2020

L’« écoscore », une étiquette environnementale qui pourrait favoriser la nourriture industrielle

décembre 23, 2020

par Marie Astier

Les aliments pourraient bientôt avoir eux aussi une étiquette environnementale, dite « écoscore ». Mais pour l’instant, la méthode choisie a tendance à privilégier les produits issus de l’agriculture intensive, qui pourraient être ainsi mieux notés que le bio.

La suite sur : https://reporterre.net/L-ecoscore-une-etiquette-environnementale-qui-pourrait-favoriser-la-nourriture-industrielle

Les organisations craignent donc que les données d’Agribalyse soient utilisées par « certains acteurs de l’agroalimentaire (…) à des fins de greenwashing (écoblanchiment). »

Nous avons fini par oublier ce que le temps pouvait nous offrir de mieux

novembre 2, 2020

Une opinion de Baudouin De Rycke, ex-enseignant et auteur.

Comme la plupart d’entre nous, je contemple aujourd’hui avec effroi les ravages du temps sur notre pauvre monde depuis un demi siècle : coronavirus, dérèglement climatique, augmentation significative de la violence, consommation exponentielle des psychotropes… : la nuit n’en finit plus, dirait Petula Clark.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/avec-le-temps-qui-passe-nous-avons-fini-par-oublier-ce-qu-il-pouvait-nous-offrir-de-mieux-5f9ad3bc7b50a6525ba673f3

De l’art de gouverner le monde

octobre 28, 2020

par Fethi Gharbi

« Gouverner, c’est faire croire » – Machiavel

« Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas », citation apocryphe démentie par Malraux lui-même mais qui ne cesse d’être ressassée depuis voilà plus ´d’un demi siècle . En 2008, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à nous la resservir toute crue au moment où l’Occident se trouvait pris dans le tourbillon de son choc des civilisations(1), une citation devenue la tarte à la crème de tous et de n’importe qui, chacun y apporte, comme dans les auberges espagnoles, tout ce qu’il souhaite trouver. En vérité, le spirituel chez l’auteur de « La métamorphose des Dieux » est aux antipodes du « retour du religieux » sous sa forme fondamentaliste et identitaire. Mais la pensée de Malraux n’est pas la première à avoir été corrompue. Il faut dire que l’art de la perversion constitue une constante dans la réthorique d’une intelligentsia à la dérive.

La suite sur :

Engraissés, enfermés, anémiés… les veaux de boucherie font les profits de l’agro-industrie

octobre 17, 2020

par Thibault Vetter

Les Français sont les premiers consommateurs de viande de veau au monde et les seconds producteurs européens. Cette filière industrielle écoutée par les pouvoirs publics dissimule mal les raisons de son succès : l’exploitation et la maltraitance animales au nom de la productivité.

La suite sur : https://reporterre.net/Engraisses-enfermes-anemies-les-veaux-de-boucherie-font-les-profits-de-l-agro-industrie

Alimentation : lâcher du lest

août 23, 2020

Au cours d’une vie, nous sommes amenés à prendre 70.000 repas en moyenne. Autant d’occasions de se prendre la tête sur le contenu de notre assiette. Au point d’en avoir parfois perdu le plaisir du goût et du partage, regrette le médecin-nutritionniste français Arnaud Cocaul. L’auteur de Lâcher du lest : manger en paix nous invite à prendre du recul sur les problèmes de poids et à envisager l’alimentation comme un enjeu de société au sens large.

La suite sur : https://enmarche.be/bien-etre/alimentation/alimentation-lacher-du-lest.htm

Manger autrement

août 15, 2020

Nous avons tous le choix d’être des consom-acteurs.

Verts de rage

juillet 17, 2020

par Sébastien Fontenelle, Sylvie Tissot

« Je crois à cette écologie du mieux, pas à cette écologie du moins », a décrété Emmanuel Macron dimanche 14 juillet. Ce qui est intéressant ici n’est pas l’adhésion de pure forme et totalement opportuniste à l’écologie, fût-elle « mieux ». C’est l’opposition que le chef de l’État met en scène entre une « bonne » écologie et la « mauvaise », qu’incarneraient celles et ceux qui sont devenu·es, à gauche, depuis les dernières élections municipales, ses principales et principaux ennemi·es : les représentant·es de l’écologie politique.

La suite sur : https://lmsi.net/Verts-de-rage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il semblerait que le pire des terrorismes soit le refus de la société de con-sommation.