Posts Tagged ‘convivialité’

« Digestion troublée du « Festin de Babette », oeuvre essentielle »

février 27, 2021

par Carta Academica.

Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants.

La suite sur : https://plus.lesoir.be/357578/article/2021-02-27/la-chronique-de-carta-academica-digestion-troublee-du-festin-de-babette-oeuvre

 » Lorsque l’essentiel devient criminel, ne faut-il pas hausser le ton ? »
Pour se remotiver, des étudiants réinvestissent leurs amphis et organisent des cours autogérés : https://www.bastamag.net/Occupation-IEP-Lyon-universites-cours-autogeres-etudiants-on-veut-se-reapproprier-notre-lieu-d-etudes-distanciel-precarite-bourse-job

« Si vous venez avec des masques, vous n’entrez pas à la maison »

septembre 25, 2020

par Pierrick Tillet

Covid, masques et gestes-barrières : le témoignage de Violettte, 92 ans, recueilli et raconté par Gislaine Duboc.

Extrait :

« Depuis le confinement, mes enfants, mes petits-enfants, mes arrières-petits-enfants ne viennent presque plus me voir et quand ils viennent, ils veulent qu’on porte des masques et personne ne doit m’embrasser. Je suis à la maison, je vais très bien, j’ai une bonne santé, mais ça je ne l’accepte pas. Et la dernière fois, je leur ai dit, ça n’est plus la peine de venir. Si vous venez avec des masques, vous n’entrez pas à la maison.

La suite sur : https://yetiblog.org/archives/27125

“Ce n’est pas parce qu’on a un pied dans la tombe qu’on doit se laisser marcher sur l’autre.” (François Mauriac)

Nous voulons que notre identité belge soit respectée et renforcée

juillet 12, 2020

Pourquoi les JT et de nombreux programmes ne sont-ils toujours pas sous-titrés dans les différentes langues nationales ? Impossible ? C’est absurde…

Une carte blanche signée par Hans Leenders, S.Vandevelde, Rudiger Wouters, Denis Bouwen, Dave Donin, Sonja Renders, Gabrielle Goblet, Isabelle Debroux, Jean-Marc Namotte, Olivier Dezeure. Certains signent comme membres de « Communauté belge »(1), d’autres le font entièrement à titre individuel.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/nous-voulons-que-notre-identite-belge-soit-respectee-et-renforcee-5f0861c6d8ad5801ea5e5d4a

Nous sommes tous des Arumbayas

juillet 10, 2019

Une chronique d’Armand Lequeux

Cet été, Jacques ne partira pas faire l’Amazonie et rencontrer les Arumbayas. Il a découvert, au coin de sa rue, un voisin, un homme passionné et passionnant.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/nous-sommes-tous-des-arumbayas-5d24b7e99978e235faef8ad2

La caravane de Miro, cohésion sociale mobile

août 31, 2018

par Caroline Van Vyve

« Bras dessus Bras dessous » et le centre de jour pour personnes âgées « Miro » ont uni leurs forces. A Forest, « La Caravane de Miro » s’installe au carrefour des chemins et des générations.

La suite sur : http://www.lalibre.be/actu/planete/inspire/la-caravane-de-miro-cohesion-sociale-mobile-5b865559cd70f5387bc496a2

AlterTour 2018

mai 10, 2018

Du 14 juillet au 26 août, l’AlterTour 2018 partira d’Amiens et se terminera à Kolbsheim (à 15 km de Strasbourg) . Vous rencontrerez des initiatives porteuses de solutions pour la transition écologique et sociale.

La suite sur : http://www.altercampagne.net/?page_id=150

A Saint-Etienne, une nouvelle forme de pédagogie sociale émancipe les femmes et les enfants d’un quartier pauvre

janvier 2, 2017

par Sophie Chapelle

Dans un quartier populaire de Saint-Etienne, des « ateliers de rue » sont proposés régulièrement aux enfants. Leur principe : un accueil libre, inconditionnel et gratuit. Sur cet espace en milieu ouvert, les enfants, parfois accompagnés par leurs parents, sont invités à prendre des initiatives et à coopérer. Ces ateliers s’inspirent d’une pédagogie sociale visant à expérimenter de nouvelles façons de vivre et d’éduquer collectivement, avec tous les âges et à partir de toutes les cultures. Cinq ans après leur mise en place, ces pratiques d’émancipation, qui recréent aussi du lien entre adultes, gagnent du terrain, mais sont peu soutenues par les politiques. Un « café des femmes » a également ouvert. Reportage.

La suite sur : http://www.bastamag.net/A-Saint-Etienne-l-association-Terrain-d-entente-recree-du-lien-et-des

Rencontre avec les « gens d’ici » à la manière d’une Amélie Poulain

décembre 13, 2016

Il n’est pas toujours forcé de partir à des milliers de kilomètres pour rapporter des images et des histoires qui font écho. Il suffit parfois même de descendre au bas de son immeuble pour oser aller à la rencontre de personnalités extraordinaires qui n’attendent qu’à nous surprendre. « Les gens d’ici » est un film documentaire indépendant, disponible gratuitement, qui nous immerge dans ce qui fait la vie d’un quartier dynamique, loin des immeubles-bureaux désertés la nuit venue et des chaînes de grands magasins.

La suite sur : https://mrmondialisation.org/rencontre-avec-les-gens-dici-a-la-maniere-dune-amelie-poulain/

Une maison de retraite coopérative et écologique pour que « les vieux » ne deviennent pas « des marchandises »

février 15, 2016

par Sophie Chapelle    

Ils ne voulaient pas terminer en traditionnelle maison de retraite mais être acteurs de leurs vies. Sept ans après leurs premières discussions sur le bien-vieillir, un groupe de retraités entame les travaux de la première coopérative d’habitants pour personnes vieillissantes. La non-spéculation, la démocratie et l’écologie sont au fondement du projet « Chamarel – Les Barges », situé dans un quartier de Vaulx-en-Velin à l’est de Lyon. Un projet tellement inspirant que la banque a même accordé à ces sexagénaires un prêt sur cinquante ans ! Rencontre.

Sur : http://www.bastamag.net/Dans-la-banlieue-lyonnaise-un-habitat-cooperatif-pour-vivre-au-mieux-la

 

 

 

Rien de tel qu’un banc pour faire marcher les villes

février 3, 2015

Les SDF, les jeunes, les musiciens et les désœuvrés qui squattent les bancs publics sont le prétexte à leur déboulonnement. Sans eux, pourtant, les urbains se cloîtrent et la cité risque de mourir.

La suite sur : http://www.terraeco.net/Rien-de-tel-qu-un-banc-pour-faire,58085.html