Posts Tagged ‘cotisation’

Les retraites, « nouvelle étape de la vie »

février 23, 2014

par Antoine Dumini

Les retraites, des pans de la gauche radicale étaient contre : trop réformistes, d’après eux ! Elles vont s’avérer, pourtant, comme l’arme fatale contre la pauvreté : grâce à elles, en à peine plus d’une décennie,une véritable révolution silencieuse va se produire…

La suite sur : http://www.fakirpresse.info/Les-retraites-nouvelle-e%CC%81tape-de.html

A gerber

février 2, 2014

Comme dirait Coluche, c’est l’histoire d’un mec. Une histoire parmi beaucoup d’autres, mais qui finit tout de même par retenir l’attention. C’est l’histoire d’un mec, donc, qui se retrouve englué dans la violente banalité de la machine à écraser les gens.

A lire sur : http://blog.monolecte.fr/post/2014/02/02/Un-intouchable-a-Pole-Emploi

Entreprises privées et argent public

janvier 5, 2014

par Robert Gil

Il est marrant de constater que l’on applique systématiquement des mesures qui ne donnent aucun résultat. Depuis plus de 30 ans pour combattre le chômage on diminue sans cesse les cotisations et les impôts des entreprises, et le chômage ne cesse d’augmenter. Depuis 96 et le pic des dépenses publiques on diminue régulièrement le nombre de fonctionnaires, sans résultat. Alors si ces solutions ne marchent pas, stoppons les, ça parait tellement évident… mais faut croire que ça rapporte surement à quelques uns !

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24896

Ces viticulteurs à qui l’on refuse le droit de s’exprimer et de voter

novembre 20, 2013

par Sophie Chapelle

« Quel citoyen accepterait de payer des cotisations à une association sans que celle-ci ne lui octroie le droit de vote, ne lui laisse la possibilité de participer aux choix d’orientations et d’accéder aux comptes ? » Autant de raisons qui ont conduit deux viticulteurs dans l’Aude, Philippe Quintilla et Pascal Pavie, à refuser de payer leurs « contributions volontaires obligatoires » (CVO), une cotisation qu’ils versent au Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc, considéré comme une association [1]. Car Philippe Quintilla et Pascal Pavie n’ont pas le droit de voter lors des assemblées générales, ni de se présenter, encore moins de disposer d’un rapport annuel et d’un bilan financier, comme tout adhérent à un conseil interprofessionnel. Seulement de payer.

La suite sur : http://www.bastamag.net/article3543.html

L’ordre des médecins attaque pour la troisième fois contre un médecin du peuple

novembre 12, 2013

Le 5 novembre, le Dr Claire Geraets, de la maison médicale La Clé de Médecine pour le Peuple à Schaerbeek, était convoquée à la justice de paix. C’est la troisième fois que l’Ordre des Médecins l’attaque pour non-paiement de ses cotisations. Comme tous les médecins de Médecine pour le Peuple, le Dr Claire Geraets refuse de cotiser à un Ordre antisocial, aux pratiques opaques et anti-démocratiques et qui défend une médecine pour les plus nantis.

La suite sur : http://www.ptb.be/nieuws/artikel/video-lordre-des-medecins-attaque-pour-la-troisieme-fois-contre-un-medecin-du-peuple.html

La retraite volée.

mai 31, 2011

ARTE – 21h35 – mardi 31/5  

Le système des retraites outre-Manche est considéré comme l’un des plus injustes et des plus compliqués du monde.

En 2009, le ministère britannique du Travail et des Retraites a publié des chiffres alarmants : environ un quart des 12 millions de retraités que compte la Grande-Bretagne vivent à la limite ou en dessous du seuil de pauvreté… Depuis les années 1960, les retraites britanniques reposent sur trois piliers, le principal étant la retraite de base payée par l’État, à laquelle les salariés cotisent à hauteur de 11,5 % de leurs revenus bruts. Trente ans de cotisation donnent droit à cette retraite d’État, actuellement fixée à 97 livres par semaine, soit environ 114 euros.
Dans les années 1980, Margaret Thatcher a décidé d’encourager la prévoyance vieillesse privée en insistant sur deux autres dispositifs : la retraite d’entreprise et l’épargne retraite privée. De nombreux salariés ont alors investi dans des fonds de placement, en prévision de leurs vieux jours. Mais la crise financière mondiale est venue infliger de lourdes pertes à nombre de fonds de pensions privés… Des retraités aux abois, des experts, des syndicalistes et des représentants du parti travailliste témoignent.

Rediffusions :
03.06.2011 à 11:10
08.06.2011 à 03:45

www.arte.tv

« Gagner 3 ans dans le maintien au travail ».

février 13, 2010

« Un de nos grands combats doit être d’essayer de gagner trois ans dans le maintien au travail », a affirmé en Commission de la Chambre le ministre des Pensions, Michel Daerden. Son intention n’est pas de retarder l’âge légal de la pension. Il souhaite plutôt augmenter le taux d’activité chez les 55 à 65 ans.

Et pendant ce temps là, à l’Europe.

Par Pierre Payen   

Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de « contrôleur adjoint de la protection des données », aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 € par mois. L’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète (40 ans).

Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, il aura droit à près de 9 000 € de retraite par mois. Beaucoup d’autres technocrates profitent d’un tel privilège.

Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher 12 500 € de retraite par mois ; Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12 900 € par mois ; Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, 14 000 € par mois. Etc. La liste est assez longue (mais de quelle longueur exactement, je ne sais pas).

Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la « Rolls » des régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce qu’ils touchent. Pour ces fonctionnaires, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 41 ans.

La suite : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article12929