Posts Tagged ‘croyance’

Religions : faux débats et vrais problèmes

mai 2, 2015

par Patrick Mignard

Remettons les pendules à l’heure et les religions à leurs places. Inutile de poser la question de la foi, de la croyance, elle est insoluble. Certains êtres humains se sont donnés un Dieu pour répondre à leurs angoisses métaphysiques, c’est leur droit qui doit être parfaitement respecté. La religion pose un autre type de question. Il s’agit de l’institutionnalisation de la croyance. Lorsque la foi, (la croyance) sort de l’espace privé, elle devient un problème social, donc politique et concerne tous les individus, croyants ou non.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article28444

Ombres sur le saint-siège

mars 15, 2014

http://www.rtbf.be/video/detail_ombres-sur-le-saint-siege?id=1902267

La dictature des experts.

avril 27, 2013

Les experts, on les voit partout . ils nous disent comment décorer nos maisons, acheter du vin, élever nos enfants et quoi penser de l’actualité- mais aussi comment manger sainement, faire de l’exercice et vivre éternellement. Et leur avis nous importe parce que… ce sont des experts ! Ils en savent forcément plus que nous !? Ou pas ? La chute des cours de la bourse en 2008 nous a appris que nos experts, ces gourous de la finance ne savaient en fait rien du tout. Alors pourquoi tout cet engouement pour les experts ? Avoir recours à des experts vous fait-il prendre de meilleures décisions que la plupart des gens ? Ou font-ils partie d’un nouveau culte- une industrie croissante des experts qui serait notre nouvelle religion ?

A voir sur : http://www.rtbf.be/tv/revoir/detail_la-dictature-des-experts?uid=211341369668&idshedule=1bf9ab24270f3b99f7fec21278ec86d4&catchupId=12-TCQAF011-000-PR-1&serieId=

Lire aussi, à propos « d’experts » : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article22861

A propos d’antiaméricanisme.

septembre 20, 2012

Par Denis Sieffert   

Ne l’oublions pas : cette histoire de vidéo islamophobe qui provoque des émeutes dans la plupart des pays musulmans a deux extrémités, qui sont aussi deux extrémismes. Si l’on s’en tient au récit qui domine dans nos médias, ce serait un peu « l’effet papillon ».

La suite à lire sur : http://www.politis.fr/A-propos-d-antiamericanisme,19400.html

Lire aussi : http://www.politis.fr/Islam-Il-faut-combattre-les,19470.html

France : laïcité à deux visages.

avril 9, 2012

« La prière dans la rue doit cesser. On ira jusqu’à l’emploi de la force si nécessaire”(Guéant, 14/9/11)

La suite sur : http://gauchedecombat.com/2012/04/09/laicite-a-deux-visages/

Toujours à propos de religion : http://www.politis.fr/Expulsions-et-les-pretres-polonais,17843.html

A Liège aussi : http://www.lesoir.be/regions/liege/2012-04-05/chemin-de-croix-liegeois-907202.php

 

L’enfer selon Rosas.

décembre 19, 2010

ARTE – 22h10 – dimanche 19/12         documentaire

Marqué, alors qu’il était enfant de choeur, par les discours des prêtres catholiques sur l’enfer, le réalisateur et militant homosexuel Rosa von Praunheim s’interroge sur cet univers redoutable et fascinant.

De l’épopée de Gilgamesh au royaume des morts des Égyptiens, de l’Énéide à la Divine comédie de Dante, des tableaux inquiétants de Jérôme Bosch aux glorifications déjantées du Malin dans la culture pop ou métal, il existe une myriade d’images de l’enfer. Et chaque religion s’arrange avec l’idée de la punition divine et du jugement dernier : les « mauvais » chrétiens sont condamnés à rôtir pour l’éternité, les juifs ne passent qu’une année dans le séjour des ombres (et sont libres pour shabbat !), tandis que les bouddhistes connaissent deux cent soixante-douze grands et petits lieux de supplice différents. Si les Lumières ont relativisé l’horreur des enfers, les évangélistes et catholiques intégristes du XXIe siècle nous promettent à nouveau de terribles tourments en cas de comportements que la morale réprouve.

Rediffusions :
22.12.2010 à 03:00
www.arte.tv

Que veut le pape ?

mars 30, 2010

ARTE – 21h20 – mardi 30/3        documentaire d’A. Vitkine, A. Kwak

Levée de l’excommunication des évêques intégristes, critique de l’islam à Ratisbonne, béatification de Pie XII, réhabilitation de la messe en latin, sortie contre le préservatif… Comment interpréter les prises de position de Benoît XVI ? Les réalisateurs ont pu pénétrer au sein du Vatican, rencontrer des hommes très proches du pape et des témoins clés de son histoire tel le théologien Hans Küng. Leur enquête décrit la nouvelle stratégie de l’Église catholique, sous la houlette de Benoît XVI. On le croyait simple pape de transition, dans la droite ligne de Jean-Paul II dont il fut le conseiller pendant vingt ans : il a en fait un agenda et un projet bien à lui. On le pensait gaffeur, mauvais communicant ; il applique un programme avec des méthodes nouvelles. Quitte à choquer l’opinion publique, voire certains catholiques. Son but ? Restaurer la puissance perdue de l’Église, défendre un Occident chrétien, lutter contre la laïcisation du monde et peser sur les sociétés. Pour cela, il ne craint pas de s’appuyer sur des mouvements parmi les plus durs du monde catholique, d’influencer les États ou de mettre l’Église à l’heure du lobbying et de la communication.

Rediffusions :
02.04.2010 à 11:20

www.arte.tv

22h05 – Débat     

Les invités :

MARCO POLITI, Journaliste à La Stampa, spécialiste du Vatican

MASSIMO FRANCO, Éditorialiste politique au Corriere della Sera

MARCO BELLOCCHIO, Réalisateur

OLIVIERO TOSCANI, Photographe

GUIDO HORST, Journaliste, rédacteur en chef du Vatican-magazin.

Rediffusions :
02.04.2010 à 12:05

www.arte.tv

Les bébés-éprouvettes sont-ils les enfants du bon dieu ?

mars 30, 2010

ARTE – 20h35 – mardi 30/3        documentaire de M. Dominici

Fécondation in vitro ? Interdite. Dépistage préimplantatoire ? Interdit. Avortement thérapeutique ? Interdit. Les positions de l’Église se résument aujourd’hui presque toujours à des condamnations. En Europe, la parole du Vatican est considérée comme rigide, réactionnaire et bien peu compatissante. Sur quoi reposent ces interdits ? Au moment où, pour la première fois de son histoire, l’homme se révèle capable de créer artificiellement d’autres hommes, ce film donne la parole à des éminences du Vatican et du monde de la science. Il cherche à comprendre les rapports ambigus entre l’Église et la recherche. Il donne la parole aux prêtres et aux fidèles pris dans leurs difficultés quotidiennes. Comme ce couple résolument catholique qui, devant l’impossibilité de concilier les instructions du Vatican avec la « vraie » vie, a finalement choisi d’outrepasser les recommandations de son Église.

Rediffusions :
02.04.2010 à 10:35

www.arte.tv

Que d’interdits imposés au nom de dieu, c’est à dire de rien !

Le crédo d’un athée. de Roger Léger.

novembre 14, 2008

Je crois qu´il est souhaitable et possible de connaître les lois simples qui gouvernent l´ensemble de l´univers et président à son évolution inexorable; que ces lois sont éternelles comme l´univers, objectives, extérieures à nous, invariables, universelles, et vérifiables.

Je crois qu´elles sont progressivement connues des humains, que ces lois ne sont pas de pures créations de leur cerveau, et qu´elles ne sont pas la propriété de l´un ou de l´autre sexe, ou de quelques cultures particulières.

Je crois que tous les humains peuvent y avoir accès et que, si d´aventure il y a d´autres roseaux pensants dans l´univers, ils découvriront les mêmes lois de la nature que nous et expliqueront de la même manière la naissance et la mort des étoiles, l´explosion des supernovas, la formation des trous que l´on dit noirs, et la structure des protons, des atomes ou de l´ADN.

Je crois que notre destin est de ce monde, où nous pourrions être seuls, et où nous avons fait irruption par la plus grande des chances et le plus incroyable des hasards.

Je crois comme Aristote que ce qui est engendré par hasard n´est pas engendré en vue d´un but; et je crois comme Stephen Jay Gould que les humains sur cette planète sont de simples possibles et non pas le but recherché et nécessaire de l´univers, semblables en cela aux abeilles, aux dinosaures, aux roses et aux nénuphars, aussi bien, hélas, qu´aux rats, à la mouche tsé-tsé, à la peste, à la variole et aux plantes vénéneuses.

Je crois comme Parménide que l´univers est incréé et éternel, je crois comme Martin Rees qu´un multivers est possible, et je crois comme Bertrand Russell qu´il est sans compagnon divin inutile.

Je crois comme Pascal, Lao-Tseu et le Bouddha qu´il y a un infini et que nous en ignorons la cause et la nature; et je crois comme la Bible qu´il ne faut pas invoquer le nom de dieu en vain. Je veux dire, ici, qu´il est, en effet, vain et inutile de se référer à un dieu pour expliquer le monde.

Je crois que la planète Terre et la vie qu´elle supporte sont pour nous ce qu´il y a de plus précieux dans l´Univers, que notre lot, notre devoir, notre souci, ou même notre mission, est de prêter vie, notre vie, si l´on peut, à cet univers pour le temps qu´il durera dans le multivers; que c´est là la plus sacrée de nos tâches de Terriens, notre joie, notre passion et notre dramatique aventure.

Je crois que rien de nous ne subsistera après notre mort que les descendants et les souvenirs que nous laisserons après nous, et que les atomes dont nous étions faits et qui seront recyclés dans l´Univers; je crois que nous serons éternellement anéantis, et qu´il faut accepter notre destin sans se plaindre. Pas de vaine et consolatrice espérance.

Je crois que nous devons nous reconnaître pour ce que nous sommes, des êtres finis et mortels qui participons tous de l´infirmité commune : rien ne pourra jamais totalement nous satisfaire, et nous serons toujours irrémédiablement ignorants du secret ultime des choses. Nobliau ou grand seigneur de l´Univers, notre destin est fait de joies et de peines terrestres passagères, et de connaissances limitées. Évitons les peines, si l´on peut, et combattons notre ignorance. Sachons nous contenter de notre condition; sortis de l´Univers, connaissons l´Univers. Là est notre tâche et notre destin, là est la sagesse humaine, là, le bonheur des Terriens.

Je crois que nous ne savons pas pourquoi il en est ainsi. Mais je crois qu´il en est ainsi.

Voilà mon credo.

Je ne crois pas en un Dieu qui aurait créé le Ciel et la Terre; on sait assez comment la Terre a été formée et les cieux étoilés ont été allumés au-dessus de nos têtes. Et nous n´avons pas besoin de “cette hypothèse” pour expliquer le Big Bang.

Je ne crois pas à la fable du dénommé Jésus-Christ, Fils unique de ce que l´on appelle le Père Éternel, qu´il ait été conçu du Saint-Esprit, et soit né d´une vierge de Palestine il y a 2000 ans pour le salut du genre humain.

Je peux admettre qu´un Galiléen ait souffert sous Ponce-Pilate, ou sous un autre, qu´il ait été crucifié, qu´il soit mort et ait été enseveli; ce sont là des choses que l´on peut vérifier, qui peuvent donc être vraies ou fausses, et qui arrivent lorsque l´on n´est pas raisonnable et que l´on se prend pour le fils de Dieu et le Roi des Juifs.

Il est absurde de dire que ce crucifié soit descendu aux enfers, qu´il soit ressuscité, et qu´il ait monté au ciel.

Il est prétentieux et absurde d´affirmer qu´un faux prophète de Palestine soit assis à la droite d´un être éternel, et qu´il viendra juger les vivants et les morts.

Il est inutile et également absurde de croire à un saint-esprit, troisième personne d´un dieu trine.

Je n´estime guère l´Église catholique qui se qualifie elle-même de sainte, et je lis son histoire avec tristesse, horreur, colère et indignation.

J´admire sans réserve les croyants en une divinité qui vouent leur vie au soulagement des maux qui affligent les Terriens, mais je trouve inutile de faire accompagner ce dévouement admirable de dogmes absurdes; j´ai en sainte horreur les fables, les censures, les mensonges, les fabrications de faux, les inquisitions et les excommunications; et je n´ai que faire d´un dieu qui nous menace des feux de l´enfer tout en disant nous aimer.

Je ris franchement de la communion des saints et de la résurrection de la chair, comme je ris de la transmigration des âmes, mais je crois de tout mon être en la solidarité nécessaire de tous les humains sur terre.

Je trouve inadmissible d´affirmer sans preuve qu´il y a une vie éternelle.

Quant à la rémission des péchés, nous avons les tribunaux pour les crimes contre l´hu- manité, les vols, les viols et les évasions fiscales; nous invitons les humains à se corriger de leurs défauts et à se repentir de leurs fautes, et nous faisons ce que nous pouvons pour faire progresser l´humanité et lui enlever de l´esprit de fausses et d´inutiles croyances.

Abandonnons ces mysticismes inquiétants qui troublent les coeurs et qui égarent les esprits, ces dogmes et ces dévotions inutiles qui distraient les humains de la vérité la plus haute: l´Univers est comme un temple et la vie est sacrée; il n´y a pas d´autre dieu à chercher; seul est véritablement religieux, qui sert, qui respecte et qui sauve les vivants.

Je ne vois pas ce que l´affirmation gratuite d´un dieu muet, caché, silencieux et distinct du monde, donc à toutes fins utiles inexistant, vient ajouter de lumières à ce monde ténébrescent qu´il nous faut, ombres noctiluques, illuminer de nos connaissances, de nos rêves, de nos chants, de nos désirs, de nos amours et de nos créations.

paru sur http://brightsquebec.org/textes/credo-leger.html

De la part d’un citoyen musulman à propos du Ramadan.

septembre 2, 2008

Une occasion particulière se présente et m’incite à vous écrire du cœur, en espérant que mes mots parviendront à vos cœurs et y trouveront écho.


J’avoue que j’ai hésité avant de le faire, car on n’a pas peut-être pas l’habitude de faire part de ce genre de réflexion, et j’avais peur qu’un message sans visage et sans chaleur humaine, soit une source de malentendu. Mais dans cette ère de communication qui se démocratise, à travers des articles libres, sincères et citoyens, et des commentaires aussi libres, aussi sincères et aussi citoyens des internautes, il s’est forgé chez moi, et j’espère que c’est le cas aussi pour vous, un sentiment qu’au sein de la communauté des humains, il y a une majorité qui partage des valeurs « humaines » de justice, de solidarité et d’ouverture vers l’autre, des valeurs qui, je crois, sont innées à tout être humain qui a su préserver un minimum de sa disposition naturelle à être bon et responsable. Ce sentiment là, m’a incité à me confier à vous.

Ce lundi premier septembre correspond au début du mois de Ramadan, le mois du jeûne que le Prophète Muhammad (paix et salut sur lui) appelait le « purificateur » (des corps et des cœurs).
 
Dans l’imaginaire, et aussi dans la pratique, de beaucoup de monde, ce mois est synonyme d’abstinence de manger et de boire pendant la journée, et de repas copieux, de pâtisseries délicieuses et de programmes télévisés spécifiques en soirée. Pour quelques uns, les plus attirés par un mode de vie « hédoniste », c’est comme si la privation du jour est à compenser par des soirées spéciales, des soirées qui transforment leurs nuits en jours de fête, de musique, et de danse, et leurs jours en nuits de sommeil…
 
Mais en vérité, le mois de Ramadan, c’est le mois de « djihad » dans son sens vrai et premier, le mois d’efforts physique, moral, intellectuel et spirituel, et le mois de remise en question, de pardon, de solidarité, de « fusion » entre les humains et de générosité qui donne et qui distribue comme « un vent qui souffle sans cesse » ! Ce « djihad » et ces valeurs procurent des sensations particulières, et comme toute sensation, cela ne se décrit pas, cela se vit.

En 2001, l’écrivain journaliste Marc Boulet a publié un livre intitulé « Dans la peau d’un… », où il a relaté ses expériences réelles qu’il a vécues en se revêtant d’autres identités que la sienne, et en vivant dans les mêmes conditions de vie de ces personnages, afin de mieux les comprendre, de sentir ce qu’ils ressentent, et par conséquent de donner une image plus honnête de leurs vies, de leurs croyances, et de leurs cultures. L’un de ces personnages fut un ouvrier musulman pieux vivant dans un foyer, pendant justement le mois de Ramadan, jeunant avec les autres ouvriers résidents à ce foyer, et participant avec eux aux différentes activités propres à ce mois. Le résultat fut étonnant et riche en enseignements.

Alors je me dis que dans ce mois de Ramadan, il y a peut-être une opportunité de renforcer la cohésion sociale. En fait je voudrais vous proposer, à ceux et à celles qui en sont capables physiquement, de tenter en partie l’expérience de Marc Boulet. Jeuner un jour ou deux comme un acte de foi si le cœur vous en dit, ou bien en solidarité avec des millions de concitoyens musulmans qui participent avec vous à dessiner la nouvelle la France, tout autant que leurs pères et grands-pères avaient déjà participé à écrire l’histoire de la France et à sa construction. Et qui sait, cela vous permettra peut-être de vous procurer des sensations que vous n’avez jamais connues et qui vous ouvrira d’autres horizons ?

Et il sera même extraordinaire si, dans nos quartiers, nous pouvons partager ensemble un repas de rupture du jeûne, où nous pouvons apprécier ensemble toute gorgée d’eau et toute bouchée en tant que frères et sœurs dans l’humanité !

Fraternellement

Iyad Abbara
Le 01/09/2008

http://www.alterinfo.net