Posts Tagged ‘déchet’

Devenir Superzéro

mars 22, 2021

par E. W.

Diminuer par 20 notre consommation de bouteilles plastique à usage unique, c’est… facile

4 produits d’entretien en vrac écologiques, des bouteilles réutilisables 50 fois, le tout pas cher et au supermarché : soit du zéro déchet pour tous, c’est le pari de la jeune marque belge Superzero qui a déjà équipé 25 points de vente.

La suite sur : https://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/diminuer-par-20-notre-consommation-de-bouteilles-plastique-a-usage-unique-c-est-facile-6058b7369978e2410fdb13f4

Economie circulaire

juillet 14, 2014

Encore plus fort que le recyclage et la valorisation des déchets, l’économie circulaire pourrait permettre d’économiser 500 milliards d’euros de matière première sur la planète !

La suite sur : http://pourunmondedurable.blogspot.be/2014/07/economie-circulaire.html

Déchets : Pourquoi la France a abandonné la consigne

février 23, 2014

A la différence de l’Allemagne, le système de consigne n’a pas résisté à l’automatisation de l’industrie. Le Plan national de prévention des déchets, qui sort dans quelques jours, le remettra-t-il au goût du jour ?

La suite sur : http://www.terraeco.net/Elle-court-elle-court-la-consigne,53816.html

Dormons, braves moutons.

janvier 23, 2013

Un wagon contenant de l’uranium naturel appauvri déraille dans une gare de triage dans la Drôme, sans se coucher, pas de fuite

LYON – Le wagon d’un train parti de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) pour la Hollande, transportant des fûts d’uranium naturel appauvri, a déraillé en gare de triage à Saint-Rambert d’Albon (Drôme) lundi, sans se coucher ni provoquer de fuite, a-t-on appris auprès des pompiers et d’Areva.

Contrairement à ce qui avait été rapporté dans un premier temps, le train se rendait en Hollande sur un site d’entreposage et non en Allemagne.

La suite à lire sur : http://www.romandie.com/news/n/_Un_wagon_contenant_de_l_uranium_naturel_appauvri_deraille_dans_une_gare_de_triage_dans_la_Drome_sans_se_coucher_pas_de_fuite59210120132123.asp?

Nos poubelles passent à table.

juillet 13, 2012

Un vrai scandale et nous en sommes responsables !

 

La poussière sous le tapis.

mars 19, 2012

Par Claire Berthelemy  

500 mètres sous terre, en France, entre la Meuse et la Haute-Marne, la plus grande décharge nucléaire souterraine est en cours de construction. Pour accueillir des tonnes de déchets hautement radioactifs sur 30 km2 de galeries et de tunnels.

La suite à lire sur : http://owni.fr/2012/03/18/voyage-au-centre-de-la-meuse-nucleaire-cigeo-andra/

 

 » Je considère d’ailleurs Fukushima comme un accident industriel très grave, pas une catastrophe planétaire. » Jean-Paul Poncelet

septembre 13, 2011

Par Ariane Van Caloen et Sabine Verhest  

Le Belge Jean-Paul Poncelet défend avec passion l’énergie nucléaire.
EntretienLe Belge Jean-Pol Poncelet vient d’être nommé directeur général de Foratom, une association représentant l’industrie nucléaire européenne. L’occasion d’un entretien avec un homme visiblement passionné.A lire sur : http://www.lalibre.be/societe/planete/article/684758/foratom-sur-les-accidents-on-construit-le-progres.html

 

Allez donc dire cela aux victimes des accidents nucléaires http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article17706

 

Près de Pau, des compagnons d’Emmaüs réalisent leurs utopies.

mai 26, 2011

Par Sophie Chapelle  

À Lescar, les 125 membres de la communauté Emmaüs ont de l’énergie et des idées. Professionnels de la récupération, ils se sont lancés dans l’éco-construction, convaincus que l’intégration passe par le bien-être dans l’habitat. Chaque compagnon est invité à construire la maison dont il rêve. Lieu d’accueil pour tous ceux qui le souhaitent, sans condition, la communauté Emmaüs Lescar-Pau expérimente au quotidien décroissance et solidarité.

Lire la suite de son article sur : http://www.bastamag.net/article1562.html

« Into Eternity » de Michael Madsen

mai 20, 2011

 Aujourd’hui, il existerait dans le monde entre 250.000 et 300.000 tonnes de déchets radioactifs. Une quantité totale qui augmenterait de jour en jour au rythme de la production d’énergie nucléaire. Mais si ce chiffre apparait déjà colossal, il se révèle d’autant plus inquiétant lorsque l’on prend en compte la dangerosité de ces déchets et leur longévité. Selon les estimations, ceux-ci resteraient radiotoxiques pendant au moins 100.000 ans. « Comment affronter une temporalité aussi vertigineuse ? Et comment se protéger de ces matières dangereuses pendant des milliers d’années ? » Voilà des questions que les spécialistes du nucléaire se posent depuis bien longtemps. Aujourd’hui, certains semblent avoir trouvé une solution : le projet Onkalo.

Lire la suite de l’article sur : http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-quel-avenir-pour-les-dechets-nucleaires-74158645.html

Et pendant ce temps là, au Japon : http://blog.marcelsel.com/archive/2011/05/18/vendredi-13-a-fukushima-l-epouvante-creve-l-ecran.html

Électronique : bienvenue dans l’ère du vite acheté, vite remplacé.

novembre 22, 2010

Par Nolwenn Weiler 

Diminuer la durée de vie des produits : c’est la stratégie mise en œuvre par les fabricants de biens électroniques et électroménagers pour assurer une consommation permanente de leurs produits. Comment ce turn-over perpétuel de nos machines à laver, réfrigérateurs ou téléphones portables est-il organisé ? Quelles conséquences ces déchets toujours plus nombreux entraînent-ils sur l’environnement .

« La réparation vous coûtera aussi cher qu’un appareil neuf », « désolé mais c’est irréparable », « ce portable est has-been, tu devrais t’en acheter un neuf »… électrinique, électroménager, réparation, Ces réflexions courantes sont des avatars de « l’obsolescence programmée » : un processus par lequel un bien tombe en désuétude pour son utilisateur, parce qu’il est tombé en panne, ou parce qu’il n’est simplement plus « à la mode ». Cette « obsolescence programmée » est analysée dans un rapport récemment publié par les Amis de la terre et le Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid). Elle est née avec la révolution industrielle et la généralisation du modèle productiviste. Cette philosophie du « toujours moins bien pour toujours plus » multiplie les astuces visant à rendre un appareil obsolète afin qu’il soit rapidement remplacé par un nouveau produit. Et cette stratégie est clairement planifiée par les marques industrielles.

Lire la suite de son article sur : http://www.bastamag.net/article1295.html