Posts Tagged ‘économie’

La croissance, engrais toxique des sociétés hors-sol

août 31, 2018

par Ernest London

Dans « La Tragédie de la croissance », Gilbert Rist démontre combien ce dogme à la vie dure conduit le monde dans l’impasse, au bénéfice de quelques-uns. Des échappatoires existent, comme celle des « communs ».

La suite sur : https://reporterre.net/La-croissance-engrais-toxique-des-societes-hors-sol

Publicités

La Grèce et les Diafoirus de l’Union européenne

juin 30, 2018

par Pierre Khalfa

Grèce : un accord historique pour tourner la page « , titrait Le Monde du 23 juin. La lecture de l’article indique pourtant que, loin d’être tournée, cette page, parmi les plus noires de ce pays qui en a pourtant connu un certain nombre, va continuer à être écrite par les mêmes protagonistes. La Grèce a été quasiment détruite par les plans d’austérité successifs que les institutions et les gouvernements européens lui ont imposés. Cette saignée censée guérir le malade a abouti à une catastrophe économique et sociale.

La suite sur : http://www.cadtm.org/La-Grece-et-les-Diafoirus-de-l-Union-europeenne

Et : https://solidaire.org/articles/la-grece-quitte-le-memorandum-mais-reste-sous-le-controle-de-la-troika

De l’effet bénéfique des migrations sur l’économie

juin 21, 2018

, par Saman Musacchio

Une nouvelle étude macroéconomique révèle que les flux migratoires ont eu un effet positif sur l’économie au cours des trente dernières années en Europe. Plus encore, les demandeurs d’asile ne pèseraient pas sur les finances publiques des pays qui les accueillent. Explications avec l’économiste Hippolyte d’Albis, l’un des auteurs de cette étude.

La suite sur : https://lejournal.cnrs.fr/articles/de-leffet-benefique-des-migrations-sur-leconomie

« Il faut tuer TINA » : un manifeste pour changer l’économie mondiale

avril 11, 2018

par Olivier Bonfond

Olivier Bonfond est économiste et publie un livre manifeste, un livre de rupture, d’engagements et de propositions pour changer les mécanismes de l’économie mondiale. Cet ouvrage veut rompre avec le fatalisme et changer le monde : un programme ambitieux, résumé par ce titre : « Il faut tuer TINA », le fameux « There is no alternative – Il n’y a pas d’alternative (économique) de Margareth Thatcher. Entretien avec l’auteur.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Il-faut-tuer-TINA-un-manifeste

Autoritarisme, l’autre visage du néolibéralisme

mars 14, 2018

par Marwen Belkaid

En s’affirmant comme progressiste, lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron se présentait comme un libéral absolu – ce que Le Monde Diplomatique titra comme « l’extrême-centre ». Par libéral absolu il faut comprendre que Macron disait être libéral à la fois sur les plans économique et politique.

La suite sur : https://marwen-belkaid.com/2018/03/14/autoritarisme-lautre-visage-du-neoliberalisme/

Du cynisme comme art de gouverner : http://www.lafeuillecharbinoise.com/?p=13363

Les Etats-Unis reconnaissent publiquement que les sanctions cherchent l’effondrement du Venezuela

février 3, 2018

Le Secrétaire d’État états-unien Rex Tillerson a suggéré la possibilité d’un coup d’État au Venezuela pour chasser le président élu Nicolas Maduro et l’exiler à Cuba : « parfois en Amérique Latine l’armée peut être un acteur de changement quand les choses vont trop mal« a-t-il précisé le jeudi 1 février.

La thèse est assez souvent répétée mais elle ajoute plus de réalisme au scénario actuel : plus les partis d’opposition rendent visible leur incapacité à diriger le front intérieur de l’opération de changement de régime, plus les puissances occidentales se font les porte-paroles d’actions contre le Venezuela et agissent. De façon de plus en plus agressive et brutale.

La suite sur : https://venezuelainfos.wordpress.com/2018/02/02/les-etats-unis-reconnaissent-publiquement-que-les-sanctions-cherchent-leffondrement-du-venezuela/

Economie humaine

novembre 23, 2017

Je veux une économie au service de tout le monde.

Je veux une autre économie. Une économie humaine. Une économie qui profite à tous, au lieu d’à quelques uns. Une économie qui met fin à l’extrême pauvreté et aux inégalités, et où chaque femme et chaque homme peut développer son potentiel. Une économie qui cherche avant tout le bien-être de ses citoyens, tout en respectant les limites de notre planète.

La suite sur : https://www.oxfamsol.be/fr/davos-2017-economie-humaine

La BCE « capturée » par le monde financier, accuse une ONG

octobre 27, 2017

par Martine Orange

La banque centrale européenne est « indépendante de tous sauf du monde financier », écrit l’ONG Corporate Europe Observatory dans un rapport publié début octobre. Les grandes banques ont totalement investi l’institution monétaire, pour mieux influencer ses décisions.

La suite sur : http://www.cadtm.org/La-BCE-capturee-par-le-monde

C’est la sottise médiatique qui ruisselle

octobre 20, 2017

par Jean-Claude Guillebaud

L’expression « sottise médiatique » est-elle trop forte ? Injuste ? Polémique ? Dans certaines circonstances, sûrement pas. Ladite sottise est imputable à cette conjugaison de hâte et de paresse propre à la grosse machinerie médiatique. Une chose est sûre : quand on voit revenir dans le débat une vieille fadaise que personne ne prend plus au sérieux depuis une trentaine d’années, on enrage. Je pense à la résurrection baroque d’une théorie, celle du « ruissellement », avec, à la télévision, l’image archi-usée d’une pyramide de coupes de champagne.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article35955

Coût du travail ou coût du capital ?

octobre 13, 2017

par Jean Pierre Acasoca

Le « coût » du travail est placé au premier rang des causes des difficultés des entreprises françaises. Mais qu’en est-il ? Dans l’UE, il était, en 2011, pour les entreprises de plus de 10 salariés de 23,1 euros de l’heure, avec de fortes disparités : de 3,5 euros en Bulgarie à 44,2 en Norvège. Avec 34,2 euros de l’heure en moyenne, la France est dans le groupe de pays au « coût » élevé. Mais la part de ce « coût » dans le prix du produit fini est souvent faible. Dans l’automobile la part du « coût » salarial dans le prix d’un véhicule pour l’entreprise qui l’assemble et le commercialise est de moins de 10 %.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article35876