Posts Tagged ‘écosystèmes’

Crise sanitaire : « Si nous n’en mangions pas, nous n’en serions pas là »

mai 9, 2020

Une opinion de Gil Bartholeyns, historien à l’université de Lille et romancier (Deux kilos deux est paru aux Éditions JC Lattès en 2019). Il codirige la revue Techniques&Culture. Gil Bartholeyns sera l’invité de Pascal Claude dans « Dans quel monde on vit » sur La Première, ce samedi, à 10h.

« Il est un lieu, le très paisible séjour d’un éternel printemps… » Jacques van de Walle, Heroica, 1656 (Naturae Domus, la maison de Nature)

La « covidisation » du monde n’est que la conséquence des violences faites à toutes les formes de vie. Cobra, civette masquée, paon bleu, fourmilier écailleux, renard volant… On se croirait dans un bestiaire fantastique. Mais il s’agit de la ménagerie des marchés humides que certains ont qualifié de « contre nature ». Nous connaissons mieux les fermes de cent mille poulets ou de mille cochons, mais les uns comme les autre sont des regroupements chimériques de haute dangerosité. Espèces, nombre, géographie : tout est sens dessus dessous. Nous n’avons jamais été aussi terriens, rendus à notre « première nature ».

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/crise-sanitaire-si-nous-n-en-mangions-pas-nous-n-en-serions-pas-la-5eb54e037b50a67d2e3287f5

Et : https://reporterre.net/Appel-des-soignants-la-plus-grande-menace-sur-notre-sante-est-le-rechauffement-climatique

Des spécialistes tirent la sonnette d’alarme: « Si rien ne change, bien d’autres pandémies vont suivre »

avril 12, 2020

Qu’il vienne d’une chauve-souris ou qu’il ait transité par un pangolin, le coronavirus qui a mis le monde sens dessus dessous et dont le bilan mondial approche les 100.000 morts vient du monde animal, c’est certain. Mais c’est l’activité humaine qui a favorisé son passage à l’Homme, et si rien ne change, bien d’autres vont suivre, alertent des spécialistes.

La suite sur : https://www.lalibre.be/planete/sante/des-specialistes-tirent-la-sonnette-d-alarme-si-rien-ne-change-bien-d-autres-pandemies-vont-suivre-5e92b8567b50a6162b1d105f

Rien que du bon sens, mais bon sens et profit font rarement bon ménage, que croyez-vous que nos marionnettes gouvernantes vont décider ….. ?

L’interférence de l’humain sur la biodiversité, cause de pandémie ?

avril 11, 2020

Qu’il vienne d’une chauve-souris ou qu’il ait transité par un pangolin, le coronavirus qui a mis le monde sens dessus dessous et dont le bilan mondial approche les 100.000 morts vient du monde animal, c’est certain. Mais c’est l’activité humaine qui a favorisé son passage à l’Homme, et si rien ne change, bien d’autres vont suivre, alertent des spécialistes.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/l-interference-de-l-humain-sur-la-biodiversite-cause-de-pandemie/article-normal-1276043.html

« Tout le monde peut avoir un impact chaque jour, si vous pensez aux conséquences des petits choix que vous faites: ce que vous mangez; d’où ça vient; est-ce que ça a causé de la cruauté envers les animaux; est-ce que ça provient d’une agriculture intensive, ce qui est le cas en général; est-ce que c’est bon marché grâce à du travail forcé d’enfants; est-ce que sa production a nuit à l’environnement; combien de kilomètres a-t-il fallu le faire voyager; avez vous pensé à marcher au lieu de prendre la voiture; comment pourriez vous lutter contre la pauvreté, parce que les gens pauvres ne peuvent pas faire ce genre de choix éthiques, ils doivent faire ce qu’ils peuvent pour survivre, ils ne peuvent pas se poser ces questions sur ce qu’ils achètent, ça doit être le moins cher et ils abattront le dernier arbre parce qu’ils sont au désespoir de trouver de la terre pour faire pousser quelque chose à manger… Ce que nous pouvons faire chacun dans notre vie dépend de qui nous sommes, mais nous pouvons tous faire une différence, tous. »
(Jane Goodall)

Remettons l’économie à sa place

février 23, 2020

par Renaud Duterme

Échec dans la lutte contre le réchauffement climatique, dégradation des écosystèmes, incapacité à résorber la pauvreté, creusement des inégalités, sous-financement des soins de santé et de l’enseignement, insuffisance de personnel dans les secteurs liés à l’aide à la personne, pression sur les travailleurs, toute puissance de l’industrie agroalimentaire, impossibilité pour nombre de personnes de se loger décemment à un prix acceptable, coupes dans les budgets alloués à la culture et aux services publics, incapacité à remettre en cause le remboursement de la dette, mainmise des forces du marché sur les pouvoirs élus : tous ces problèmes auxquels font face nos sociétés (et la liste n’est pas exhaustive), ont une cause commune : l’emprise de l’économie sur la société. Mise en évidence par Karl Polanyi dans son œuvre majeure [1], cette caractéristique est ce qui singularise le capitalisme au moins autant que l’accumulation de profit sans limites et la concurrence. Or, et comme il l’avait déjà dénoncé, cette marchandisation de tout ce qui peut l’être ne peut conduire qu’à des catastrophes. Catastrophe dont, en son temps, la montée des fascismes et la seconde guerre mondiale furent parmi les plus terribles exemples. Les mises en garde de Polanyi sont d’une criante actualité et il est clair que le XXIe siècle ne saura échapper à des vagues de barbarie si l’économie n’est pas remise à sa place, à savoir réencastrée au service de la société, et non l’inverse.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/remettons-leconomie-a-sa-place/

Le Brésil, géant agricole pas vraiment vert

août 4, 2019

L’augmentation croissante des exportations agricoles du Brésil suscite des craintes d’une nouvelle avancée de la frontière agricole brésilienne, au détriment de la forêt amazonienne, « poumon de la planète », et d’autres écosystèmes menacés.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/le-bresil-geant-agricole-pas-vraiment-vert/article-news-1172891.html

Sale temps pour la planète

juillet 29, 2019

https://www.lalibre.be/planete/environnement/l-humanite-a-deja-epuise-les-ressources-de-la-planete-pour-l-annee-5d3e1c469978e254e24e5b56

« Homo sapiens, un destructeur, un super prédateur du monde et de lui-même. » (H. Loevenbruck – Le syndrome Copernic)

Que dit le rapport mondial sur la chute de la biodiversité ?

mai 14, 2019

par Claude-Marie Vadrot

L’alarmant rapport de l’Ipbes sur la biodiversité a reçu un important retentissement, mais que contient-il exactement ? Extraits choisis parmi les 1 500 pages d’un acte d’accusation implacable.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article41245

Nous avons tué la beauté du monde.
Mais la majorité d’entre nous semblent s’en fiche !

« Je déplore le sort de l’humanité, d’être pour ainsi dire, en d’aussi mauvaises mains que les siennes. » Julien Offray De la Mettrie

Une « transformation majeure » menace les écosystèmes de la Terre

août 31, 2018

Forêts, déserts, paysages et écosystèmes vitaux de la Terre risquent de subir une « transformation majeure » au cours du prochain siècle du fait du changement climatique, ont prévenu jeudi des scientifiques.

La suite sur : http://www.levif.be/actualite/environnement/une-transformation-majeure-menace-les-ecosystemes-de-la-terre/article-normal-884835.html

Aux consommateurs d’agir

juillet 18, 2018

Les méthodes de pêche

Les poissons pêchés durablement, ce n’est pas pour demain ! Alors pour consommer du poisson de manière responsable, privilégiez les méthodes de pêche à faible impact. Re-visitez notre infographie qui classe les méthodes de pêche selon leur impact sur les écosystèmes et suivez nos conseils pour mieux choisir votre poisson. Aujourd’hui, les poissonniers ont l’obligation d’afficher les engins de pêche utilisés. Interpellez-les si l’engin utilisé n’est pas indiqué !

Plus d’infos sur : http://www.bloomassociation.org/nos-actions/nos-themes/mieux-consommer/les-methodes-de-peche/

« C’est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. » (Victor Hugo)

juillet 13, 2017

La sixième extinction de masse des animaux s’accélère.

par Audrey Garric

C’est ce qu’ils nomment « un anéantissement biologique ». Dans une étude très alarmante, publiée lundi 10 juillet dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des chercheurs américains et mexicain concluent que les espèces de vertébrés reculent de manière massive sur Terre, à la fois en nombre d’animaux et en étendue. Une « défaunation » aux conséquences « catastrophiques » pour les écosystèmes et aux impacts écologiques, économiques et sociaux majeurs.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article35106