Posts Tagged ‘écrivaine’

Le racisme et la violence enseignés aux enfants en Israël : Vidéo

août 3, 2018

Ci-dessous un aperçu à peine croyable dont les enseignants israéliens bourrent le crâne des enfants dans les écoles religieuses —de plus en plus nombreuses— en Israël.

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article14530
Et : http://europalestine.com/spip.php?article14526

L’histoire non dite de l’occupation israélienne

juin 24, 2017

par Fida Jiryis

Ayelet Waldeman et Michael Chabon se sont associés à l’ONG israélienne Breaking the Silence pour demander à 26 écrivains de témoigner à propos du conflit israélo-palestinien. L’ouvrage qui en résulte, Un royaume d’olives et de cendres (Robert Laffont, mai 2017) dresse un état des lieux de la guerre qui déchire deux peuples, des tensions historiques, géopolitiques et économiques et d’une politique israélienne toujours plus invasive.

Nous remercions les éditions Robert Laffont de nous avoir autorisés à publier la nouvelle de Fida Jiryis.

Palestinienne d’origine galiléenne, vivant à Ramallah, Fida Jiryis est écrivaine, éditrice, et membre de la SAWA Community Organization pour les droits des femmes. Elle a écrit des nouvelles et des articles, entre autres, dans This Week in Palestine, Al-Ayyam et Al-Quds al-Arabi. Elle est l’auteure de Hayatuna Elsagheera (« Notre petite vie », publié en 2001 et non traduit en français) ainsi que de Al-Khawaja (« Le Gentleman », publié en 2011 et également non traduit), deux recueils de nouvelles écrites en arabe sur la vie de villages de Galilée.

La suite sur : https://plateforme-palestine.org/L-histoire-non-dite-de-l-occupation-israelienne

L’écriture peut être plus forte que la politique.

décembre 11, 2012

Par Guy Duplat   

« Pour moi, l’histoire d’un enfant qui ne peut pas atteindre son école est plus importante que ce que dit ou ne dit pas le Hamas. »

Les Halles de Schaerbeek ne pouvaient pas mieux choisir, pour terminer leur cycle sur les nouvelles écritures arabes, qu’une rencontre ce jeudi soir avec Suad Amiry. Une femme remarquable par son parcours, son aura, et, depuis dix ans, par ses talents d’écrivaine. Une de ces intellectuelles brillantes qu’on peut encore rencontrer à Beyrouth, au Caire ou comme ici, à Ramallah.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/culture/livres/article/783366/l-ecriture-peut-etre-plus-forte-que-la-politique.html