Posts Tagged ‘ENA’

La vie sous le banquier éborgneur (suite)

mars 18, 2019

par Bernard Gensane

La privatisation de l’État continue. Une femme du secteur privé vient d’être nommée à la tête du jury des concours d’entrée de l’ENA. Isabel Marey-Semper, ancienne de chez L’Oréal et PSA, va présider au recrutement de la prestigieuse école. Pour faire joli, l’annonce a été faite le 8 mars, journée des Droits des femmes.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40751

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40756

La République exemplaire…

octobre 6, 2018

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article39250

Au fil du net

juin 4, 2018

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38084

L’âne météorologue

octobre 25, 2013

Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche. Par prudence, il appelle son météorologue et lui demande l’évolution du temps pour les heures suivantes. Celui-ci le rassure en lui affirmant qu’il pouvait aller tranquillement à la pêche car il n’y avait pas de pluie prévue.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24296

Notre-Dame-des-Landes.

octobre 31, 2012

Alors que les affrontements s’intensifient entre forces de l’ordre et résistants au projet d’aéroport, Patrick Warin, énarque et ancien directeur à la Caisse des Dépôts et Consignations, s’indigne. Dans une lettre ouverte à François Hollande, il démontre l’absurdité du projet, que seule une « mégalomanie ridicule » semble justifier. « Ceux de Notre Dame des Landes et ceux du Larzac sont de la même trempe de Français, nous serons des millions à les soutenir pour qu’on les écoute », lance-t-il à son ancien collègue de promo à l’ENA.  

A lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article21406

Et aussi sur les brutalités policières : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article21405

Et encore : http://blogs.mediapart.fr/blog/juliette-keating/311012/je-sais-ce-qui-se-passe-notre-dame-des-landes

L’école du pouvoir. (2/2)

septembre 24, 2010

ARTE – 20h40 – vendredi 24/9              

Fraîchement sortis de l’ENA, Caroline, Matt, Abel, Louis et Laure sont propulsés dans les différents ministères après la victoire de Mitterrand à la présidentielle. Alors que leurs années de formation les ont confrontés durement à leurs futures responsabilités, le virage économique du gouvernement socialiste en 1983 va les amener une nouvelle fois à choisir entre carrière et convictions.
Matt, fils d’ouvriers, doit faire face au mécontentement des sidérurgistes lorrains. Laure, qui travaille sur la mise en place de l’impôt sur la fortune, se retrouve en porte-à-faux avec sa famille tandis qu’Abel s’attaquera à la périlleuse réforme de l’enseignement privé. Caroline, elle, parachutée dans les Charentes, se lance dans la bataille des législatives.

www.arte.tv

L’école du pouvoir. (1/2)

septembre 23, 2010

ARTE – 20h40 – jeudi 23/9            de R. Peck

Cinq étudiants intègrent l’École nationale d’Administration en 1977 et découvrent les arcanes du pouvoir. Une radiographie très juste de la formation des élites françaises sur fond de changement politique.

Ils sont jeunes, beaux et talentueux. À la rentrée 1977, Abel, Matt, Caroline, Louis et Laure intègrent l’École nationale d’administration, fleuron de l’enseignement supérieur français. Alors que la droite dirige le pays depuis plus de vingt ans, ils se jurent de faire évoluer de l’intérieur un système qu’ils jugent inégalitaire et dépassé. Mais des bancs de l’école aux ministères, ils se retrouvent pris entre leurs idéaux de jeunesse et la réalité du terrain.

La fabrique des élites
Téléfilm en deux parties de deux heures chacune, L’école du pouvoir retrace les années de formation puis l’arrivée au pouvoir de cinq jeunes énarques, librement inspirés de la promotion Voltaire, qui a abrité dans ses rangs Ségolène Royal, François Hollande ou encore Dominique de Villepin. Certaines ressemblances ne sont d’ailleurs pas fortuites. Grâce à un travail d’enquête approfondi (les auteurs ont notamment interviewé d’anciens membres de l’école) et à l’utilisation judicieuse d’images d’archives, Raoul Peck donne à son film un rythme et un réalisme saisissants. Servis par des acteurs pleins d’énergie, les personnages illustrent tout le paradoxe de l’ÉNA : que ce soit Matt, fils d’ouvriers idéaliste, ou Abel, avocat militant, tous ont conscience du formatage dont ils sont victimes, mais peinent à résister aux sirènes du pouvoir. Le film saisit avec justesse la complexité des liens qui unissent ces jeunes hauts fonctionnaires aux plus hautes sphères de l’État.

http://www.serietele.com/serie-video-3625-1144.html

www.arte.tv