Posts Tagged ‘F. Lordon’

Du bon usage des barbelés

décembre 11, 2018

par Olivier Cyran

Dans une récente interview à la revue Ballast, le philosophe et économiste Frédéric Lordon aborde la question des violences infligées aux migrantes et aux migrants en concluant qu’il est illusoire de lutter pour la liberté de circulation. Lui plaide pour des frontières « plus intelligentes ». Au passage, il met en cause le journaliste indépendant Olivier Cyran, accusé de tenir sur le sujet des positions déraisonnables. Dans un contexte de forte mobilisation sociale et de vive confusion politique, ce dernier se saisit de cette perche pour questionner le rapport de la gauche aux frontières et la stratégie périlleuse de sa principale composante, la France insoumise.

La suite sur : http://lmsi.net/Du-bon-usage-des-barbeles

Publicités

En guerre – pour la préemption salariale !

juin 5, 2018

par Frédéric Lordon

On ne résiste à la puissance suffocante du film de Stéphane Brizé (En guerre) qu’à y discerner une place vide, la place du discours manquant. Il faut absolument y voir cet espace inoccupé, et la possibilité de le remplir, l’espace d’une réponse, c’est-à-dire d’un discours à déployer, opposable aux impossibilités montrées par le film, capable d’en faire sauter un mur, sinon c’est insupportable. C’est insupportable, car ce que montre le film, c’est la force d’un ordre institutionnel capable de se donner raison à lui-même, un ordre qui mure portes et fenêtres, qui bouche toutes les issues pour ne laisser subsister que sa vérité. Lorsque les économistes stipendiés, les experts de service, les éditorialistes débiles et les patrons odieux disent qu’« il n’y a pas d’alternative », c’est vrai. C’est vrai parce que les structures ont été aménagées pour que ce soit vrai. Lorsqu’ont été installés la déréglementation financière et le pouvoir actionnarial, le libre-échange commercial au mépris de toute norme sociale et environnementale, la libéralisation du régime des investissements directs, c’est-à-dire de la localisation des sites industriels (à laquelle on ajoutera celle des sièges sociaux), il est exact que tout est joué ou presque, et qu’en effet il n’y a plus d’alternative. En somme, la disparition des alternatives, ça s’organise.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38097

« Quand les riches volent les pauvres cela s’appelle du business; quand les pauvres luttent pour récupérer leurs biens cela s’appelle de la violence. »

Situation

juin 12, 2017

par Frédéric Lordon

Logiquement, tout avance de concert. Au moment où Macron est élu, nous découvrons que La Poste enrichit sa gamme de services d’une offre « Veiller sur mes parents » à partir de 19.90€ par mois (plusieurs formules : 1, 2, 4, 6 passages par semaine). Le missionné, qu’on n’appellera sans doute plus « l’agent » (tellement impersonnel-bureaucratique – old), mais dont on verra si la Poste va jusqu’à l’appeler l’« ami de la famille », passe en voisin, boit le café, fait un petit sms pour tenir au courant les descendants, bref – dixit le prospectus lui-même – « maintient le lien social ». Résumons : Pour maintenir le lien social tout court, c’est 19.90€. Et pour un lien social béton (6 visites par semaines), c’est 139.90€. Tout de même. Mais enfin il y va du vivre ensemble.

La suite sur : https://lundi.am/Situation

Au Japon, on loue des amis pour combler la solitude ou faire bonne figure : http://www.lalibre.be/light/societe/au-japon-on-loue-des-amis-pour-combler-la-solitude-ou-faire-bonne-figure-593e5222cd702b5fbf1c7999

Qui est de gauche ? L’exemple de la directive sur le secret des affaires

avril 20, 2016

par Bernard Gensane

Dans un entretien accordé à Il Manifesto et repris en partie par L’Obs, Frédéric Lordon propose quelques mots d’ordre pour en finir avec « l’empire du capital » :

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article31121

Et : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article31120

Les temps modernes

avril 17, 2016

http://blog.mondediplo.net/2016-04-07-Les-temps-modernes-1-2

http://blog.mondediplo.net/2016-04-17-Les-temps-modernes-2-2

Omelette au Lordon.

août 22, 2011

Par Agnès Maillard  

Cela pourrait être l’histoire d’un économiste, un parmi tant d’autres, qui se tire la nouille, tranquillement, régulièrement, à longueur d’antenne, pour t’expliquer à toi, petit goret ingrat, à quel point tu t’es vautré dans le luxe et la facilité, avec ton SMIC désindexé de la réalité des prix, ta petite vie tout à crédit, tes vacances de branleur au camping des gagne-petit et ton AïePhone le bien nommé, tellement ça te fait mal au cul de penser qu’il t’a fallu allonger un demi-salaire pour pouvoir téléphoner comme tout le monde, pour surtout rester joignable, même pendant tes RTT chez belle-maman. Oui, Frédéric Lordon aurait pu choisir cette sublime trajectoire des donneurs de leçons qui te résume ton destin en sept secondes chrono sur tous les médias qui mentent : maintenant que tu t’es bien goinfré, sale masse laborieuse, il est temps de régler la facture.

La suite de son article sur : http://blog.monolecte.fr/post/2011/08/21/Omelette-au-Lordon