Posts Tagged ‘féminisme’

Laure Murat : « La posture d’Adèle Haenel a fait l’effet d’une déclaration de guerre entre un monde à quai, que je veux croire moribond, et un monde en route. »

mars 7, 2020

par Sophie Joubert

Historienne et essayiste, professeure à l’université de Californie (UCLA), Laure Murat a publié en 2018 « Une révolution sexuelle ? Réflexions sur l’après-Weinstein » (Stock). Elle revient sur le César attribué à Roman Polanski, analyse la portée du geste d’Adèle Haenel et la résistance française au mouvement MeToo. Entretien.

La suite sur : https://www.humanite.fr/laure-murat-la-posture-dadele-haenel-fait-leffet-dune-declaration-de-guerre-entre-un-monde-quai-que

Sur les réseaux sociaux, les combats des femmes passent au niveau supérieur

mars 6, 2020

Grâce aux hashtags les luttes féministes se font de plus en plus entendre.

Porte-voix des combats quotidiens, facilitateurs de relations et amplificateurs de doléances, les réseaux sociaux sont devenus un espace indispensable pour l’épanouissement des luttes sociales. Qu’on y parle politique, faits de société, orientation sexuelle, genre, droits populaires, critique des médias, liberté d’expression, chaque combat se munit désormais d’un hashtag comme étendard d’une cause précise sous lequel chacun pourra donner son avis. Il permet aux personnes intéressées de retrouver en un rien de temps tout ce qui s’est dit à ce sujet, les avis, les expertises, les photos, les vidéos et les commentaires de ceux qui prennent la discussion à cœur. Les réseaux sociaux permettent à une lutte de se propager à la vitesse de la lumière à travers le monde.

La suite sur : https://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/sur-les-reseaux-sociaux-les-combats-des-femmes-passent-au-niveau-superieur-5e623648f20d5a31a4285f69

Elle était une fois…. le 8 mars

mars 5, 2020

par Elise Voillot

Chaque 8 mars, c’est la même chose. Le temps d’une journée entre Noël et la fête des Mères, des entreprises, avides d’une énième stratégie juteuse, célèbrent la « fête de la femme ». Oyez, oyez, à coup de promotions sur les aspirateurs (« stéréotypes » vous dites ?), de cadeaux empoisonnés et d’engagement rose bonbon, entendez la bonne parole : le 8 mars, les femmes (et leurs portefeuilles) le valent bien. Derrière cette appropriation marketing douteuse se cache pourtant une date essentielle. La journée internationale des droits des femmes (ou JIDF pour les intimes) nous rappelle chaque année que la lutte pour une société plus égalitaire doit perdurer. Aujourd’hui, on vous raconte comment elle est née.

La suite sur : http://www.femmes-plurielles.be/elle-etait-une-fois-le-8-mars/

Non, le 8 mars n’est pas « la journée de la femme » : http://www.femmes-plurielles.be/non-le-8-mars-nest-pas-la-journee-de-la-femme/

Quelques dates de l’histoire politique des femmes en Belgique : http://www.femmes-plurielles.be/quelques-dates-de-lhistoire-politique-des-femmes-en-belgique/

Bread and roses

Debout les femmes

Lutter pour une sécurité sociale forte est aussi une lutte féministe

février 26, 2020

La Marche Mondiale des Femmes (MMF) est un réseau mondial féministe de lutte contre la pauvreté et la violence envers les femmes. En Belgique, il est composé d’une soixantaine d’associations (organisations de femmes, syndicats, ONG, campagnes). À l’occasion du 8 mars 2020, Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes, nous manifesterons pour dénoncer l’affaiblissement de la sécurité sociale, la privatisation et la marchandisation des services publics. Nous prônons, notamment, une protection sociale renforcée et des services publics de qualité au bénéfice de toutes et de tous.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/lutter-pour-une-securite-sociale-forte-est-aussi-une-lutte-feministe/article-opinion-1256835.html

Pourquoi placer la femme sur un piédestal peut devenir un piège

février 25, 2020

Une chronique de Myriam Tonus.

Voir l’homme comme supérieur à la femme est inacceptable. Mais placer la femme sur un piédestal peut devenir un piège : celui de ne jamais lui permettre d’être simplement « côte à côte ».

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/pourquoi-placer-la-femme-sur-un-piedestal-peut-devenir-un-piege-5e53fafdf20d5a64228d509b

L’abécédaire de Madeleine Pelletier

février 22, 2020

Née en 1874, Madeleine Pelletier fait, en France, figure de pion­nière du fémi­nisme. Mais une figure encore mécon­nue. Celle qui, issue d’une famille modeste, s’est ins­truite par ses propres moyens a conquis, en dépit des obs­tacles, un métier alors émi­nem­ment mas­cu­lin : méde­cin. Première femme interne en psy­chia­trie et fémi­niste « inté­grale », selon son propre mot, Pelletier a ain­si reven­di­qué la pleine et entière éman­ci­pa­tion des femmes. Tour à tour res­pon­sable socia­liste, membre du Parti com­mu­niste et sym­pa­thi­sante anar­chiste, elle n’en eut pas moins à faire face au sexisme des dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions qu’elle fré­quen­ta. Auteure de plu­sieurs ouvrages — sur l’a­vor­te­ment, l’é­du­ca­tion ou encore la Russie sovié­tique —, Pelletier, abu­si­ve­ment inter­née à la fin de sa vie, est éga­le­ment l’une des pre­mières à avoir éla­bo­ré ce qui devien­dra le concept de « genre », fai­sant valoir que le « sexe psy­cho­lo­gique » est une construc­tion sociale et non bio­lo­gique.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/labecedaire-de-madeleine-pelletier/

Un jour nous vaincrons

décembre 7, 2019

par Zehra Dogan

Le projet anticapitaliste porté par le mouvement révolutionnaire kurde reste méconnu — quand il n’est pas ignoré, y compris de la plupart des formations féministes et antiracistes européennes1. Il présente pourtant la singularité de placer l’émancipation des femmes au cœur de sa théorie et de sa pratique : « le principe fondamental du socialisme est de tuer le mâle dominant », c’est là son mot d’ordre le plus fameux. Zehra Doğan, 30 ans, est l’un de ses multiples visages. Née en Turquie, cette jeune artiste-peintre a été incarcérée en 2017. 50 mois de prison pour avoir réalisé un dessin évoquant la répression militaire du régime d’Erdoğan et diffusé le témoignage d’un enfant sur sa page Facebook. Sa correspondance avec la cofondatrice du magazine libertaire Kedistan a récemment paru aux Éditions des femmes : Nous aurons aussi de beaux jours. Nous en publions quelques extraits de notre choix.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/un-jour-nous-vaincrons-par-zehra-dogan/

 » le jour où l’être humain tirera sa fierté, non pas de la différence des sexes, mais de la gloire et de la dignité d’une vie libre obtenue malgré mille difficultés, et seulement ce jour-là, la femme pourra considérer que son histoire, ses problèmes, ses doutes et espoirs sont les mêmes que ceux de l’humanité entière. »

Japon: campagne féminine pour le droit de porter des lunettes au travail

décembre 3, 2019

Une Japonaise dont la campagne contre l’obligation de porter des talons au travail avait été très suivie s’attaque à présent à d’autres codes en entreprise dans l’archipel nippon, dont les cas d’interdiction du port de lunettes par les femmes.

La suite sur : https://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/japon-campagne-feminine-pour-le-droit-de-porter-des-lunettes-au-travail-5de68ea3d8ad58130db9174f

Alain Finkielkraut, le patriarche ultime

novembre 19, 2019

par Mona Chollet

« Ironie » ? « Second degré » ? Sérieusement ?

« Je dis aux hommes : violez les femmes ! D’ailleurs, je viole la mienne tous les soirs et elle en a marre », a donc asséné Alain Finkielkraut sur le plateau de LCI, le 13 novembre, face à la militante féministe Caroline De Haas. Il tournait par là en dérision les accusations de sa contradictrice. Ou, du moins, il croyait les tourner en dérision. Comme beaucoup — et d’abord comme Caroline, dont la colère est visible à l’écran —, tout en sachant bien qu’il prétendait faire de l’ironie, j’ai été saisie d’effroi devant cette séquence.

La suite sur : http://www.la-meridienne.info/Alain-Finkielkraut-le-patriarche-ultime

Avortement : le PTB se réjouit du compromis qui semble se dégager, « une avancée majeure pour les droits des femmes »

novembre 12, 2019

Sauf changement de dernière minute, le compromis est trouvé et la loi qui dépénalise l’avortement et allonge le délai à 18 semaines sera votée ce mercredi à la Chambre. « C’est une avancée majeure pour les droits des femmes, se réjouit la députée PTB Sofie Merckx. Les associations féministes le répètent depuis longtemps, il y avait urgence.

La suite sur : https://www.ptb.be/avortement_le_ptb_se_r_jouit_du_compromis_qui_semble_se_d_gager_une_avanc_e_majeure_pour_les_droits_des_femmes