Posts Tagged ‘FNSEA’

Mégabassines : bataille contre le « hold-up sur l’eau » de l’agriculture intensive

septembre 24, 2021

Par Laury-Anne Cholez

Accompagnés de tracteurs ou de moutons, des centaines d’agriculteurs ont dénoncé le 22 septembre le chantier de la première des seize « mégabassines » prévues dans le Marais poitevin (Deux-Sèvres). Ces réserves d’eau, selon eux, ne bénéficieront qu’à l’agriculture intensive et mettront en péril une ressource déjà raréfiée par le changement climatique.

La suite sur : https://reporterre.net/Megabassines-bataille-contre-le-hold-up-sur-l-eau-de-l-agriculture-intensive

Relocalisation – La FNSEA va-t-elle détruire l’agriculture française ?

septembre 12, 2021

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, est venue pleurnicher à la radio sur les conséquences du libre-échange, de la concurrence déloyal et des prix bas, qu’elle accuse d’être à l’origine de la perte de souveraineté alimentaire de la France. C’est pourtant son syndicat qui a promu ces politiques ces dernières décennies… et continue de le faire !

Au Carnet, les intimidations redoublent envers les anciens zadistes

septembre 6, 2021

Par Gaspard d’Allens

Fin août, les militants opposés au projet du Carnet, en Loire-Atlantique, ont découvert leur lieu de vie saccagé : vitres brisées, caravanes renversées, murs arrachés… Cette « recrudescence des violences depuis le début de l’été », disent-ils, doublée d’une intimidation policière, vise à les « dégoûter » de la lutte.

La suite sur : https://reporterre.net/Au-Carnet-les-intimidations-redoublent-envers-les-anciens-zadistes

Comment l’agrobusiness détruit la Bretagne

juillet 7, 2021

En Loire-Atlantique, la répression continue contre les militants écolos

juin 21, 2021

Par Malika Barbot

Dans le Pays-de-Retz en Loire-Atlantique, les mouvements écologistes se heurtent à la répression étatique. Les opposants au surf park à Saint-Père-en-Retz (depuis abandonné) ou au projet du Carnet, sans cesse surveillés voire interpellés, sont « atterrés par la criminalisation des militants qui défendent le vivant ».

La suite sur : https://reporterre.net/En-Loire-Atlantique-la-repression-continue-contre-les-militants-ecolos

« « Ces pratiques, comme celle des “voisins vigilants” [1], qui visent à débusquer un ennemi public, ne sont pas nouvelles mais se renforcent avec l’idée que la population doit participer à la répression »,

Minables supplétifs policiers !

1 an de prison – 45 000 € d’amende

février 13, 2021

Le rapport parlementaire qui veut mettre les militants écologistes en prison

janvier 29, 2021

par Marie Astier et Gaspard d’Allens

Une mission d’information parlementaire pilotée par Les Républicains et La République en marche demande de « renforcer l’arsenal pénal » contre « les militants antiglyphosate, véganes ou antichasse ». Les propositions pourraient être inscrites dans la loi, une perspective qui inquiète fortement les militants écologistes ou antispécistes.

La suite sur : https://reporterre.net/Le-rapport-parlementaire-qui-veut-mettre-les-militants-ecologistes-en-prison

La presse locale agricole est sous le joug de la FNSEA

janvier 23, 2021

par Simon Mauvieux

Dans les Pays-de-la-Loire, « L’Avenir agricole », un journal indépendant créé en 1944, a fermé ses portes. Si sa disparition reflète les difficultés de toute la presse écrite, elle témoigne aussi du sort de la presse agricole locale, dominée par les journaux de la FNSEA, le syndicat majoritaire.

La suite sur : https://reporterre.net/La-presse-locale-agricole-est-sous-le-joug-de-la-FNSEA

https://reporterre.net/Nous-journalistes-bretons-ne-cesserons-pas-d-informer-sur-l-agro-industrie

Des bassines géantes dans le marais poitevin

janvier 7, 2021

Cela fait maintenant près de 30 ans que le réchauffement climatique est officiellement annoncé.

En 1988, les membres de l’ONU créent le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)1.

Et aujourd’hui plus personne ne met en doute la réalité du phénomène, même si le rôle éventuel de l’activité humaine dans cette évolution reste discuté2.

Si la température monte de un, deux, trois, voire six degrés, cela aura une influence considérable sur notre mode de vie.

L’agriculture en première ligne

Évidemment, ce sont d’abord les agriculteurs qui vont devoir s’adapter.

Et pour l’instant, la manière de faire de certains d’entre eux laisse songeur. Ceux-là ont une vision à très court terme.

Ainsi dans le marais poitevin, un projet pharaonique de construction de 16 réservoirs d’eau géants vient d’obtenir l’aval des autorités publiques3.

Cela représente 500 000 m3 à 800 000 m3 d’eau par bassin qui seront pompés dans les nappes phréatiques et les rivières avoisinantes. Car il ne s’agit pas d’une réserve d’eau de pluie. Ce sont les eaux souterraines que l’on prélève !

Au total, 11 millions de m3 d’eau seraient stockés pour l’été dans ces premiers réservoirs3,4.

En clair, alors même que la tension sur les ressources en eau monte, un petit groupe de personnes a décidé de faire main basse sur les réserves existantes.

Il s’agit de 190 exploitants qui, durant quelques années, bénéficieront de réserves d’eau l’été. Ils pourront ainsi contourner les restrictions d’eau des mois de juillet ou d’août imposées par l’Etat.

Un coût important supporté par… vous !

Les travaux de ce projet pharaonique devraient commencer au printemps 2021.

D’ici 2022, il pourrait y avoir plus de 40 réservoirs dans le Poitou, à terme plus de 1504 !

Le coût de l’opération est estimé à 72 millions d’euros. 70% de cette somme serait financée par les agences d’Etat et la région, c’est-à-dire le contribuable.

Les 30% restants devraient être payés par les coopératives agricoles.

La FNSEA et la chambre d’agriculture soutiennent le projet qui vise essentiellement à préserver la culture de maïs dans le Poitou.

Mais ces céréales consomment beaucoup d’eau et ne servent même pas à nourrir les humains. Elles sont à destination du bétail…

Un désastre écologique

Ces grands réservoirs ne permettront pas aux agriculteurs de résister bien longtemps.

Les eaux du pays se videront, les agriculteurs ne changeront pas leur modèle et un jour ce beau marais poitevin, connu notamment pour son angélique dont on fait du sirop, sera un désert.

Il n’y aura plus de maïs et plus de monoculture. À ce moment-là, soit il sera trop tard, soit le travail à fournir pour recréer un écosystème favorable sera titanesque.

Transformer un marais en désert est assez facile, le chemin inverse est long et fastidieux et pas toujours possible…

Sans surprise donc, les associations locales de protection de l’environnement sont vent debout.

D’après les responsables de l’association Vienne nature, cités par Bastamag3 :

“On est dans une Zone de répartition des eaux (ZRE), dans laquelle il y a trop de prélèvements par rapport aux ressources. Il faut un débit minimum pour que les cours d’eau vivent, se régénèrent, et permettent la création de frayères à brochets.”

Retenues d’eau : stop à cette mascarade !

Les retenues d’eau sont de plus en plus nombreuses pour contrer les périodes de sécheresse et le manque d’eau.

Cependant, même sur des principes aussi simples, il y a des abus.

Signez pour protéger les nappes phréatiques et la biodiversité.

https://www.leslignesbougent.org/petitions/non-retenues-eau/?source=LLB95760002&co_source1=SAB95990002&utm_campaign=daily-2021-01-05&utm_source=llb&utm_medium=emailing&utm_source=LLB&utm_medium=emailing&utm_campaign=20210105_LLB_daily_newsletter_des-bassines-geantes-dans-le-marais-poitevin&isBat=false&d=LLB&sk=cmFhbm5lbWFyaUB2b28uYmU=&e=cmFhbm5lbWFyaUB2b28uYmU=&j=49967&l=395&b=3754&sid=5455665

L’industrie agroalimentaire n’aime (toujours) pas les journalistes qui font leur travail

décembre 22, 2020

par Inès Léraud

Enquêter sur l’industrie agro-alimentaire n’est pas une sinécure : pressions et intimidations entravent le travail journalistique. Basta ! et la journaliste Inès Léraud passeront en procès le 28 janvier 2021 pour s’y être intéressés de trop près. Un récent documentaire de France 5 fait aussi les frais de cette omerta.

La suite sur : https://www.bastamag.net/Basta-Ines-Leraud-proces-en-diffamation-cheritel-industrie-agroalimentaire-algues-vertes-Bretagne