Posts Tagged ‘fongicide’

Respirez, c’est du SDHi

juin 15, 2018

par Le canard enchaîné

Connaissez-vous le boscalid ? C’est l’un des produits phares de BASF, le géant mondial de l’agrochimie. Un fongicide « polyvalent à large spectre », en clair, une sorte de Monsieur Propre qui nettoie, en moins de deux, tous les champignons parasites. Et ce pour le plus grand bonheur des céréaliers, des pépiniéristes et des maraîchers, mais pas du consommateur…

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38192

Biodiversité et politique de dupes.

février 5, 2013

par Gérard Charollois

Par Gérard Charollois

En ce printemps 2013 qui sera déjà silencieux dans les zones vouées à l’agrochimie, la France adoptera une loi nouvelle, rendant l’hommage du vice à la vertu, jurant que les pouvoirs publics sont conscients de la nécessité de protéger la nature et instituant une « Agence Nationale de la Biodiversité ».

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article22170

A lire : « Printemps silencieux » de Rachel Carson, paru en 1962, tout y était déjà dit sur les méfaits de l’agriculture « chimique » sur l’environnement et la biodiversité. Nous n’avons pas voulu entendre.

Fume, c’est du ……… champignon.

janvier 20, 2013

Par Laurence Dardenne

Dans au moins trois chaînes de supermarchés, des lots contaminés ont été retirés de la vente. Motif : un dépassement de la teneur maximale autorisée en nicotine.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/societe/sciences-sante/article/791376/volutes-de-champignons-a-la-nicotine.html

Pour ce qui est de la LMR (limite maximale en résidus), quid de l’accumalation journalière des résidus de différents produits chimiques nocif pour notre santé et l’environnement ?

STOP aux chèques en blanc pour l’agriculture.

novembre 7, 2012

La réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) semble être la continuation d’une pratique longtemps mise en œuvre : l’octroi de subventions pour l’agriculture sous la forme de chèques en blanc, ce qui serait totalement incompréhensible pour le public, expliquent six organisations européennes de défense de l’environnement.

Ce billet d’opinion est rédigé par ARC2020, BirdLife Europe, the European Environmental Bureau, les Amis de la Terre Europe, IFOAM EU Group et WWF.

Dès le début, les négociations sur l’avenir de la Politique Agricole Commune (PAC) étaient supposées se concentrer sur l’objectif « faire plus et mieux pour l’environnement en Europe, les communautés rurales et notre sécurité alimentaire à long terme ». Cependant, en dépit de ces encourageantes et ambitieuses intentions, il apparaît désormais que l’actuelle tendance destructrice qui consiste à distribuer des subventions agricoles néfastes pour l’environnement perdure.

La suite sur : http://www.euractiv.com/fr/pac/aux-cheques-en-blanc-pour-agricu-analysis-515874

50 ans d’immunité du terrorisme agricole, basta !

février 25, 2012

Par Michel Tarrier   

« J’ai autrefois craché le sang à la suite de traitements chimiques avec lesquels j’empoisonnais moi-même les autres… Tout le monde sait que les produits chimiques sont cancérigènes. » 30 juillet 1972, 20 heures, première chaîne de télévision, le présentateur Philippe Gildas relate le premier congrès international de la défense de la Nature, tenu à Fleurance (Gers), dont le maire était alors l’illustre Maurice Mességué. Cette déclaration est celle d’un participant, agriculteur dans le Gers. Cet épisode fit l’objet d’une note produite par Henri Siriez, administrateur civil du Service de la protection des végétaux.    

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article19194

« Pas de quoi en faire une salade ? »

février 4, 2012

Branle-bas de combat aux États-Unis. Y ont été découvertes des traces d’un fongicide non autorisé dans les jus d’oranges importés du Brésil par des marques ultra-connues comme Tropicana, Minute Maid ou Simply Orange. Les autorités sanitaires américaines ont bloqué illico les importations de jus d’orange en provenance du Brésil.  

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article19022

Fongicides, pesticides, herbicides.

janvier 22, 2012

Allez, juste une petite image qui dit tout! Smile

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/01/22/limage-du-jour-mangez-bio/

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/01/20/intrants-agricoles-le-parlement-europeen-defend-linteret-general-contre-celui-des-multinationales/

« Le petit chimiste ».

décembre 8, 2010

47 substances classées cancérigènes et 37 perturbateurs endocriniens. C’est le cocktail chimique avalé en une journée par un enfant de dix ans. L’association écolo Générations futures a eu la bonne idée de compter les polluants qui pourraient se glisser dans l’assiette des enfants.

Après avoir concocté un menu qui respecte pile-poil les recommandations classiques (5 fruits et légumes, pas trop de gras…), l’association est allée remplir son Caddie® au supermarché et a envoyé le contenu à quatre labos indépendants. Résultat : pour faire découvrir la « cuisine moléculaire » à ses enfants, il suffit d’aller faire ses courses en grande surface.

Prenez le petit déjeuner : 28 polluants pour commencer la journée. Dans le lait entier en brique, par exemple, on trouve 7 types de PCB (connu sous le nom de pyralène). Non grata depuis 1987 en France ces perturbateurs endocriniens, également soupçonnés d’être cancérigènes, continuent d’épicer l’herbe des vaches. Dans le jus de raisin, les traces de 3 fongicides, dans le pain de mie, 2 résidus d’insecticides, et, en tartinant avec du beurre doux, 9 PCB et 6 dioxines en sus. Dans la pomme venant du Brésil, 2 insecticides, 1 acaricide, et 3 fongicides, dont 1 banni en Europe.

Le festin chimique continue au déjeuner : 33 cochonneries, au choix cancérigènes ou perturbateurs endocriniens, dont 10 rien que dans le steak haché. Les haricots verts du Kenya alignent 2 insecticides antimouches interdits en France, la salade, 1 antipucerons et 1 désherbant, et la tomate italienne, 1 fongicide et du Lufénoron contre les chenilles, tous deux interdits en France. Au goûter, 5 fongicides (dont 1 non autorisé chez nous) pour le smoothie, un yaourt fouetté aux fruits rouges.

Enfin arrive l’heure du dîner et ses 54 contaminants chimiques. En haut du panier, le saumon, qui affiche 12 PCB, 11 composés bromés utilisés pour ignifuger les plastiques, 7 dioxines, 2 pesticides chlorés, 1 insecticide et des traces d’arsenic. Avec en accompagnement, du riz complet saupoudré d’un fongicide banni en Europe.

L’agroalimentaire pourra toujours dire qu’il ne faut pas en faire une salade, puisqu’aucun de ces invités surprise ne dépasse les limites de résidus autorisées. À un détail près : quand on autorise une substance chimique, on ne prend jamais en compte l’effet cocktail des autres contaminants qui assaisonnent l’assiette. Pour positiver, on pourra toujours transformer le repas en cours de chimie amusante !

Le Canard Enchaîné N° 4701 du 1er Décembre 2010

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article15343