Posts Tagged ‘forêt amazonienne’

Le cacique Raoni dénonce Bolsonaro pour « crimes contre l’humanité »

janvier 23, 2021

Le cacique Raoni Matuktire, un défenseur emblématique de la forêt amazonienne, demande à la Cour pénale internationale d’enquêter pour « crimes contre l’humanité » contre le président brésilien Jair Bolsonaro, accusé de « persécuter » les peuples autochtones en détruisant leur habitat et en bafouant leurs droits fondamentaux.

La suite sur : https://www.lalibre.be/international/amerique/le-cacique-raoni-denonce-bolsonaro-pour-crimes-contre-l-humanite-600c1b13d8ad5844d1aa6736

Déforestation record au Brésil depuis 2008: trois terrains de foot déboisés par minute

décembre 1, 2020

Au total, 11.088 km2 de forêt ont été détruits en douze mois jusqu’en août dernier, selon l’Institut National de Recherches spatiales (INPE) brésilien qui analyse les images satellites.

La suite sur : https://www.lalibre.be/planete/environnement/deforestation-record-au-bresil-depuis-2008-trois-terrains-de-foot-deboises-par-minute-au-bresil-5fc5e2107b50a65ab1a0d86a

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Greenpeace accuse l’Europe de complicité dans la destruction de l’Amazonie

septembre 11, 2020

Des activistes de l’ONG Greenpeace ont déployé vendredi matin une banderole de 30 mètres de hauteur sur une façade du Berlaymont, le siège de la Commission européenne à Bruxelles, pour dénoncer ce qu’ils voient comme une complicité de l’UE dans la destruction de l’Amazonie.

La suite sur : https://www.lalibre.be/planete/environnement/greenpeace-accuse-l-europe-de-complicite-dans-la-destruction-de-l-amazonie-5f5b438e9978e2322fc56a0e

L’appât de profits les rends criminels !

décembre 14, 2019

La déforestation a plus que doublé en Amazonie brésilienne en un an : https://www.lalibre.be/planete/environnement/la-deforestation-a-plus-que-double-en-amazonie-bresilienne-en-un-an-5df4f589d8ad58130dd5abee

S’inquiéter de la disparition de la forêt amazonienne ? Oui. Mais alors cesser l’hypocrisie !

août 30, 2019

La demande belge de soja fait des dégâts collatéraux en Amérique latine.

La suite sur : https://www.lalibre.be/planete/environnement/la-demande-belge-de-soja-fait-des-degats-collateraux-en-amerique-latine-5d68d6c8d8ad580a56dfe32d

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article42056

Le Brésil, géant agricole pas vraiment vert

août 4, 2019

L’augmentation croissante des exportations agricoles du Brésil suscite des craintes d’une nouvelle avancée de la frontière agricole brésilienne, au détriment de la forêt amazonienne, « poumon de la planète », et d’autres écosystèmes menacés.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/le-bresil-geant-agricole-pas-vraiment-vert/article-news-1172891.html

Les gardiennes de la forêt amazonienne sont menacées

juillet 16, 2019

L’Amazonie abrite des centaines de communautés indigènes, des milliers d’espèces et la moitié des forêts tropicales du monde, la protection de ce territoire nous concerne tous et toutes. Le collectif de Femmes amazoniennes d’Equateur lutte depuis des années contre l’exploitation pétrolière, minière et forestière, qui représente souvent une menace pour l’environnement et les droits des populations indigènes. En 2018, une série d’attaques violentes a ciblé 4 membres de ce collectif, cheffes dans leur communauté, Patricia Gualinga, Nema Grefa, Salomé Aranda et Margoth Escobar : menaces de mort, attaques par jets de pierres, incendie criminel, etc.

Bien qu’elles aient toutes porté plainte, le bureau de la procureure générale n’a pris aucune mesure pour enquêter efficacement sur ces attaques et pour accorder des mesures de protection à ces femmes. Par conséquent, elles risquent leur vie et celle des membres de leur famille en menant leur travail légitime et important de défenseures des droits et de l’environnement.

Cependant aujourd’hui nous pouvons agir ! Le Président Moreno s’est engagé en 2017, lors de sa campagne présidentielle, à protéger ces femmes courageuses. La Procureure générale, Diana Salazar, investie en 2019, s’est également publiquement engagée à restructurer l’institution et à faire de la défense des droits humains l’une de ses priorités.

Le 09 août prochain, journée internationale des droits des peuples autochtones, le Collectif des Femmes amazoniennes remettra au Président et à la Procureure générale cette pétition. Nous avons un mois pour collecter un maximum de signatures et ainsi faire pression sur les autorités équatoriennes pour qu’elles rendent justice et protègent efficacement ces femmes défenseures ! A vous de jouer !

JE SIGNE LA PÉTITION : https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/petitions/justice-et-protection-pour-les-amazoniennes-qui-defendent

Le travail de défense des droits humains liés à l’environnement est l’une des formes de militantisme les plus dangereuses qui peut avoir des conséquences mortelles. Selon l’ONG Global Witness, en 2017 – la dernière année pour laquelle elle dispose de statistiques- 207 défenseurs de l’environnement ont été tués pour avoir défendu leurs terres, la vie sauvage et les ressources naturelles. En 2017, la grande majorité d’entre eux vivaient en Amérique du Sud, qui est ainsi pour ces défenseurs la plus dangereuse région du monde.

Pourquoi c’est le moment d’agir ?

Depuis sa création, le collectif de Femmes d’Amazonie fait appel à l’État équatorien afin qu’il mette fin aux activités mortifères des sociétés pétrolières et minières opérant sur les territoires ancestraux de leurs communautés. Le collectif s’est notamment fait connaître en 2013 avec l’organisation d’une série d’actions d’interpellation pacifique à travers le pays (marches, sit-in, etc.) pour empêcher une compagnie pétrolière de s’installer sur un territoire occupé par deux communautés indigènes (Tagaeri et Taromenane) en isolement volontaire. L’administration Correa, l’ancien Président d’Equateur, a organisé un « lynchage public » de ces femmes, afin de décrédibiliser leur mouvement et par conséquent la cause pour laquelle elles se battaient. Le changement de rhétorique, et les promesses répétées de la nouvelle administration du Président Moreno de protéger les défenseurs des droits humains, représentent une occasion unique d’exiger que ses promesses se traduisent en actes concrets.

Jugée « non productive », la forêt amazonienne va être dévastée par le Brésil pour être urbanisée

juin 21, 2019

C’est une nouvelle terrible pour l’environnement. En place depuis moins d’un mois, le gouvernement de Bolsonaro a annoncé la mise en place d’un vaste plan d’urbanisation visant à assurer le développement économique de la région amazonienne, qu’il juge « désertique et improductive ».

La suite sur : https://dailygeekshow.com/bresil-amazone-amazonie-environnement-deforestation/

Déjà au bord du gouffre, faisons donc un grand pas en avant ! Crevons mais la bouche emplie de billets de banque.

Comment des entreprises européennes sont liées à la déforestation illégale de l’Amazonie

avril 28, 2019

par Mathilde Dorcadie

La déforestation de la forêt amazonienne s’intensifie, comme les violations contre les droits des peuples autochtones qui y vivent, cibles du gouvernement d’extrême droite brésilien. Un rapport publié le 25 avril par l’organisation Amazon Watch accuse des entreprises européennes et nord-américaines de participer indirectement à la destruction de la forêt amazonienne, milieu de vie des communautés autochtones et indispensable à l’équilibre climatique planétaire. En cause : les rapports commerciaux que ces compagnies et investisseurs continuent d’entretenir avec des entreprises brésiliennes pourtant condamnées pour déforestation illégale.

La suite sur : https://www.bastamag.net/Comment-des-entreprises-europeennes-sont-liees-a-la-deforestation-illegale-de-l

Au Brésil, des Indiens prennent les armes pour sauver l’Amazonie

octobre 28, 2018

par Agnès Gautheron

Dans l’Etat du Maranhão, l’un des plus touchés par les feux et l’exploitation forestière illégale, les « gardiens » effectuent des patrouilles nocturnes pour expulser les bûcherons.

La suite sur : https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2018/10/27/au-bresil-des-indiens-prennent-les-armes-pour-sauver-l-amazonie_5375376_4497186.html

« Si je devais assumer [la présidence], l’Indien n’aura plus un centimètre de terre », promettait Jair Bolsonaro le 2 février 2018.