Posts Tagged ‘Frédéric Lordon’

« Les connards qui nous gouvernent »

mars 20, 2020

par Frédéric Lordon

Bien sûr ça n’est pas moi qui le dis — ça non. C’est Claude Askolovitch. Plus exactement, Claude Askolovitch rapporte les propos d’un « ami pneumologue ». En même temps, on sent qu’il les endosse un peu. Ça n’est pas exactement lui qui le dit mais un peu comme si quand même. En tout cas, tous les papiers de la respectabilité sont dûment tamponnés : un journaliste de France Inter et d’Arte, on pourra difficilement plus en règle. Et donc tout d’un coup, sans crier gare, le voilà qui parle, ou laisse parler, de nos gouvernants comme de « connards ».

La suite sur : https://blog.mondediplo.net/les-connards-qui-nous-gouvernent

Des « petits rats » et du journalisme selon Ariane Chemin

février 4, 2020

Résumé des épisodes précédents : le 24 décembre, vingt-huit danseuses du corps de ballet de l’Opéra de Paris dansent un extrait du Lac des cygnes sur le parvis de Garnier devant une foule enthousiaste, en expression de leur participation au mouvement de grève contre la loi sur les retraites. Quelques semaines plus tard, dans un article du Monde, ça donne ça :

La suite sur : https://blog.mondediplo.net/des-petits-rats-et-du-journalisme-selon-ariane

A propos des « vermines » (et en soutien à Gaspard Glanz)

avril 23, 2019

par Frédéric Lordon

Dans le monde renversé, et délirant, du néolibéralisme fascistoïde, les offenses en mots ont plus de réalité que les offenses aux corps. Des mains sont arrachées, des yeux éclatés, des vies brisées, et cependant personne n’a encore traité de « vermines » Macron, Castaner et Nunes qui donnent les ordres. Doublement vermines, dirait-on si l’on allait par-là, qui, dans des scènes proprement dystopiques, se rendent dans les écoles pour expliquer aux enfants qu’on ne tire qu’au torse et aux bras – pendant qu’ils laissent viser les têtes.

La suite sur : https://lundi.am/A-propos-des-vermines-et-en-soutien-a-Gaspard-Glanz

https://www.legrandsoir.info/le-journaliste-sans-carte-a-dit-la-verite-il-doit-etre-execute.html

Politique post-vérité ou journalisme post-politique ?

novembre 22, 2016

par Frédéric Lordon

Un système qui, le lendemain de l’élection de Donald Trump, fait commenter l’événement par Christine Ockrent — sur France Culture… — et le surlendemain par BHL interviewé par Aphatie, n’est pas seulement aussi absurde qu’un problème qui voudrait donner des solutions : c’est un système mort.

La suite sur : http://blog.mondediplo.net/2016-11-22-Politique-post-verite-ou-journalisme-post

Les temps modernes

avril 8, 2016

http://blog.mondediplo.net/2016-04-07-Les-temps-modernes-1-2

Il est grand temps de se désintoxiquer de l’idéologie des « compétents », dont l’incompétence est pourtant spectaculairement démontrée jour après jour. (Frédéric Lordon)

février 22, 2016

Le crépuscule d’une époque

juillet 8, 2015

par Frédéric Lordon

C’est une photo comme il y en a des milliers, certaines sympathiques, d’autres grotesques : un selfie. Deux ahuris font un selfie, regards béats et satisfaits. Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Ils sont visiblement très contents de leur coup, « on va le mettre sur Twitter pour les faire chier ».

La suite sur : http://blog.mondediplo.net/2015-07-07-Le-crepuscule-d-une-epoque

L’euro, ou la haine de la démocratie

juin 29, 2015

par Frédéric Lordon

Forcément, ça leur a coupé la chique. Qu’on puisse jouer la carte de la démocratie, c’est la chose qui est maintenant tellement hors de leur entendement qu’elle les laisse toujours sidérés, pantois et démunis. Vraiment, à cet instant, on aurait voulu voir leurs têtes, mâchoires décrochées comme des tiroirs de commodes fraîchement cambriolées : Sapin, Hollande, Moscovici, leurs experts organiques, leurs journalistes de propagande, tous ceux qui n’ayant que la « modernité » à la bouche se sont si constamment efforcés d’en finir avec le peuple, pénible démos, et pénible démocratie quand il lui vient à l’idée de ne pas se contenter de valider ce qui a été décidé pour elle. Mais c’est une némésis et personne n’y pourra rien : il vient toujours un moment où la politique chassée par la porte revient par la fenêtre. Plus elle a été chassée obstinément d’ailleurs, et plus ses retours sont fracassants.

La suite sur : http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie

https://oulaviesauvage.wordpress.com/2015/06/29/nous-navons-peur-que-de-la-peur-alexis-tsipras-au-peuple-grec-28-juin-2015/

« Le peuple est le seul sur lequel nous puissions compter pour préserver notre liberté. » (Th. Jefferson)

D’un retournement l’autre.

mai 31, 2012

 

Lecture-spectacle du texte de

Frédéric LORDON
 

 

D’un retournement l’autre : comédie sérieuse sur la crise financière en trois actes et en alexandrins.

 

Par le Théâtre des Rues

 

Samedi 2 juin à 20h00

à Barricade – 21 rue Pierreuse – Liège

 

Lessivés par la crise des désormais « subpraïmes » (sic) les banquiers s’apprêtent à sonner à la porte de l’Etat pour lui demander de mettre la main au porte-monnaie… avant que le résultat de leurs acrobaties ne fasse exploser les dettes publiques et ne conduise à la rigueur pour tous – pour tous sauf pour eux.

Peut-être fallait-il l’ambivalence d’un vers qui convient à la tragédie aussi bien qu’à la comédie pour saisir et la déconfiture d’un système aux abois et l’acharnement bouffon de ses représentants à le maintenir envers et contre tout. Mais un retournement peut en cacher un autre. Et celui des marchés annoncer celui du peuple.

Frédéric Lordon, sociologue, membre du collectif Les économistes attérés, directeur de recherche au CNRS, s’empare du théâtre pour nous donner un texte d’une intelligence joyeuse, implacable, et qui donne de la crise financière une lecture évidente, féroce et jubilatoire. Un texte où se télescopent « la langue du théâtre classique avec tout son univers de raffinement grand siècle, et (celle de) l’absolue vulgarité du capitalisme contemporain (…) » !

La lecture-spectacle est assurée par sept comédiens-militants du Théâtre des Rues : Daniel Adam, Paul Biot, Alixe Constant, Jacques Dapoz, Jean Delval, Citlalli Ramirez Mauroy, Danièle Ricaille.

 

Prix : 5€

Réservation souhaitée : 04/222.06.22 ou info@barricade.be

Une soirée organisée conjointement par Barricade et le CADTM.  

 

Barricade asbl, centre culturel en résistance
19-21 rue Pierreuse, B-4000 Liège
04/222.06.22 – http://www.barricade.be