Posts Tagged ‘guerre’

Lanceur d’alerte menacé par les services secrets

février 26, 2020

Pour honorer la mémoire des 23 héros du groupe Manouchian tombés sous les balles nazies le 21 février 1944

février 22, 2020

par Coordination nationale de l’UJFP

Il y a 74 ans, le 21 février 1944 au matin, les 23 résistants étrangers du groupe FTP-MOI (Francs-Tireurs et Partisans – Main d’œuvre immigrée) tombaient sous les balles nazies au Mont Valérien.

La seule femme du groupe – Olga Bancic – 32 ans était transférée en Allemagne, décapitée le 10 mai 1944 à Stuttgart.

La suite sur : http://ujfp.org/spip.php?article7691

Et : http://lescenobitestranquilles.fr/2020/02/laffiche-rouge-2/

Pour ce qui est des arrestations, sévices et torture le régime colonial israélien n’est pas en reste : http://ujfp.org/spip.php?article7689

Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45, leurs travaux sont menacés

février 4, 2020

par Jean-Marc Berlière

Jean-Marc Berlière, professeur d’histoire contemporaine et spécialiste de la police française, s’inquiète de la fermeture des archives de la défense. Dans ces conditions, les historiens ne peuvent accéder aux fonds concernant la Seconde Guerre mondiale.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/les-historiens-n-ont-plus-acces-aux-archives-de-39-45-leurs-travaux-sont-menaces.html

L’extrême droite collaborationniste belge complice d’Auschwitz

février 2, 2020

MÉCANISME GÉNOCIDAIRE – À l’occasion du 75e anniversaire de la libération par l’Armée rouge soviétique du camp d’extermination d’Auschwitz, Le Journal de RésistanceS sort de ses archives un document édifiant. Il démontre la participation de collaborationnistes belges francophones d’extrême droite au génocide des juifs, commis par l’Allemagne nazie – RETOUR DANS L’HISTOIRE NOIRE DE LA BELGIQUE

La suite sur : http://resistances-infos.blogspot.com/2020/01/lextreme-droite-collaborationniste.html

http://resistances-infos.blogspot.com/2020/01/auschwitz-extermination-dun-peuple.html

Non à la guerre contre l’Iran ! Rassemblements samedi en France et dans le monde

janvier 23, 2020

Des centaines de rassemblements sont programmés samedi 25 janvier dans le cadre de la Journée Mondiale « Non à la guerre contre l’Iran » avec, pour la France, des rendez-vous notamment à Paris, Rennes, Grenoble, Epinal…

A Paris, à l’initiative, notamment, du Collectif « Ni Guerres ni Etat de Guerre » (CNGEG) et du Mouvement de la Paix, le rassemblement se tient entre 14 heures et 17 heures à la Fontaine des Innocents (M°/RER Châtelet/les Halles).

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article782

Cinq leçons de la confrontation Etats-Unis/Iran

Emir Kusturica : « Je passe pour un imbécile romantique parce que je rejette la guerre »

décembre 31, 2019

Devil in the Business Class

« La guerre fait partie intégrante d’un système de valeurs : de la guerre vers le capital jusqu’au profit, tout tourne dans les mêmes cercles. » Le célèbre cinéaste évoque son film « Underground » (Palme d’Or à Cannes en 1995) comme un extraordinaire révélateur du monde contemporain. Dans cet entretien, Emir Kusturica analyse ce que l’Occident, dans les coulisses et les médiamensonges, a fait de son pays, la Yougoslavie.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/emir-kusturica-je-passe-pour-un-imbecile-romantique-parce-que-je-rejette-la-guerre/

Bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki: 75 ans d’hypocrisie

décembre 26, 2019

Une opinion de Christophe Wasinski, chercheur au Centre Recherche et Études en Politique internationale (REPI) de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université Libre de Bruxelles (1) (2).

En août 2020, cela fera 75 ans que l’avion Enola Gay bombarda la ville d’Hiroshima. Alors que des commémorations sont prévues, le discours « deux poids, deux mesures » des chefs d’État sur les armes nucléaires vide les hommages de leur sens.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/bombardements-nucleaires-d-hiroshima-et-de-nagasaki-75-ans-d-hypocrisie-5e04bb5f9978e272f976e5e5

En Belgique il y a de l’argent pour les « va-t-en guerre » de l’Otan

novembre 28, 2019

Le pourcentage de la Belgique dans le budget total de l’Otan est passé de 1,95% à 2,10%, a-t-on appris jeudi de sources diplomatique et gouvernementale. Sur la période 2021-2024, cela représente 3,5 millions d’euros en plus pour le pays chaque année.

La suite sur : https://www.lalibre.be/international/europe/la-part-de-la-belgique-dans-le-budget-de-l-otan-revue-a-la-hausse-5ddfee479978e272f93cdf86

Maudite soit la guerre… par Livingstone

novembre 14, 2019

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article42459

11 novembre

novembre 3, 2019

Adieu Broutille

Le dernier assaut

Au ravin des enfants perdus

Lettre à un poilu

Les lettres

Aux froussards
qui ne veulent pas qu’on les transforme en chair à boudin
Aux tendres
Aimant leur amoureuse et leurs petiots plutôt que la patrie
Aux non violents
incapables d’étriper leurs frères
Aux sages
qui volent au-dessus des guerres et des caprices
Aux insoumis et indomptables
qui ne s’aligneront jamais derrière toute idée imposée
Aux anars
n’appartenant à personne
A la liberté
qui vaut autant que la fidélité
Au sourire des hommes vivants
A la mémoire de ceux qui sont mort tristement.

(Le poète F.)

Mutins de 1917

« Des légions d’hommes frappés dans leur chair pour la plus grande gloire de banquiers, ministres, généraux, agents de change et autres pères de la patrie, étaient restés mutilés et handicapés à vie au nom de la liberté, de la nation, de la race et du drapeau. » (Carlos Ruiz Zafon – Marina)

« Comme quoi les seuls vaincus de cette guerre, comme de toutes les guerres, ce sont les morts, tous les morts. » (Roger Crouquet)

« La guerre serait un bienfait si elle ne tuait que les professionnels. » (Prévert)

Dernière lettre à ma femme

Anna Coleman Ladd, réparatrice des gueules cassées

Née en 1878 aux Etats-Unis, Anna Coleman Ladd étudie les arts plastiques en Europe et s’initie à la sculpture. Elle s’installe ensuite à Boston et acquiert une certaine notoriété : une de ses oeuvres sera présentée à l’Exposition universelle de San Francisco en 1915.
Lors que son mari, médecin, est envoyé au front en 1917, Anna Coleman Ladd l’accompagne en France. Elle y sera responsable d’un atelier parisien de la Croix-Rouge à la mission bien particulière : il s’agit de rendre un visage aux « gueules cassées ». C’est ainsi qu’étaient rudement nommés les survivants défigurés de la Première Guerre Mondiale.
Anna Coleman Ladd élabore une technique innovante pour l’époque et inspirée d’un atelier londonien. Elle effectue d’abord un moule en plâtre du visage du blessé dont elle comble les espaces lésés. Pour ce faire, elle s’inspire d’anciennes photographies et tente de synthétiser les expressions faciales.
Le résultat final est galvanisé de cuivre et peint dans des gammes colorées reproduisant la teinte de la peau.
Si certains masques couvrent l’entièreté du visage ils se limitent généralement à camoufler les lésions les plus importantes.
Le travail est long et minutieux mais le résultat en vaut la peine : sans pouvoir effacer les traumatismes laissés par la guerre le talent d’Anna Coleman Ladd et son investissement contribuent à soulager les mutilés.
Certains d’entre eux, qui jusqu’alors vivaient cachés, trouvèrent la force de réintégrer leur foyer et une certaine forme de vie sociale.
Anna Coleman Ladd quitte la France en 1919 lors de la fermeture de son atelier.
Elle reprend son activité à Boston.
Elle recevra en 1932 le grade de « Chevalier » de la Légion d’honneur. Elle décède sept années plus tard en Californie.

(A.R. – Axelle 223 – novembre 2019)

Dites-moi

« Nous étions déjà tous perdants, même avant d’avoir commencé. Vaincus, dès le départ, de ne pas avoir su ne pas faire la guerre. »

« La notion de vainqueur était pour le moins discutable : uniquement des morts, des croix, des terres ravagées par les obus, des anonymes massacrés dans des cris de douleur ne permettant pas de distinguer la nationalité. »
(Carnet de route – M. Lopez)

« Il n’est de héros dans la guerre, que ceux qui n’ont pas cédé au stupide vertige collectif, à la folie des personnifications, à l’atroce obéissance. »
(Clavel soldat – Léon Werth)