Posts Tagged ‘homme’

Voilà pourquoi cet homme n’aide pas sa femme à la maison…

février 8, 2017

Andrea Bravo ne pensait pas à ce que son post facebook passe à une telle postérité quand il a décidé de parler de sa philosophie de vie à la maison avec sa compagne. Son message : « Je n ‘aide pas ma femme ». On vous voit déjà ouvrir de grands yeux.

La suite sur : http://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/voila-pourquoi-cet-homme-n-aide-pas-sa-femme-a-la-maison-589add5fcd702bc3190fa7d4

Sois belle et tais-toi

février 3, 2017

par Maria Udrescu

La représentation du corps féminin dicte les comportements sociaux et s’impose dans les rapports de force. Dans l’espace public, au travail, dans les relations amoureuses. “On est tous rappelés à nos genres”, explique Eléonore Lépinard, spécialiste des mouvements féministes. S’il n’est pas possible d’échapper à son genre – et aux codes implicites qui y sont liés –, la solution serait donc de l’assumer, d’en faire, même, un outil pour exister en société.

La suite sur : http://www.lalibre.be/light/societe/sois-belle-et-tais-toi-58934d84cd70e747fb7a1cff

LA FRIENDZONE l ’ enclos imaginaire du mâle éconduit

janvier 31, 2017

par Virginie Gérouville

L’ensemble des productions de la société du spectacle, mieux connue sous son appellation anglophone Entertainment, a pour but de divertir. Cela fonctionne tant et si bien qu’une véritable Pop culture2 est née et continue à fédérer et rassembler les gens, les fans autour de certains sujets, d’un patrimoine culturel connu et partagé. Ces productions –
films, séries, émissions de télévision – utilisent des schémas narratifs précis, exploitent des notions, idées, clichés dans lesquels une large part de la population se reconnaît. Pour le meilleur, mais aussi mal-
heureusement pour le pire. C’est notamment le cas avec la Friendzone.
Ce qui était au départ une gentille blague destinée à taquiner un pote est rapidement devenue un concept à part entière renforçant des stéréotypes de genre et menant à des comportements et actions violentes.

La suite sur : http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2016-la_friendzone.pdf

Une maille à l’endroit, une maille à l’envers …

janvier 30, 2017

Au Chili, les hommes tricotent dans la rue pour en découdre avec le sexisme.

par Jacques Besnard

La suite sur : http://www.lalibre.be/light/insolite/au-chili-les-hommes-tricotent-dans-la-rue-pour-en-decoudre-avec-le-sexisme-58862451cd70e747fb5274ea

Depuis les années cinquante, mon papa, ouvrier ajusteur-régleur, faisait des napperons en crochet d’art, il s’est ensuite mis au tricot, chaussettes, bonnets, gants et gros pulls « irlandais ».

Le mythe des hommes battus. Déconstruction d’une rhétorique masculiniste.

juillet 7, 2016

Entre la sortie du livre de Maxime Gaget en février, Ma compagne mon bourreau, et le procès de Jacqueline Sauvage en décembre [1], la ritournelle de l’année 2015 aurait pu être « hommes battus, femmes violentes [2] ». Les avancées matérielles et idéologiques des masculinistes [3] sont réelles sur ce terrain. Il s’agit pour eux de contester les ressources institutionnelles et économiques conquises par les luttes féministes ; mais aussi de renverser les analyses féministes du système patriarcal en présentant les hommes [4] comme victimes d’un phénomène selon eux massif et tabou : les violences conjugales exercées par les femmes [5].

La suite sur : http://lmsi.net/Le-mythe-des-hommes-battus

Quand le grand patron Fernand Huts veut expliquer aux femmes ce qu’elles doivent faire (ou pas)…

juin 19, 2016

par Eefje GoosenMaartje De Vries

L’homme ne serait bon qu’à entreprendre et la femme le détournerait de son but à cause de son envie de passer du « bon temps ensemble ». Voici la vision du monde du grand patron Fernand Huts qui a choqué beaucoup de femmes et d’hommes en Flandre ces derniers jours. Décryptage de cette vision archaïque de la femme… et de l’homme.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/quand-le-grand-patron-fernand-huts-veut-expliquer-aux-femmes-ce-qu-elles-doivent-faire-ou

Beste Dinausorus : http://www.lalibre.be/debats/opinions/amities-a-votre-epouse-j-ai-du-repassage-a-faire-57695e3935708dcfedb41b59

Au carnaval de Binche, des femmes face aux masques

mars 25, 2016

par Jennifer Lavallé  

La petite ville de Binche en Belgique, dont le carnaval est reconnu « chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » par l’UNESCO, perpétue des traditions ancestrales et festives qui ne sont pas sans interroger la place accordée aux femmes. Une fête millénaire où le roi de paille, le Gille, est toujours un homme, jamais sa femme, quoique cette dernière y occupe une place essentielle, dans l’ombre de son homme costumé. Le documentaire Femmes de Gilles, réalisé fin 2015 par Vincent Matyn-Wallecan et Mélanie Godin, questionne le folklore carnavalesque à la lumière du féminisme.

La suite sur : http://syntone.fr/au-carnaval-de-binche-des-femmes-face-aux-masques/

!!!!!

février 5, 2016

par Eefje Goossen  

Fin 2014, une femme était violée par un animateur d’Urgent.fm, une radio locale gantoise. Cela a commencé par un baiser consenti. Mais lui, voulant plus, n’en est pas resté là. A huit reprises, la femme a refusé, ce qui n’a pas empêché l’homme de la violer. Ce 3 février, le violeur est sorti du tribunal sans peine ni casier judiciaire.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/le-viol-amical-ca-n-existe-pas

http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_itemId=981875#_ga=1.149557302.167599090.1449421402

 

L’homme ne descend pas du singe, il descend plutôt du mouton. (Damien Saez)

décembre 1, 2015

Crédo

novembre 23, 2015

Lucien Jacques

Je crois en l’homme cette ordure,
Je crois en l’homme ce fumier,
Ce sable mouvant, cette eau morte.
Je crois en l’homme, ce tordu,
Cette vessie de vanité.
Je crois en l’homme, cette pommade,
Ce grelot, cette plume au vent,
Ce boute-feu, ce fouille-merde.
Je crois en l’homme, ce lèche sang.
Malgré tout ce qu’il a pu faire
De mortel d’irréparable.
Je crois en lui
Pour la sûreté de sa main,
Pour son goût de la liberté,
Pour le jeu de sa fantaisie.
Pour son vertige devant l’étoile,
Je crois en lui.
Pour le sel de son amitié
Pour l’eau de ses yeux, pour son rire,
Pour son élan et ses faiblesses.
Je crois à tout jamais en lui
Pour une main qui s’est tendue.
Pour un regard qui s’est offert.
Et puis et avant tout
Pour le simple accueil d’un berger.