Posts Tagged ‘houre’

Le carnaval à Bassenge : Nos estons Houres à Bassindje…

février 2, 2020

La tradition : Les houres

Depuis très longtemps, les citoyens de Bassenge se déguisent en Houre à l’occasion du carnaval.
Le Houre se définit par une longue robe noire appelée le « domino » agrémentée d’une capuche pointue nommée la « tutute ».
La journée il s’amuse à taquiner les passants et à leur noircir le visage à l’aide d’une « loque » enduite de cirage.
En soirée, ils font « ribote ».

Les temps forts.

Le carnaval de Bassenge commence le premier jeudi qui suit le 2 février, jour de la chandeleur.
Il dure jusqu’au mercredi des cendres.
Tous les jeudis entre la chandeleur et le mercredi des cendres sont appelés les « jeudis gras ».
En journée les Houres, masqués, noircissent les passants.
En soirée, les habitants se masquent soit en Houre soit en différents costumes des plus originaux. Ils parcourent les maisons du village dans une ambiance joyeuse et festive.
Se déroule alors un jeu entre hôtes et masqués.
L’hôte doit deviner qui se cache sous le masque pour ensuite lui offrir à boire (souvent du pèket, aromatisé ou non).
De puis plusieurs années, le dimanche de carnaval est dédié à un cortège de chars et de groupes pédestres suivi d’une soirée dansante.
Le lundi et le mardi gras, les Houres parcourent les rues du village s’invitant dans les maisons.

Programme du carnaval 2020

Jeudi 06 février : carnaval de rue.

Jeudi 13 février : Marche des Houres aux flambeaux. Départ du Canotier à 20h30

jeudi 20 février : carnaval de rue
dès 22h00, au Canotier, soirée carnavalesque animée par Events.

Dimanche 23 février : ouverture du Canotier dès 10h30
Grand cortège carnavalesque. Départ rue de la Paille à 14h30. Rentrée du cortège vers 18h. Soirée animée par Mégalight. Ambiance carnavalesque assurée.

Lundi 24 février : carnaval de rue
A 18h00, traditionnelle potée au chou organisée par le centre culturel de Bassenge.

Mardi 25 février : carnaval de rue
Ouverture du Canotier dès 13h00 pour la meilleure tartiflette du carnaval !
Dès 21h30, bal masqué de clôture « Les deux font la paire » animé par Mégalight. Election de la meilleure paire de masquésà 23h. 2 boissons offertes par paire.

Lieu principal : La Passerelle, Chemin du tram, n°1 à Bassenge.

Pour des infos : carnavalbassenge@gmail.com
Fraikin Lucille 0478/59.87.63

Programme du carnaval 2019 en Vallée du Geer

février 1, 2019

http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2019/02/01/vallee-du-geer-carnaval-2019-demandez-le-programme-272505.html

Les « Houres » de Bassenge

Le carnaval noir d’Eben-Emael

Conseil communal, carnaval, Bassenge, folklore

février 18, 2014

par Roger Wauters

Si parmi les nombreuses traditions folkloriques de Bassenge il en est bien une qui mérite la palme de l’autodérision, c’est celle qui consiste à noircir les badauds lors du Carnaval.

La suite sur : http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/02/18/le-scoop-bassenge-ils-ont-ose-des-groupes-masques-ont-noirci-100140.html#comments

CARNAVAL A BASSENGE

février 2, 2014

Jeudi 6 février

20h : au Canotier : réunion des groupes participant au cortège

Jeudi « gras » 13 février

21h30 : ouverture du Canotier avec animation musicale

Jeudi « gras » 20 février

20h : Passerelle : départ de la MARCHE AUX FLAMBEAUX organisée par l’A.J.A.B.

Jeudi « gras » 27 février

Carnaval de rue et animation musicale au Canotier (dès 21h)

Dimanche 2 mars

GRAND CORTEGE CARNAVALESQUE
Départ 13h30 rue de la Paille
Animations tout au long du cortège
Rentrée vers 18h30 (Passerelle) suivie d’une soirée dansante animée par MEGALIGHT , ambiance exclusivement carnavalesque assurée.
Ouverture du Canotier dès 10h30

Lundi « gras » 3 mars

Dès 15h, MARCHE DES HOURES dans les rues du village

A 19h : traditionnelle potée aux choux organisée par le Centre Culturel de Bassenge. Animation musicale.

Mardi « gras » 4 mars

A 12h : tartflette

Après-midi : Carnaval de rue

Dès 20h : Bal de cloture animé par Mégalight

Horaire du bus local : http://bassenge.be/actualites/horaire-bus-carnaval-2014.pdf

Carnaval 2013 à Bassenge.

janvier 22, 2013

Samedi 26 janvier Salle La Passerelle
GRANDE SOIREE D’OUVERTURE DU CARNAVAL DE LA VALLEE DU GEER :
« UNITED COLOURS OF CARNAVAL

Ouverture des portes : 19h. Animée par le D.M.A Band en grande formation et D.-J. Mégalight
Ambiance et surprises assurées ! Entrée gratuite, venez tous déguisés et « colorés ».

Jeudi 7 février dès 21h30, au Canotier, SOIREE CARNAVALESQUE animée par Even’s

Dimanche 10 février : GRAND CORTEGE CARNAVALESQUE
Ouverture du canotier dès 10h30

Départ à 13h30 rue de la Paille
Animations tout au long du cortège.
Rentrée vers 18h30 suivie d’une SOIREE DANSANTE animée par Mégalight Ambiance exclusivement carnavalesque assurée.

Lundi 11 février : CARNAVAL DE RUE
En journée, ouverture du Canotier
Dès 15h, sortie musicale dans les rues du village, accompagnée des Houres avec animations aux haltes.
A 19h, TRADITIONNELLE POTEE AUX CHOUX organisée par le Centre Culturel de Bassenge. Animation musicale.

Mardi 12 février : CARNAVAL DE RUE
Ouverture du Canotier dès 13h
Dès 20h,
BAL DE CLOTURE animé par Mégalight
Dès 22h, tous les Bassengeois sont invités à la cérémonie d« Adieu au Houre » mascotte de notre carnaval.

Une ancienne vidéo très intéressante à propos du carnaval noir d’Eben-Emael sur : http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2013/01/22/carnaval-bassenge-soiree-d-ouverture-des-festivites-carnaval.html

http://archives.sudpresse.be/eben-emael-carnaval-les-ho%FBres-patrimoine-immateriel_t-20120125-H3MJL6.html?queryand=bassenge&firstHit=0&sort=datedesc&by=20&when=-1&pos=0&all=0&nav=0

Selon d’autres souces – « les « Houres » sont étroitement liés à une autre activité artisanale de notre région : le travail du tuffeau. En wallon, le mot « Houre » désignait l’envers de la scie dont se servaient les « blocteux », ces ouvriers qui s’occupaient du transport des blocs de tuffeau. Les habitants se moquaient de ces fameux « blocteux « parce que la poussière qui leur couvrait le visage leur donnait un teint blanchâtre. alors, en guise de vengeance, les « blocteux » prirent l’habitude de « noircir » ceux qui se moquaient d’eux. C’est sans doute en souvenir de cette époque lointaine que les habitants de la Vallée se « noircissent » non sans une certaine allégresse. »
(Stephan Defresne – texte composé à partir des informations recueillies par Jean-Claude Simon et José Humblet (Echevin de la Culture)

Vallée du Geer : mais d’où vient donc cette tradition des carnavals ?

février 2, 2012

Les origines, c’est du côté d’Emael et de son carnaval noir des Hoûres qu’il faut aller chercher la réponse.

Et sur : http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2012/02/02/vallee-du-geer-mais-d-ou-vient-donc-cette-tradition-des-carn.html

Autre explication :

D’après Stephan Defresne (informations recueillies par Jean-Claude Simon et José Humblet) , les « Houres » seraient étroitement liés à une activité artisanale de notre région : le travail du tuffeau, matière avec laquelle on construisait la plupart des maison d’Eben-Emael, avant la dernière guerre mondiale.

En wallon, le mot « houre » désignait l’envers de la scie dont se servaient les « blocteux », ces ouvriers qui s’occupaient de transport des blocs de tuffeau.

En fait les habitants se moquaient de ces fameux « blocteux » parce que la poussière qui leur couvrait le visage leur conférait un teint blanchâtre. Alors en guise de vengeance, les « blocteux » prirent l’habitude de « noircir » ceux qui se moquaient d’eux.

A vous de choisir.

 

Décision de reconnaissance du « Carnaval des Hoûres d’Eben-Emael », en tant que chef-d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de la Communauté française.

Dans le courant du mois de novembre 2011, suite aux démarches entreprises depuis longtemps par Nicole et Freddy Close de l’ASBL Musée d’Eben, le gouvernement de la Communauté française a décidé de reconnaître comme chef-d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de la Communauté française le « Carnaval des Hoûres d’Eben-Emael » en raison des critères de classement suivants :

– il s’agit d’une tradition intergénérationnelle de plus de 100 ans d’âge, qui reste vivante à Eben, à Emael, mais aussi à Wonck et à Bassenge.

– il s’agit d’un rare carnaval privé qui subsiste, animé par des individus et pas par des sociétés.

– les habitants maintiennent la tradition ancienne des sorties tous les jeudis, depuis la chandeleur jusqu’au mercredi des cendres.

– le déguisement traditionnel des hoûres, en particulier « la pèce », s’est maintenu et s’est augmenté de nouvelles variantes. Ces déguisements continuent à être fabriqués à partir de vêtements de récupération, à la différence des costumes uniformes des groupes carnavalesques.

– les masqués pratiquent « l’intrigue » : ils profitent de l’anonymat conféré par leur costume pour provoquer et moquer les individus et les institutions.

Ceci consacre une tradition « Le Carnaval noir » qui mérite d’être perpétuée et est un encouragement aux groupements locaux jeunes et moins jeunes afin qu’il continuent comme par le passé à entretenir une tradition si originale et unique en Belgique.

 

Carnaval à Bassenge : dates à retenir.

janvier 31, 2011

Jeudi « gras » 3 février  

En soirée, ouverture du Canotier avec réunion des groupes du cortège et ambiance carnaval.

Jeudi « gras » 10 février  

En soirée, ouverture du Canotier et ambiance carnaval.

Jeudi « gras » 17 février   

Soirée d’émancipation des femmes. Uniquement les femmes masquées. Une boisson gratuite. Ambiance carnaval.

Jeudi « gras » 24 février   

Marche des Houres, organisée par l’AJAB. Ouverture du Canotier, ambiance carnaval.

Jeudi « gras » 3 mars  

Montée du Houre géant Alex, avec fanfare. Animation spéciale carnaval au Canotier.

Dimanche 6 mars  

Grand cortège carnavalesque (départ 13h30 rue de la Paille)

– restauration (dès 18h30 à La Passerelle) 

– soirée carnaval avec DJ MEGALIGHT.  

Lundi « gras » 7 mars  

Ouverture du Canotier, carnaval de rues.

Dès 19h : soirée choux organisée par le Centre culturel, animation carnaval.

Mardi « gras » 8 mars   

Carnaval de rues, ouverture du Canotier.

Dès 20h : grande soirée carnaval

21h :  Descente du Houre géant  Alex, avec fanfare.

http://www.la-passerelle.org/

http://portfolio.sudpresse.be/main.php?g2_itemId=234901

Grand déstockage de costumes de carnaval à prix écrasés.  

Enfant : 1€ – adultes : 3€

Quand ? Les 5 et 12 février de 14h à 18h.

? Au Cercle Saint-Georges rue Lulay à Glons.

A vos masques !

janvier 18, 2010

Ouverture du carnaval.

Le samedi 30 janvier 2010 à partir de 19h30, Salle St. Georges à Eben.

BASSENGE

1er jeudi gras   le 4 février 2010

Soirée carnavalesque.

Dès 19h30, au Canotier , accueil et réunion avec les responsables des chars et des groupes.

Inscription au 04/286 10 64 (M. Seronvalle) et 04/286 36 44 (A. Debrus)

2 ième et dernier jeudi gras  

Dès 20h, au Canotier , Soirée carnavalesque animée par DJ.

A cette occassion, à 23h tous les Bassengeois sont invités à La Passerelle pour la traditionnelle cérémonie en fanfare et chanson d’ « Installation du Houre » mascotte du  carnaval.

Grand cortège carnavalesque  le dimanche 14 février

Ouverture du Canotier dès 10h30.

Départ du cortège à 13h30 rue de la Paille.

Animations tout au long du cortège.

Rentrée vers 18h30, suivie d’une soirée dansante animée par Megalight. Ambiance carnavalesque assurée.

Carnaval de rue. 

Lundi 15 février, dès 15h, sortie musicale dans les rues du village accompagnée des Houres.

                                        à 19h traditionnelle potée aux choux organisée par le Centre Culturel de Bassenge. Animation musicale surprise.  

Mardi 16 février. Ouverture du Canotier dès 13h.

Dès 20h, bal de clôture animé par Mégalight.

   A   22h, tous les Bassengeois sont invités à la cérémonie d’ « Adieu au Houre » mascotte du carnaval.

http://portfolio.sudpresse.be/main.php?g2_itemId=234914

https://rannemarie.wordpress.com/2009/02/01/bassenge-carnaval-2009/

http://www.rtc.be/content/view/1072/

BASSENGE – CARNAVAL 2009

février 1, 2009

Jeudi « gras »   5 février

20h : ouverture du Canotier avec ambiance carnaval.

Jeudi « gras »   12 février

20h : ouverture du Canotier et réunion des groupes participants au cortège du dimanche.

Jeudi « gras »   19 février

Ouverture officielle du carnaval de Bassenge.

Soirée dansante au Canotier aver DJ et montée en musique du Houre noir.

Dimanche 22 février

14 H : cortège carnavalesque

Rassemblement des chars pour 13h30

Dès 18h30 : restauration assurée en la salle La Passerelle et grande soirée animée par DJ MEGALIGHT – entrée gratuite.

Au Relais des Houres : grande soirée carnaval animée par DJ MARC

Lundi 23 février

15H : Sortie des Houres noirs

             Carnaval de rues et animation musicale du village.

Dès 19h : Souper au chou organisé par le Centre Culturel de Bassenge.

                    Ambiance musicale assurée par le célébrissime ENRICO

Au Relais des Houres

Grande soirée carnaval animée par DJ MARC

Mardi 5 février

Carnaval de rues

Dès 20h : grande soirée dansante animée par DJ MEGALIGHT – entrée gratuite

Descente en fanfare du HOURE NOIR

Au Relais des Houres : grande soirée de carnaval animée par DJ MARC

http://www.jsg.be/copmine/thumbnails.php?album=4

 

http://www.rtc.be/content/view/1072/

La vallée du Geer et spécialement le village d’Emael, dans l’entité de Bassenge, connaît au carnaval une effervescence toute particulière. C’est en effet dans le petit village limbourgeois actuellement rattaché à la province de Liège, que subsite bien vivant un carnaval dont l’origine remonte à la nuit des temps: il s’agit du carnaval noir, véritables richesses culturelles et folkloriques transmises de génération en génération.

Chaque année, bien avant la date du carnaval, les préparatifs vont bon train. Les « Houres » vivent dans les conversations de famille et animent les discussions de café. Enfin arrivent les jeudis-gras, avec ses « rouflades » (poursuites) et ses « rafles » (encerclement, guet-apens) dont le but est d’attraper les non-masqués pour tracer sur chaque joue un trait noir bien gras. Le soir « al sise » les « Houres » visitent les cafés où les taquineries se multiplient, mais aussi les maisons particulières où il n’est pas rare que les « Houres » se voient offrir une « fricassée » ou une « crasse eurye ».

Devant le danger de voir se modifier ces traditions populaires, les membres de la « Société Royale Sainte-Cécile » ont décidé de mettre tout en oeuvre pour maintenir ce patrimoine folklorique, en respectant strictement les us et coutumes lors des manifestations folkloriques qu’elle organise, et en particulier, les « sises ».

C’est ainsi que lors du dernier jeudi-gras, après une sortie musicale, conduite par la « Grande Houre » et accompagnée par des confréries amies, a lieu, dans la grande salle, l’intronisation de « nouvelles Houres » et la dégustation de « l’eureye a pîs d’pourcès » (pieds de porc et potée aux choux). La soirée se termine par un bal masqué rassemblant tous les amoureux du carnaval … et du « pèkèt des Houres ».

Vient ensuite le dimanche. Il est réservé aux déguisements plus élégants, rassemblés dans un cramignon dansant dans les rues, aux rythmes de l’harmonie Sainte-Cécile.

Dans un répertoire qui lui est propre, les « petites Houres » forment un « char » et entourent le géant qui leur distribue des confettis et autres cotillons. La journée se termine par un bal masqué.

Dès lundi, nous entrons dans le carnaval noir proprement dit : dès le levé du soleil, et cela jusqu’au couché de celui-ci, les « rouflades » vont bon train dans l’ensemble du village, ainsi que des « rafles ». En fin de journée, une sortie musicale crée l’ambiance dans les rues du village. Le mardi est semblable au lundi en tenant compte cependant du « réveil Tambours » dès sept heures du matin et ce jusqu’a midi. Midi, heure à laquelle une fricassée est dégustée dans la salle Sainte-Cécile. La journée se termine par un bal populaire de clôture. La Société a cru bon devoir reprendre en main les traditions, car des habitudes se prennent et risquent de modifier la tradition.

Le Comité des « Houres » s’est constitué et a cru bien faire en dotant les « HOURES DU CARNAVAL NOIR D’EMAEL » d’un costume unique. Il était grand temps de remettre à l’honneur cette « Belle Houre » habillée de l’imagination spontanée avec deux « cotes » trouvées dans un grenier, la tête couverte d’une « Tîklete » prise en douce dans la garde-robe, le visage étant caché par une « Gordenne » (vieux morceau de rideau). Les attributs seront quant à eux des « Stotchèt », un « ramon », une « vesseye » (vessie de porc) et une « Pèce » pour noircir. Devant une telle richesse culturelle et folklorique, la Société estime devoir se proter garante d’une telle tradition et tient à se faire la propriété intellectuelle du « CARNAVAL NOIR D’EMAEL ».

HISTORIQUE DU CARNAVAL NOIR DES HOURES D’EMAEL

Le carnaval noir des Houres d’Emael est sans doute l’un des plus anciens de Wallonie. Nos recherches nous conduisent jusqu’au 7éme siécle. En 633, par testament fait à Verdun, Grimon de Verdun léga le domaine d’Hédismalacja (ancien nom d’Emael) aux lépreux de Maastricht. Il y fut construit une maladerie pour accueillir ces malheureux.

Même isolé de la population, les ladres pouvaient circuler dans les rues du village à condition de se voiler le visage, de couvrir leur corps meurtri par les plaies et d’annoncer leur passage par des clochettes ou des crécelles. Effaryés, les villageois s’enfuyaient à leur approche. La lèpre, maladie trés contagieuse et incurable, se manifestait par des taches noires sur la peau et donc sur le visage. Cette épidémie dura près d’un demi-siécle. Enfin, la lèpre disparut, à la grande joie des Emaelois, mais il fallu plusieurs générations pour se libérer de ce cauchemar. Naïvement, nos ancêtres finirent par être convaincus d’avoir été les plus forts et d’avoir combattu victorieusement cette terrible épidémie.

Alors, ils s’en moquèrent en la méprisant. Puis, ils s’en amusèrent en imitant les lardes dans leur accoutrement qu’ils transformèrent en déguisement, mais aussi, en reproduisant sur leur visage, les stigmates de la maladie. Le jeu était créé, une tradition prenait naissance.

Une activité plus quotidienne pour notre région va confirmer la coutume de noircir. Notre sous-sol, constitué de tuffeau, a été exploité depuis la période romaine pour en extraire des blocs de construction. Les tailleurs de tuffeau,les « clocteux », sortaient de leur grotte, couverts d’une poussière blanchâtre qui les rendait cocasses. Les enfants s’en moquaient, les plus malicieux leur lançaient des quolibets. Pris au jeu et par contraste, les « clocteux », malgré leur fatigue les poursuivaient et leur noircissaient le visage. La taille du tuffeau se pratiquait surtout l’hiver, il n’est pas étonnant que les Emaelois faisaient commencer le carnaval, jusqu’il y a peu, dès le premier jeudi de janvier par les jeudis-gras des « p’tites Houres ».