Posts Tagged ‘industrie’

STOP SDHI

mai 13, 2022

La Commission européenne vient d’accorder un nouveau feu vert à l’industrie pour vendre en Europe du boscalid, un dangereux pesticide SDHI incriminé par des dizaines d’études scientifiques pour ses effets dévastateurs sur les abeilles, les vers de terre, les poissons et même la santé humaine…

… alors que la réévaluation obligatoire de sa toxicité sur la biodiversité est toujours bloquée pour la 5ème année consécutive !

Chaque année, depuis 4 ans, la Commission européenne accorde au géant de l’agrochimie BASF, l’autorisation de commercialiser des pesticides SDHI-tueurs d’abeilles à base d’une molécule dangereuse appelée boscalid…

Pour agir : https://action.pollinis.org/sign/stop-sdhi-fr/?t=2&akid=15201%2E752906%2EuzAexF

Pesticides : des autorisations trop complaisantes

avril 14, 2022

Par Paule Bénit, Pierre Rustin,

Les fongicides SDHI sont toxiques pour l’humain et la biosphère, même en très faibles quantités. Les autorisations de mise sur le marché de ces pesticides ne doivent pas être aux mains des industriels, expliquent des scientifiques dans cette tribune.

La suite sur : https://reporterre.net/Les-pesticides-sont-toxiques-meme-en-faible-quantite

« Alors rien à voir, pas d’alerte, passez votre chemin, comme ose le prétendre l’Anses, notre agence de sécurité ? Quelle irresponsabilité ! Cela fait plus de quatre ans que le mécanisme d’action étant parfaitement démontré, nous avons signalé la toxicité des SDHI pour une multitude d’organismes et leur danger pour l’Homme : ne passons plus notre chemin ! »

Un effondrement peut en cacher plusieurs autres. Faut-il le(s) retenir ?

mars 16, 2022

Marion est enseignante en chimie en Haute école. Lucide sur ce qui ressemblait depuis longtemps à une destruction programmée de l’enseignement, elle a trouvé curieux que en « lockdown » tout cela s’accélère et ne tombe pas sous le couperet de la paralysie générale.

La suite sur : https://www.kairospresse.be/un-effondrement-peut-en-cacher-plusieurs-autres-faut-il-les-retenir-2/

L’art de tromper son monde….

février 26, 2022

Par Fabrice Nicolino

Changer de nom !

Sonnez hautbois, l’UIPP devient Phyteis.

L’UIPP (Union des industries de la protection des plantes), c’est l’ensemble des industriels des pesticides en France. La disparition des oiseaux et des insectes, les paysans atteints de Parkinson, c’est elle.

La suite sur : https://librejugement.org/2022/02/26/lart-de-tromper-son-monde/

Les industriels se jettent sur les terres agricoles

février 11, 2022

Par Lucie Leclair

Des grandes entreprises accaparent les terres en rachetant des milliers d’hectares à des tarifs inaccessibles aux paysans. Une dépossession à grande échelle que révèle la journaliste Lucile Leclair dans « Hold-up sur la terre », publié par Reporterre et Le Seuil.

La suite sur : https://reporterre.net/Les-industriels-se-jettent-sur-les-terres-agricoles

« Au village, l’air a changé. L’industrie poursuit une logique d’exportation de produits standardisés. Une seule vision émerge. D’un bout à l’autre de la France, c’est la même espèce qu’on élève et la même variété qu’on cultive. Les produits agricoles empruntent les longues chaînes du commerce international. À l’inverse d’une production locale et diversifiée, l’agriculture des firmes n’est pas écologique. »

L’AgriTech : une révolution contre la paysannerie : https://bellaciao.org/L-AgriTech-une-revolution-contre-la-paysannerie

De moins en moins de terres pour les jeunes paysans : https://reporterre.net/De-moins-en-moins-de-terres-pour-les-jeunes-paysans

Multinationales : l’enquête choc sur leurs crimes impunis

janvier 30, 2022

Les bonnes nouvelles étant rares, raison de plus pour les savourer

décembre 28, 2021

Victoire pour les écologistes en Afrique du Sud : un tribunal interdit le projet d’exploration sismique de Shell dans la Wild Coast : https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/2021/12/28/victoire-pour-les-ecologistes-en-afrique-du-sud-un-tribunal-interdit-le-projet-dexploration-sismique-de-shell-dans-la-wild-coast-YICUHPIXQNHG3GRLF7U2ZTMJNU/

Caoutchouc rouge, rouge coltan

décembre 22, 2021

Ce film, qui résonne particulièrement avec l’actualité (les révélations «Congo Hold-Up»), raconte l’histoire d’une jeune fille belge d’origine congolaise, Abo. Elle a 17 ans. Avec son école, elle fait des recherches sur la colonisation du Congo par la Belgique. Ces recherches vont l’emmener sur les traces de ses ancêtres et la plonger dans cette période tragique de l’Histoire: le Congo belge, Léopold II, l’exploitation sanglante des populations et du caoutchouc, le racisme, les massacres, les mains coupées, l’assassinat de Patrice Lumumba en présence d’officiers belges, l’accession au pouvoir de Mobutu…

CAOUTCHOUC ROUGE, ROUGE COLTAN est un film rare et précieux. Un film pour ne pas se tromper d’histoire. Pour faire le lien, à travers les yeux d’Abo, entre hier et aujourd’hui. Deux époques, mais toujours l’exploitation des hommes, des femmes, des enfants et le pillage des ressources naturelles. Hier le caoutchouc, aujourd’hui le coltan, ce minerai qui, lui aussi, a l’odeur de l’argent et le goût du sang.

Présidence française de l’Union européenne : les lobbys industriels en embuscade

décembre 21, 2021

La présidence française de l’UE qui commence le 1er janvier a été préparée en étroite collaboration avec les grandes entreprises françaises et leurs lobbys. C’est ce que révèle un nouveau rapport de l’Observatoire des multinationales, partenaire de basta!.

La suite sur : https://basta.media/presidence-francaise-de-l-union-europeenne-Macron-lobbys-observatoire-multinationales-Corporate-Europe-Observatory

Contre le gaspillage vestimentaire

décembre 15, 2021

Par Aurélia Jane Lee

L’impact environnemental, économique et social de la fast fashion n’est plus à démontrer. La seconde main semble la meilleure alternative, à l’heure actuelle, face au double enjeu de la disparition progressive de textiles de qualité et de la délocalisation de l’économie. Mais elle ne suffit pas : il est temps de repenser les modes de production.

La suite sur : https://enmarche.be/societe/consommation-1/contrer-le-gaspillage-vestimentaire.htm

« Mais ce que beaucoup ignorent, c’est que les retours sont généralement détruits plutôt que réinsérés sur le marché, parce que cela coûte moins cher au producteur.«