Posts Tagged ‘investisseur’

A Davos, le triomphe de la démocratie des 1%

janvier 28, 2016

Marc-Antoon De Schryver

Le Forum économique mondial qui se tient chaque année à Davos est l’exemple même de la « démocratie des 1% » en action. Les politiciens reçus en audience par les ploutocrates du monde entier y rivalisent les uns avec les autres pour obtenir les faveurs d’investisseurs qu’ils tentent d’amadouer en leur offrant cadeaux fiscaux et autres traitements de faveur.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/davos-le-triomphe-de-la-democratie-des-1

L’arbitrage investisseur-Etat , un reliquat du siècle passé

février 16, 2015

par Michel Cermak

Arbitrage investisseur-Etat : la Belgique et l’UE doivent en finir avec ce reliquat du siècle passé

La Belgique n’attend pas le traité transatlantique pour promouvoir les cours d’arbitrage investisseur-Etat.

Le gouvernement fédéral a affirmé ce 5 février sa volonté de conclure au plus tôt les dizaines de traités internationaux aujourd’hui en attente de signature, qui contiennent une clause d’arbitrage « investisseurs-contre-Etats » similaire à celle prévue dans le controversé traité transatlantique. Cette clause permet à un investisseur privé d’attaquer un Etat devant une juridiction privée pour l’empêcher d’adopter des régulations publiques susceptibles d’affecter ses profits. Au moment où le débat fait rage sur l’avenir de cette clause – à réformer ou à abandonner ? – le moment est-il bien choisi pour précipiter la conclusion de traités basés sur le modèle défaillant de clause d’arbitrage datant des années 1950 ?

La suite sur : http://www.cncd.be/L-arbitrage-investisseur-Etat-un

Grèce : qui profite des privatisations ?

janvier 23, 2015

par Olivier Petitjean

En échange de l’aide financière internationale, la Grèce s’est vue imposer un programme de privatisations à grande échelle. Si investisseurs russes, chinois ou azéris, multinationales françaises ou allemandes, mais aussi (et peut-être surtout) riches hommes d’affaires grecs ont su profiter de l’aubaine, les simples citoyens n’en retirent qu’un sentiment d’humiliation et d’injustice. Loin d’avoir généré les recettes espérées, cette vente à l’encan de la richesse collective nationale se traduit surtout par une perte de contrôle des Grecs sur leur propre destinée et une soumission au modèle de développement voulu par les « investisseurs ».

La suite sur : http://multinationales.org/Grece-qui-profite-des

Ultime coup de charme de la Belgique aux investisseurs à Davos

janvier 23, 2015

La délégation belge a vanté les atouts de notre pays lors d’un petit déjeuner, qui marque la fin du Forum économique mondial.

La suite à lire sur : http://www.lesoir.be/766097/article/actualite/belgique/politique/2015-01-23/ultime-coup-charme-belgique-aux-investisseurs-davos

C’est-y pas beau cela ? Les « élites » de la nation vantant les possibilités de fraude d’exonérations fiscales pour les grosses entreprises pendant que l’on fait la chasse aux allocataires sociaux, décortiquant leur consommation d’eau et d’électricité !

http://www.lesoir.be/765871/article/actualite/belgique/2015-01-23/kris-peeters-veut-alourdir-sanctions-contre-certains-chomeurs

Pour info : http://www.cumuleo.be/cumul-mandats/

Pour attirer les investisseurs, la Belgique vante un système unique… d’évasion fiscale

décembre 8, 2014

La Belgique vante l’existence des « excess profit rulings » afin d’attirer des entreprises et investisseurs étrangers.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/economie/actualite/pour-attirer-les-investisseurs-la-belgique-vante-un-systeme-unique-d-evasion-fiscale-54855f2e35707696baf6bd4d

Mais ils imposent l’austérité à la population pour renflouer les finances de l’Etat. Déficit financier encore aggravé par les milliards donnés aux banques sans contrepartie. Plus belle la vie pour certains.

Pour les riches des couilles en or, pour les autres des nouilles encore.

Comment la finance « verte » détruit l’Amazonie

novembre 12, 2014

par Olivier Petitjean

Financer des projets peu polluants, investir dans des énergies renouvelables, ne pas contribuer au réchauffement climatique… De plus en plus d’investisseurs recherchent des placements profitables mais respectables. Les obligations « vertes », un nouvel outil financier présenté comme plus écolo, sont là pour les séduire. Mais peut-on vraiment s’y fier ? L’exemple de GDF Suez, de ses grands projets de barrages en Amazonie, et des critères plus que flous qui entourent ce type d’investissement, montrent que ces financements « responsables » pourraient servir à « tout et n’importe quoi ».

La suite sur : http://www.bastamag.net/Le-nouvel-outil-financier-vert

Haïti Batay.

mai 31, 2013

Depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a fait plus de 200.000 morts, on n’entend plus beaucoup parler du peuple haïtien, de son pays ravagé, ni de la reconstruction qui lui était promise. Le bel élan de solidarité internationale s’est essoufflé, le grand marché de l’humanitaire a fait trois petits tours et puis s’en est allé, et les millions d’euros et de dollars annoncés se sont un peu trop souvent perdus en route. Et la population dans tout ça ? Comment ça va en Haïti ?

Réalisation Yannick Bovy

La prime à l’injustice fiscale de la Banque mondiale.

janvier 12, 2013

Par Antonio Gambini

Le 23 octobre dernier, la Banque mondiale publiait son rapport annuel « Doing Business » qui classe les États en fonction de la facilité à y faire des affaires. Attendus par les investisseurs et les gouvernements, ce classement est élaboré à partir de critères pour le moins contestables. Explications.

La suite à lire sur : http://www.cncd.be/La-prime-a-l-injustice-fiscale-de

« Je fais mon café à l’ancienne ».

décembre 19, 2012

Par 8119

Je fais partie des privilégiés qui reçoivent une newsletter destinée aux riches investisseurs, ce qui me permet de constater le niveau de dépravation de la morale du système. Comme de coutume le ton et les sous-jacences du discours viennent conforter et formaliser une mentalité criminogène afin de mettre à l’aise le client blindé de thunes qui vit à l’écart du monde réel.

 Et encore cette dernière apostrophe sera très mal vue de leur part, vous allez voir ! (eux qui ont toujours deux trains d’avance) Car ces infos sont disponibles de butte en blanc sur le web, tranquillement, au format PDF toutefois. Les gars devisent (jeu de mots, ah,ah) sur les nouvelles opportunités que la crise leur offre. Pour eux c’est la super teuf, la grande promo, le monde est en solde, il faut se ruer sur les bonnes occasions de « parfaire son parc« , « solidifier« , « diversifier » et surtout de se familiariser avec les nouvelles techniques « dont on a toujours rêvé » du marchandage.

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article21789

 

Belgique : Carton rouge au Parlement.

septembre 6, 2012

La décision d’accorder l’organisation de la coupe du monde de football au Qatar en a surpris plus d’un. Mais elle en a aussi ravi beaucoup d’autres : des investisseurs belges et étrangers se frottent les mains en pensant à la manne financière que représente la construction de nouveaux stades, de complexes hôteliers et d’autres infrastructures en tous genres. On parle ici d’un marché de près de 55 milliards d’euros.  

Afin de protéger les investisseurs privés, notre Sénat puis la Chambre viennent de valider les accords d’investissement avec le futur organisateur du Mondial (mais aussi avec le Tadjikistan,  le Togo, le Kosovo et le Monténégro). Ces accords laissent le travailleur sans recours : malgré les clauses sociales et environnementales qui y figurent, aucun mécanisme ne permet de contraindre les entrepreneurs à les respecter.

« Ceci ouvre la porte à de nombreuses dérives alors que le Qatar va devenir un énorme chantier », déplore Karolien Debel. « Les travailleurs migrants ne pourront faire valoir leurs droits. Et si cet aspect est crucial, il faut aussi rappeler que ceci vaut pour le Nord aussi. Les investissements qataris n’auront aucun compte à rendre pour leurs activités en Belgique. »

De plus, ces accords prévoient notamment la possibilité pour les investisseurs (qataris en Belgique et belges au Qatar) d’attaquer en justice le pays où ils s’implantent, s’ils estiment que celui-ci menace leurs profits en imposant par exemple une régulation financière ou une législation sociale ou environnementale. En Allemagne, ce type d’accords a donné lieu aux premiers procès d’investisseurs étrangers dans le nucléaire suite à la décision des Allemands de fermer  les centrales.

(Source : Globo n°39 – septembre 2012)