Posts Tagged ‘Jaurès’

Violence patronale, violence ouvrière (Jaurès et Clemenceau, 1906)

janvier 14, 2019

Juin 1906. Les premiers mois de cette année 1906 furent marqués par de nombreuses grèves. A la Chambre, mi- juin, plusieurs débats opposent le Ministre de l’Intérieur, Georges Clemenceau, et Jean Jaurès. Dont l’un porte sur cette « violence ouvrière » que le ministre, garant d’un ordre (sanglant) se plaît à souligner.

L’occasion pour Jaurès de rappeler d’où vient cette violence et quelle autre violence, beaucoup plus insidieuse, porte le capitalisme.

La suite sur : https://www.les-crises.fr/violence-patronale-violence-ouvriere-jaures-et-clemenceau-1906/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

« Quand les riches volent les pauvres cela s’appelle du business; quand les pauvres luttent pour récupérer leurs biens cela s’appelle de la violence. »

Pourquoi ont-ils tués Jaurès

juillet 31, 2017

L’assassinat de Jean Jaurès a lieu le vendredi 31 juillet 1914 à 21 h 40, alors qu’il dîne au café du Croissant, rue Montmartre, dans le 2e arrondissement de Paris, au cœur de la République du Croissant, à deux pas du siège de son journal, L’Humanité.

La suite sur : http://lescenobitestranquilles.fr/2017/07/pourquoi-ont-ils-tue-jaures-4/

Nous savons très bien que la société capitaliste est la terre de l’iniquité et que nous ne sortirons de l’iniquité qu’en sortant du capitalisme. (Jaurès)

décembre 22, 2015

Air France : Jaurès contre Valls/Medef….

octobre 9, 2015

Une citation suffit

« Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. (…) Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » (Jean Jaurès, discours devant la Chambre des députés, séance du 19 juin 1906)

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article29537

Quand Jaurès parlait des « fanatiques de l’Islam »

janvier 13, 2015

par Jérôme Péllissier

Précision importante : le texte qui suit prend la forme d’une intervention de Jaurès à la Chambre des députés. Elle compile en réalité deux interventions différentes (l’une de 1908, l’autre de 1912) et quelques phrases extraites d’un discours de 1905 (à Limoges) et d’un article de 1912 (dans l’Humanité). Mais tous les propos que Jaurès y tient (1) sont bien de Jaurès !

La suite sur : http://blogs.mediapart.fr/blog/jerome-pellissier/070115/quand-jaures-parlait-des-fanatiques-de-lislam

Lettre a un camarade socialiste encore au PS

septembre 24, 2013

par Raoul-Marc Jennar

Il existe un peuple de gauche. Ce sont ces femmes et ces hommes qui partagent une même aspiration : une authentique démocratie, une vraie justice sociale et, de plus en plus souvent, l’exigence écologique. Ce peuple de gauche apporte ses suffrages à diverses organisations politiques, le PS, EELV, les partis du Front de Gauche, le NPA, Lutte Ouvrière. J’ai la chance d’avoir des copains dans ces différentes formations et parfois, les discussions sont assez vives. Il y a quelques semaines, un d’entre eux a quitté le PS pour rejoindre le Parti de Gauche. Il vient de rédiger une lettre à ses anciens camarades qu’il souhaite partager largement. La voici.

A lire sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24040

Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès est assassiné.

juillet 31, 2012
Il a 98 ans Jean Jaurès mourrait assassiné sous les balles d’un jeune nationaliste qui déclara :
 
« J’ai voulu, dans des circonstances aussi graves que celles que nous traversons, supprimer un ennemi de mon pays. »     
 
La suite à lire sur : http://perdre-la-raison.blogspot.be/2012/07/jean-jaures.html
 
 
 
 
 
 
 

Jaurès, naissance d’un géant.

septembre 21, 2008

http://www.youtube.com/watch?v=2o75PGWI8gA

TV5 Monde – 21h – lundi 22/09

Téléfilm de J-D Verhaeghe avec Philippe Torreton, Valérie Kaprisky, …

En ce mois d’août 1982, la révolte gronde à Carmaux, important bassin houillier qui emploie plus de 1.000 verriers et 3.000 mineurs.

Ces derniers décident de se mettre en grève en réaction au licenciement de l’un des leurs, Jean-Baptiste Calvignac, leader syndical et maire de la ville.

Jean-Jaurès a 34 ans. Normalien, agrégé, docteur en philosophie, professeur d’université, il prend le parti des grévistes, notamment à travers ses articles dans la Dépêche.

Après des semaines de lutte, la grève s’achève finalement par une victoire des mineurs qui demandent à Jaurès d’être leur candidat aux législatives.

Il est élu député le 8 janvier 1893.

Sa carrière nationale commence et ne prendra fin qu’en 1914 avec son assassinat.